Terminus, tout le monde descend

Prendre les terminus des bus de la métropole nantaise comme points de parcours du sentier métropolitain. Pourquoi choisir les terminus ? Car ce sont les marqueurs de la ville accessible, où au-delà, il n’est plus possible de se déplacer sans l’usage d’un véhicule personnel.

En cela, marcher entre ces points et jouer de la frontière de ce territoire accessible soulève de nombreuses interrogations : comment la métropole arbitre entre les territoires connectés et ceux qui ne le sont pas ? Qu’est-ce que révèlent les horaires ? Pourquoi ces noms d’arrêts plus ou moins évocateurs ? Qui emprunte quelle ligne ? Que peut-on faire d’autres que d’attendre le bus ? Pourquoi un arrêt – Le Cellier – fait figure d’exception en étant situé hors de la métropole ?…etc.

Pour tracer ce sentier, le principe est de relier les terminus en considérant seulement ceux situés à l’extérieur de l’enceinte que constitue le périphérique Nantais. Au total, ce sont pas moins de 39 arrêts qui s’étendent sur une une aire géographique large : du Cellier au Pellerin d’est en ouest, et de la Chapelle-sur-Erdre à Saint-Aignan-Grandlieu du nord au sud formant une boucle de 158 kilomètres, soit l’équivalent d’un Nantes Lorient.