D’un pas adolescent

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, parcourir le péri-métropolitain par ses prises culturelles

Porté par un intérêt particulier qu’est celui de la pratique adolescente des territoires, le dessin d’un sentier et la pratique de la marche dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise nous invite envisager une transformation liant le projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole et le lycée de Bouaye.

Aujourd’hui, si la majorité des adolescent·e·s vivent en ville, encore 23% arpentent quotidiennement de différentes manières l’espace périurbain, celui qui capte notre attention aujourd’hui. Ce projet s’est donc fabriqué en étant attentive à la posture des adolescents et adolescentes, aux espaces publics qu’ils fréquentent et ce qu’ils y font, y recherchent, en cherchant aussi à ce que les espaces projetés leur offrent de nouvelles prises dans le territoire, pour qu’ils acquièrent leur indépendance. Ce projet tend à rendre visible les actions des jeunes et montre comment les mobiliser en tant que ressource dans la fabrique et la pratique des territoires par tous.

La condition singulière des adolescent·e·s dans les territoires périurbains au regard de leur mobilité, de la disponibilité culturelle.

Au cours de nos marches, nous avons pu constater que dans ces territoires péri-métropolitain, les véhicules motorisés constituent la majorité des moyens de déplacement. Pourtant, de nombreux adolescent·e·s, entre recherche d’autonomie et dépendance notamment financière des parents, les arpentent par d’autres moyens dont la marche fait partie intégrante, ainsi que les mobilités actives comme le vélo ou le skate. La mobilité devient le gage premier de leur attache et présence dans ces territoires, entre aller et rentrer du lycée, rejoindre ses ami·e·s, ou pratiquer une activité extra-scolaire disponible dans une autre commune. Le dessin d’un sentier adolescent permet finalement d’éprouver leur condition dans le territoire périurbain, en proposant par exemple, de relier le skatepark de Brains au lycée de Bouaye, trajet que pratique quotidiennement des lycéen·nes.

Au-delà de ces enjeux propres aux mobilités, des inégalités territoriales entre adolescent·e·s existent, révélant notamment des écarts dans l’accès à la culture dans ces espaces périurbains. Peu d’équipements, d’évènements, et d’actions culturelles sont mises en place sur ces territoires, d’autant plus en ces temps de crise sanitaire. Plus largement, 25% des jeunes n’ont jamais pratiqué d’activité artistique ou culturelle. Leur permettre une meilleure expression culturelle dans ces territoires est aussi un des enjeux primordiaux de ce projet, permettant la rencontre entre les acteurs et habitants du territoire et favorisant leur droit et attache à celui-ci.

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, un échantillon du sentier propre à la condition adolescente des territoires

Ce travail sur le dessin d’un sentier métropolitain pour les adolescent·e·s dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise met en évidence un échantillon singulier de ce sentier permettant d’expérimenter comment prendre en compte la pratique adolescente dans le devenir des territoires. Cet échantillon de 6.5 km rejoint le lycée Alcide d’Orbigny, lycée général et technologique de Bouaye, inscrit dans la ZAC des Ormeaux, au site de projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole. Ces deux entités paysagères contrastées, entre un équipement périurbain et un paysage naturel à préserver, sont des potentiels forts pour la pratique quotidienne du territoire par les adolescent·e·s, entre espace de travail, lieu où trainer, espace de sociabilité pour le premier ; et lieu repère, espace caché, refuge pour la forêt.

Entre ces deux paysages se déclinent plusieurs séquences paysagères déjà pratiquées ou praticables par les adolescent·e·s : le parc de la Mévellière, La Tindière une zone pavillonnaire de Bouaye, et une zone mixte, diffuse, regroupant parcelles agricoles, La Maison Pointard, zone pavillonnaire de Bouaye, route départementale et zone d’activités. Aujourd’hui, ces 6,5 km sont marqués par différentes coupures, tant matérielles que paysagères qui rendent difficile la mobilité des adolescents dans ces territoires qu’ils parcourent pourtant au quotidien, et rend alors difficile leur appropriation et droit à la ville auquel ils aspirent hors des cadres imposés, ressource territoriale que contient ce fragment notamment grâce à la forêt urbaine.

Au-delà de permettre de nouvelles formes de mobilités entre le lycée et la forêt, il s’agit aussi d’articuler ces paysages grâce à des aménagements sur les lieux plus précis qui se déclinent sur des lieux symboliques pour les adolescent·e·s : le parvis du lycée et le cœur de la forêt. A partir de l’enjeu culturel de ces territoires se dessine le parvis couvert du lycée et un théâtre en pleine forêt urbaine.

Alors, commençons par la première étape de cet échantillon du sentier : le lycée Alcide d’Orbigny.

Halte au lycée Alcide d’Orbigny de Bouaye

Ce lycée, seul lycée général du quadrant sud-ouest de la métropole en dehors du périphérique nantais, accueille de nombreux adolescent·e·s provenant de nombreuses communes alentours au-delà de la métropole. Il fait donc office de lieu de rencontre intercommunal et de sociabilité importante pour ces jeunes. Aussi, situé au cœur de la ZAC des Ormeaux, il apparait aujourd’hui déconnecté de ses abords, et ne fait pas l’objet d’un investissement de ces espaces extérieurs pourtant qualitatifs : entre espace boisé ombragé et grand espace libre devant le lycée, plus urbain. Il est très fragmenté, clôturé, à l’image du parc et du complexe sportif à ses abords. La ZAC disant se développer autour du lycée ne profite alors pas de sa centralité qui serait une ressource intéressante pour les habitants. Il s’agit de suggérer de nouvelles manières de traverser et d’investir ces espaces.

Ici, nous y développerons des cheminements piétons et cyclables d’une grande largeur, 3.5 mètres, permettant de le traverser de part en part et donc de multiplier les accès pour les lycéens. Ils se déclinent en continuité de ceux déjà dessinés dans la ZAC dans laquelle est inscrit le lycée, et permettent de rejoindre les espaces d’intérêts que sont le parvis, l’entrée du lycée, les cours de récréation, les arrêts de bus, le skatepark, les espaces boisés. Ils permettent notamment de rejoindre les cheminements piétons du parc, afin de relier la ZAC au centre-bourg de Bouaye de manière plus rapide et plus agréable, et venant lui conférer un statut de parc urbain. L’apparence organique des sentiers est induite par la pratique des mobilités actives, demandant une attention particulière aux angles et à la circulation fluide des usagers dans ces espaces. Ils déclineront des sols roulables en enrobée sur la partie ouest pour la pratique du skate et du roller notamment, et des sols stabilisés vers les espaces boisés, privilégiant la pratique de la marche et du vélo, séquençant alors le parcours. Accéder aux espaces boisées permet de dégager des espaces ombragés et des esplanades vertes où les jeunes, le personnel du lycée et habitants peuvent prendre une pause, ainsi qu’un aménagement du parvis, espace plus urbain faisant lien entre la ZAC et le lycée.

Une attention particulière au parvis est portée, aujourd’hui lieu d’appropriation principal des lycéens. Actuellement, il répond presque essentiellement au parking qui lui fait face et propose peu de mobilier de pause. Dans son intention projeté, il déborde alors de son cadre actuel vers le parking et le complexe sportif auprès duquel se trouvera dans quelques années un groupe scolaire. Il devient un ilot central de la ZAC en proposant des activités et usages singuliers correspondant aux enjeux culturels annoncés auparavant.

Côté parking, un large abri à vélo permettra aux habitants de s’arrêter lors de leur parcours sur l’espace en gradins et en pentes face au complexe sportif ou sous le parvis couvert devant le lycée. Ce parvis se veut ouvert et traversable, comme un espace public support de l’investissement des jeunes. S’organisent autour et à l’intérieur de ce parvis de nombreux mobiliers en bois, de différentes largeurs allant jusqu’à 2,50 mètres, permettant de se retrouver à plusieurs, à l’image de nombreux adolescent·e·s lors des intercours. Un café se dessine au nord du parvis, autogéré par les lycéens durant leur pause, d’abord aidé d’un animateur de la commune ou du lycée, dans un objectif d’activation de la responsabilisation des adolescent·e·s. A l’est, un long mur vient marquer la verticalité du parvis. Il sera un support artistique aux résidences que le lycée organisait il y a quelques années avec les élèves et qu’ils aimeraient réengager aujourd’hui. Le lycée pourra accueillir des graffeurs, des peintres, des dessinateurs, des illustrateurs et autres artistes pour créer avec les jeunes sur le parvis venant se transformer, se dessiner au fur et à mesure des semaines aux yeux de la ZAC. Ces résidences permettront de créer des partenariats avec les communes, les lieux artistiques et culturels de la région et d’autres écoles qui trouveront ici support de visibilité. Le parvis sera aussi support à la création autonome des jeunes. Pour cela, la structure du parvis permet le rangement du matériel artistique, créatif servant au dessin, graffiti, ainsi qu’à d’autres médias et objets partagés (des livres, des CDs, des fanzines, des affiches, des flyers, etc…). Le parvis devient le support de l’agir et de la pratique adolescente, communiquant aux habitants de la ZAC et aux marcheurs, pouvant traverser quotidiennement ce territoire par le sentier métropolitain.

Ce parvis, par ses accroches artistiques et culturelles permettra de donner une réelle contenance à la place des adolescents dans ce territoire qui s’est stratégiquement développé autour du lycée, tout en vivifiant la ZAC et fédérant les habitants et usagers.

Halte au coeur de la forêt urbaine

6 km plus loin de lycée se trouve le projet de forêt urbaine mené depuis 2006 par Nantes Métropole. Ses objectifs, enjeux et actions permettent une préservation de ces espaces avec de grandes qualités bocagères et boisées. Aussi, un des principaux enjeux de ce projet est d’investir ces forêts, les rendre accessible et les faire découvrir au plus grand nombre. Aujourd’hui, ce travail est en cours mais n’est pas rendu visible dans ce territoire naturel, interface entre Bouguenais, Bouaye et Saint-Aignan de GrandLieu. Sa proximité avec différents lycées dont celui qui nous intéresse est une opportunité d’incarnation pour cette forêt par l’objet culturel qui nous guide. En effet, le lycée Alcide d’Orbigny présente une option théâtre très active, participant notamment à différents évènements de la région (Printemps théâtral de Guérande, représentation à Rouans et à Onyx). Depuis la crise sanitaire, beaucoup d’acteurs culturels repensent les lieux culturels, restés longtemps fermés. L’espace public et le plein air deviennent une ressource pour la pérennité de l’expression culturelle sur le territoire qui peut ici prendre une place prépondérante, tout en donnant corps au projet de forêt urbaine.

Sa situation géographique à cheval entre 3 communes permet un investissement de ce théâtre par de nombreux acteurs, entre lycéens, collégiens et écoliers, mais aussi associations de musique, de danse, de spectacle (Bouaye en scène, Circocric, l’Esprit du lieu) et devient le support de rencontres intercommunales. Il devient aussi le repère pour les acteurs de la forêt urbaine, offrant un espace dans lequel ils peuvent discuter et débattre des différents projets à venir.

Le théâtre est construit en gradins pour s’asseoir, interrompu par des pentes permettant de s’allonger, s’adosser, s’accroupir, ou même rester debout et voir de plus haut. Ces pentes permettent aussi de s’asseoir en groupe, à l’image de l’appropriation adolescente du mobilier urbain. Dans la forêt, son entremêlement entre les arbres vient lui donner une place particulière, discrète, donnant un accès autorisé au cœur de la forêt tout en conservant son aspect caché, seulement visible entre les arbres et le feuillage.

Emprunter la voie partagée liant le parvis et le théâtre 

Entre ces deux projets aux accroches adolescentes fortes, 6.5km de sentiers puis de routes se déclinent. Rapidement rejoignables grâce aux mobilités actives, il s’agit alors de les sécuriser dans ces zones diffuses où l’importance est surtout donnée à la voiture. Nous nous pencherons alors sur la route de Paimboeuf entre la zone pavillonnaire La Tindière et la forêt urbaine, route de campagne sans aucun équipement permettant d’y circuler autrement qu’en voiture. Une voie partagée sera alors le support des déplacements quotidiens des habitants et des jeunes : aller au théâtre en pleine forêt, aller au lycée, rejoindre le parc où encore rejoindre son logement à pied, à vélo, se promener avec les enfants le week-end. Aussi, différents autres lieux le long du parcours présentent un intérêt singulier, comme le parc de la Mévellière, une zone pavillonnaire et une zone d’activités qui pourront faire l’objet d’interventions futures accrochées au sentier métropolitain.

Dans un objectif de mutualisation des usages permettant la rencontre, nous opterons pour l’aménagement d’une voie partagée, entre cyclistes, skateurs, rollers, piétons, coureurs. Elle prendra place d’un côté de la route, séparée physiquement par une large barrière végétale permettant de sécuriser son usage. Selon la largeur de la route, cette voie oscillera entre 3 et 4 mètres de largeur, permettant de créer des aménagements alternatifs, comme des surprises le long du parcours. Ces interventions prennent leur source dans les mobilités que mobilisent les adolescent·e·s, dont la pratique du skate, du bmx et du roller en créant des bosses, des levées de terre, des creux, des pentes et des virages. Elles viendront rythmer le parcours, en jouant sur l’épaisseur de la voie partagée pour le rendre plus vivant et ludique.

Territoire projeté comme support de l’agir adolescent, valorisant de nouvelles mobilités et vivifiant le péri-métropolitain pour les habitants, arpenteurs et lycéens.

Aujourd’hui, donner l’occasion d’une mobilité alternative dans ces espaces périurbains fortement structurés par la voiture est un enjeu essentiel pour les habitants. Concevoir cette mobilité par le prisme adolescent est une ressource, s’adonnant à une pratique du territoire plus libérée en jouant des frontières paysagères et matérielles et du mobilier urbain notamment par leur posture mentale et corporelle. Le territoire devient le support de leur pratique (sportive, artistique) mais aussi de leur posture corporelle singulière. Rouler, dessiner, acter, représenter, s’allonger, trainer, discuter : tous ces verbes marqueurs de leur quotidien viennent donner corps à ces espaces, instaurant leur droit au territoire tout en permettant sa transformation qui suggère de nouveaux usages quotidiens pour tous les habitants et acteurs du territoire. Les activités culturelles, sportives et ludiques que présentent la transformation de cet échantillon du sentier métropolitain, donnent de nouvelles prises aux jeunes comme aux habitants pour asseoir leur appartenance au territoire, vivifier ces lieux d’intérêt et valoriser de nouvelles manières de consommer l’espace. La pratique des mobilités douces et actives induite par la pratique adolescente permet de projeter des transformations du territoire, qui dans une temporalité plus longue activeront largement l’attractivité de ces espaces périurbains.