Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Le sentier Loire, hinterloire voyage dans le territoire, l’imaginaire, le temps et le quotidien. Il permet d’éprouver la Loire, ses anciennes îles et villages au bord de l’eau ; les coteaux et l’arrière-pays agricole. Le sentier agit comme une triple coupe dans le territoire, s’étendant de la Loire à son arrière-pays, s’approchant et s’éloignant du cœur marin de l’estuaire. Le bord du fleuve est une ouverture sur la côte et ses mouvements : on ressent le fleuve, même lorsque sa morphologie a profondément changé, dans sa faune, sa flore et son architecture. A l’inverse, lorsque l’on s’en éloigne, on s’enfonce dans les terres nourricières et le sol meuble jusqu’au lac de Grand Lieu que l’on éprouve d’abord par les marais et l’humidité sous les pieds. Ce sont les allers-retours entre les deux qui nous font prendre conscience de ce territoire largement influencé et connecté par l’eau.

On a également remarqué que l’on passait par des ambiances très diverses que l’on soit loin ou proche de la métropole. Nous distinguons donc trois traversées, comme trois séquences d’espaces aux caractéristiques presque opposées dévoilant le territoire d’est en ouest, du nord au sud. Nous opérons une gradation lente depuis l’espace péri-métropolitain jusqu’au métropolitain. La première traversée – musarder – invite à la marche lente, qui prend le temps de regarder les paysages champêtres et les animaux qui nous entourent. La seconde traversée – crapahuter – évoque le haut relief présent, multipliant les rapports entre un haut, les coteaux (voir), et un bas, le bord de Loire (toucher). Enfin, la troisième traversée – slalomer – implique la vitesse du corps qui longe, traverse, fuit les infrastructures cadres de l’espace.

Les mécaniques du sable

Le projet Les Mécanique du sable se situe au nord de la traversée slalomer où l’on retrouve de nombreux espaces utiles au métabolisme de la métropole, principalement son cœur nantais tel que les carrières, l’aéroport, le périphérique.  Il dessine dans cette lisière urbaine, une interconnexion entre deux situations insulaires.

D’un éloge subjective de la dérive comme sortie des sentiers quotidiens et la réinterprétation de son étymologie maritime, la condition insulaire et ses références ont accompagnées l’enquête, questionnant les marges, les contrastes, ouvrant sur la question archipélique, les utopies insulaires. Elle découvre deux lieux-îles, à la lisière urbaine entre Bouguenais et Nantes, en marge des vallées routières.

Tomber sur

La première, hameau de la Musse s’est découverte dans le passage d’une architecture de boîtes à chaussures périurbaines à un vestige agricole. Contraste typique de cette situation de lisière; oscillant entre une identité urbaine et rurale. Contraste lui conférant une caractéristique insulaire, de hameau enserré entre aéroport, carrières, ligne de chemin de fer, routes périphériques. La parcelle, est occupée par une maison noble à l’abandon et ses annexes, un mur d’enceinte délimite encore plus l’endroit, renforce une sensation autarcique. Elle est aujourd’hui propriété d’un groupement d’agriculteurs qui y font pâturer leurs bêtes. Réminiscence agricole, vestige d’une identité rurale de la commune de Bouguenais remplacée par l’extension urbaine.

Une seconde, Terminal sablier. appartenant à un archipel révolu de Loire, ancienne île géographique mutée en zone industrialo portuaire ouverte sur l’estuaire et au-delà.

Sur la plage

Le terminal sablier évoque l’image d’une île primitive, banc de sable aride que l’on connecte facilement à des souvenirs de littoraux récréatifs. Le week-end, le site est figé, vide, renforçant cet imaginaire, en semaine les mouvements incessant, les déplacements de matière interrogent sur une mécanique bien ficelée. Une fois tous les 15 jours il reçoit le sable des bateaux draguant au large, chaque journée de semaine, le site s’anime d’un mouvement incessant de camions que l’on charge. Le chargeur, maître des lieux descend dans les bassins de décantations pour récupérer le sable déposer par les bateaux-sabliers, élève les dunes, en épuise d’autres pour remplir les bennes. Et ainsi de suite. Le sable ainsi chargé sera transporté vers les maraichers du sud de Nantes. Après traitement il sera vendu dans des magasins de matériaux, remplissant nos bacs à sable ou se dirigera vers de gros groupes cimentier. Mélangé, il deviendra parpaing ou béton façonnant la scène de nos environnements urbains. Au même titre que l’eau ou l’air, le sable est devenu matière ambiante, définit par Tim Ingold comme fondement de nos vies quotidiennes. Le sable participa à dérouler cette extension périurbaine, nappant le sol d’asphalte, édifiant les voies autoroutières vers la mer.

L’Etat interdira dans les années 90 le dragage en Loire, altérant les berges. Notre dépendance à cette matière nous pousse à malgré tout exploiter les lieux de sable, les exploitants se rapatrient alors notamment vers une extraction du sable des fonds marins. Sur le territoire, un exemple d’opposition habitante à cette exploitation rapporte cet épuisement et ses conséquences. Au sud du Lac de Grandlieu, dans la commune de Saint Colomban, le collectif la tête dans le sable milite contre l’extension des sablières sur sa commune et l’exploitation de sable dans un maraichage industriel appauvrissant les sols.

D’une chose commune empruntable et consommable par tous, les controverses liées à son extraction et épuisement interroge sur la nécessaire rétraction de cette activité.

Dans ce sens le projet propose des alternatives à l’usage du sable. Il décentre de cette matière pour venir construire autrement en puisant dans les sous-sols en place. Faire sans le sable dans une agriculture plus raisonnée et respectueuse des sols.

S’implantant notamment à l’extrémité ouest du terminal, reprenant le site exploité par GSM. Le projet vise à transformer, ce fragment d’espace nécessaire au métabolisme de la métropole redistribuant le sable pour ses diverses transformations en carrière ouverte au public, moteur du repeuplement du hameau de la Musse. Il fédère une communauté d’agriculteurs et habitants avertis cherchant à vivre autrement au travers de cette expérience de chantier intégré.

Au fil des périodes estivales, saison optimale pour la mise en œuvre de la terre, le projet se discute, se construit, modifie et anime les îles:

0.Le premier temps du projet est le passage du sentier, ouvrant les îles au marcheur et au public

i.A la Musse, on rénove la maison noble et ses annexes, ancrant un premier lieu de discussion sur le projet et le territoire à partir duquel il s’implante. Les sols du hameau entament leur diversification.

ii.Le premier été, sont installées, dans le terminal sablier, des structures survolant la topographie particulière du site rendant l’accès au fleuve, fixant des temps de conversations et de débats.

iii.Le second été, on entame avec les futurs habitants, une activité de fabrication de briques de terre crue, débutant la construction de logements à la Musse.

iv.Le troisième été, on achève cette construction. A la fin de celui-ci, on prépare l’ensauvagement de la carrière, les structures d’observation deviennent des pavillons de parc cristallisant une activité de mise en débat au cœur du territoire.

La carrière-école, à l’orée des landes, renouveler le terminal sablier

Dans ce terminal sablier sont positionnés deux bâtiments circulaires, des structures légères qui viennent observer et servir le site. L’une se positionne dans le renfoncement, au centre de ces dunes en place, laissées par l’exploitant précédent et le second se trouve dans un des deux bassins de décantation, sur les hauteurs pour observer le site et la Loire. Le premier module, que l’on nommera pavillon diurne même si les usages entre les deux ne sont pas aussi manichéens, on l’appellera pavillon diurne pour ses usages principaux. Il accompagne les travailleurs du site en proposant un espace servant l’activité journalière du site. C’est un pavillon circulaire ouvert à 360° sur le site, niché dans les dunes. La toiture est en pente vers l’intérieur, recueillant les eaux pluviales en son centre, et créant un espace fédérateur autour de ce point d’eau. Le pavillon s’ouvre, d’un côté sur l’activité de la carrière et de l’autre sur un espace calfeutré dans les dunes, utilisant l’ancien mur de rotation des machines comme mobilier.

Le second pavillon,nocturne, est également un pavillon circulaire, surélevé de trois mètres par rapport au pavillon diurne avec une circulation sur le pourtour. C’est un pavillon de discussion, de débat, un pavillon médiateur partant de la problématique du sable et ouvrant aux questions environnementales, de ménagement des sites, et construction biosourcé. Il accueille les associations alentours. Par exemple, la tête dans le sable ou d’autres associations militantes habitants, comme les roseaux de Port Lavigne, qui revendique leur territoire et une main mise moindre de l’activité métropolitaine sur ceux-ci. Ou encore des discussions universitaires, des architectes, des ingénieurs qui cherche à évoquer et manipuler différemment la matière. Il a vocation à être un espace d’ouverture de ce site.

Mais ces deux espaces sont aussi prompt à accueillir des discussions plus informelles venant alimenter le brassage d’idée dans le site, notamment via les marcheurs le parcourant. Des passerelles s’insérant et s’adaptant à la topographie viennent relier les pavillons, guidant le marcheur, le curieux, permettant un cheminement en dehors des nouveaux mouvements de matière.

Les excavation des bassins de décantation offrent déjà des creux dans le site et l’on vient les creuser encore plus pour venir puiser la première couche du sous-sol sableuse argileuse afin de construire des briques de terre crue. Une des deux excavations donne la possibilité à des engins plus mécaniques de venir chercher ces briques pour les emmener dans le hameau. Tandis que l’autre ne permet pas de faire passer des engins et donc expérimente un déplacement de la matière plus physique et plus manuel, du moins jusqu’à l’entrée du site. Deux manières de venir extraire cette terre et de venir continuer à percer ces espaces en en modifiant la topographie. A la fin de cette exploitation, quand on aura puisé ce dont on a juste besoin pour construire le hameau, environ 1000 mètres cube, le site s’ensauvage, les modules deviennent des pavillons de parc cristallisant l’agitation entamée dans la carrière au bord de l’estuaire.

La traversée pédestre reliant le hameau de la Musse, propose une redécouverte des vallées, on remonte le sens d’écoulement de l’eau, chemine dans ce nœud hydrographique rompu par les routes. Partant de la Loire, le marcheur traverse la grande vallée de Bouguenais puis la vallée du Bougon.

La Musse, repeupler le hameau

La Musse se partage entre terres agricoles nouvelles et créées, logements et espaces liées et espaces ouverts au marcheur et au public. Pour ce qui est des terres agricoles, l’intention est de faire avec les agriculteurs en place mais aussi de proposer une nouvelle manière de faire de l’agriculture. Une partie est donc conservée en pâturage, tandis que le reste des sols se diversifie dans une agriculture de petites parcelles maraichères et céréalières d’environ 1,5 hectares. Au cœur de ces champs sont dessinées des places, dilatations pour des mouvements techniques, qui sont aussi des arrivées d’eaux, dérivant des canaux de récupération d’eaux de pluie alimentant les champs. Ce sont aussi des places qui ouvrent l’espace au public, au marcheur, au sentier. Les marcheurs déambulent avec les agriculteurs qui vont entretenir les champs et aussi stocker les légumes à vendre dans le magasin de producteur à l’entrée sud-ouest. Ce magasin s’accompagne également de culture et est un point d’entrée pour les marcheurs arrivant du sentier par le sud-ouest. Et une ouverture pour les riverains des alentours.  

Les briques de terre crues produites dans la carrière, vont permettre de construire dans ce hameau, mobilisant une population qui souhaite bâtir autrement. Ce sont aussi des habitations pour les agriculteurs du site, des lieux de repos pour les marcheurs ou des habitations plus saisonnières. Les logements, organisés en longères, sont ainsi habités au rythme du travail des champs. De capacités diverses, ils peuvent accueillir une personne  à 5/6 personnes. On s’implante suivant le tracé du mur d’enceinte de la maison noble. On rentre dans ces longères le long de ce mur et l’on reprend l’intention de rentrer le long d’un axe structurant, en positionnant les entrées des autres longères le long de bassins de récupération d’eau créés. Un seuil traverse une noue de récupération d’eau s’écoulant des larges toitures. Puis l’on franchit de solides murs en brique de terre crue préparées à la carrière. A l’intérieur, l’espace de vie en double hauteur s’ouvre vers des cœurs d’îlot boisé peuplés des arbres du site. Lieu d’accueil pour des populations cherchant à mutualiser les temps et les espaces.

Suivant cette intention, des communs sont dessinés dans les interstices entre l’existant et le nouveau bâti. Par exemple, sous forme de préaux prolongeant les longères pour se poser sur les vieilles pierres. Le RdC de la maison noble poursuit son but de toit commun, mise en relation avec un corps nouveau. Deux espaces destinés à servir la vie quotidienne dans le hameau et la mise en débat des divers usages qu’il habite. Espace commun autour de la laverie mais où l’on peut imaginer d’autres usages comme les devoirs des enfants, les fêtes d’anniversaires. Le Rdc de la maison noble vient se scinder par un volume central, divisant l’espace en deux; une partie est une cuisine et l’autre, une salle commune. Espaces se modifiant en fonction des besoins des habitants du hameau. Ces deux bâtis s’organisent également, en courée plus publique, c’est un commun plus partagé que dans les cœurs d’îlots des longères. Cette courée marque une transition entre l’espace plutôt public de cette place et les habitations.

Cette place est une halte dans le sentier, elle propose une circulation extérieure permettant de monter dans les étages de la maison noble rénovée pour dézoomer. Observer le territoire d’abord au travers d’expositions liées à celui-ci, à la question du sable donc une activité assez proche de ce qui peut se passer à la carrière mais qui est plutôt de l’ordre artistique ou pictural, qui n’est pas une activité de débat oral. C’est aussi une observation du paysage puisque la tour s’achève sur une contemplation, sur une reconnaissance de l’environnement environnant. Un rappel de cette situation périurbaine que l’on a pu oublier ou du moins, un temp dans ce hameau. C’est une fin de voyage pour le marcheur s’il décide d’y passer la nuit.

C’est donc un mouvement de matière physique que l’on met en place mais aussi une mise en mouvement lente des corps entre les lieux, participant de près ou de loin à leur fonctionnement.  Remontant les cours d’eaux pour cheminer dans des vallées discontinues. Je vous propose d’emprunter ce fragment de sentier insulaire, d’observer ces nouveaux mouvements dans cet entre-île, d’entamer une redécouverte des lieux:

Au loin, les dunes du terminal, topographie artificielle issue des fonds marins, se détachent du paysage entre un ciel quelques fois bleu et un socle de landes verdoyantes.  A son extrémité orientale, deux volumes survolent le site. Les conversations débordantes du pavillon diurne résonnent entre les dunes. En même temps que la lune monte, le pavillon nocturne prend le relais, déplaçant les éclats de voix, illuminant le site de veillées animées. Les passerelles s’ancrent dans la topographie, au milieu des grains. Du haut des celles-ci, on survole les lieux. Observe les techniques de fabrication des briques de terre crue, l’extraction manuelle de la terre, l’ajustement du dosage, le mélange aux fibres végétales, à l’eau du fleuve. Le parcours traverse le quai, s’achève sur l’eau ouvrant à l’estuaire. Dans une avancée plus solitaire, la rive d’en face, quelquefois traversée de navires, se laisse contempler. On reprend le chemin inverse, imprégnée du site, longe un temps le quai, suivant l’activité encore en cours des exploitants voisins. S’éloignant de l’île Cheviré le voyage pédestre se prolonge le long des vallées scindées par l’extension urbaine. Sous l’ombre du pont, le marcheur suit la digue entre sonorités périphériques et grande vallée de Bouguenais. Ecoute le grésillement des lignes électriques, les pieds dans l’eau l’hiver venu. Il découvre l’embouchure du ruisseau du Bougon, se faufile sous la route de Pornic accompagnée par l’écho métallique de ses pas. Plus loin, il quitte un peu plus les voies routières pour s’engouffrer plus profondément sous les grands chênes dans les hauteurs de la vallée, s’éloignant des surfaces d’asphalte pour profiter de la fraicheur du boisement le menant à la Musse. On y entre par les cultures, accueillies d’abord par les curieuses ruminantes. Fuyant leur regard insistant, les champs recueillent le marcheur. Passant d’une place à l’autre, il court les sols meubles, glanant grains et récits. Ceux-ci guident, parlent d’un hameau bruyant d’où émerge les premiers murs de terres sous l’œil de la maison noble. Fouillant ses étages il prolonge la récolte, achève son ascension en cinémascope.

Le sentier est ici un moyen de donner à voir autrement cet entre-île lisière modifié. De sensibiliser au-delà d’un lézardage estival, donne à voir d’autres manières de faire avec ou sans sable, une autre mécanique, en marge des dénis d’épuisement.