-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Photographie aérienne Nantes sud-ouest 1975

L’exercice physique peut être compris comme un moment où l’activité respiratoire augmente. Nos échanges avec l’air de notre milieu deviennent plus importants. Nous respirons pour produire de l’énergie à partir de l’oxygène disponible dans l’air, nous transpirons pour réguler notre température. 

Depuis la création du complexe, les activités sportives qui se pratiquent sur place se sont diversifiées. Terrains de tennis, football, basket, handball, en intérieur ou extérieur se couplent à des pistes dédiées à la course à pied ou à la pratique du rollers. Intra-périphérique mais à la limite du péri-urbain, entre terminus du tram, porte de voie rapide et à la marge d’un quartier pavillonnaire mais aussi habitat temporaire, le complexe sportif reste entouré des sources de gaz et particules dans l’air de nouveaux actives, suite aux événements qui les avaient freinées. Il  s’inscrit alors dans un milieu en hypoxie. Qu’est ce que cela implique de réaliser une activité physique dans cet espace ? Que signifie respirer-transpirer dans ce site ? Pourquoi s’intéresser au sport? L’activité physique semblerait déjà rappeler aux pratiquants l’existence du système respiratoire.

Carte radar, déplace le référentiel de l’enquête au Complexe Sportif de La Neustrie
Le complexe sportif de La Neustrie, image aérienne et photographie personnelle

En 2014 le Pavillon de l’Arsenal mène une exposition nommée Sports, portrait d’une métropole et dresse un répertoire des complexes sportifs et stades parisiens. Le but est de revisiter des manières d’investir la ville à travers l’activité sportive et surtout de comprendre le rôle du sport au moment de réfléchir à l’architecture (Secchi, 2009). La place de l’équipement sportif les intéresse dans la mesure où, situé souvent en périphérie mais aussi au centre, il devient un liant; il participe à la vie d’un quartier et contribue aux sociabilités. (Chemetov, 2014). Le sport suscite l’événement, crée des situations et des terrains de jeu (Debord, 1967). L’activité physique devenue un outil de création, comment s’en saisir pour fabriquer une architecture qui interroge notre souffle?

Si nous considérons qu’il faut vivre avec le trouble (Haraway, 2020), et dans la mesure où ce n’est pas tout de suite que les usagers  de ce milieu n’inhalerons aucun polluant, je propose d’intervenir et de transformer ce complexe en me positionnant d’une part dans le référentiel du site, c’est à dire en répondant avec des programmes propres aux besoins d’un complexe sportif classique, à savoir: des gradins et des vestiaires mais également dans le référentiel du sentier et de l’enquête avec la mise en place du point d’arrêt pour la biosurveillance lichenique et un nouvel équipement respiratoire, une Maison du Souffle entre lieu d’entrainement et refuge. 

La Maison du Souffle inscrite dans le Complexe Sportif de La Neustrie et le sentier entre lieu d’entrainement et refuge

Le point de biosurveillance lichénique se concrétise par l’aménagement de gradins. Les gradins construisent la possibilité de faire une pause. Amener aux marcheurs à s’arrêter au complexe sportif est tout d’abord une manière de créer une arythmie respiratoire entre ce moment de pause pour les marcheurs et la haute activité respiratoire des sportifs. Donner place à l’observation des lichens dans un site où les échanges avec l’air sont si importants est également une manière rendre compte aux usagers de ce complexe et aux habitants de l’air qu’ils respirent (quand ils respirent le plus).

Les gradins, point de biosurveillance lichénique

Ce point d’arrêt amorce le début du parcours vers la Maison du Souffle. Inscrit dans le sentier, ce nouvel équipement se déploie d’abord comme une déambulation parallèle à la piste d’athlétisme, pouvant être traversée lors d’une marche, par exemple. L’équipement se construit à partir d’une trame structurelle en bois et une charpente bois à une pente. Des plateaux à différents niveaux organisent l’espace et une coursive/passerelle traverse l’équipement dans sa longueur et relie les différents plateaux. Elle séquence diverses expériences respiratoires. Les plateaux peuvent être alloués à plusieurs activités: la réalisation d’exercices physiques à l’intérieur, des exercices de souffle, ou même dédiés à l’apprentissage de la biosurveillance. La passerelle peut devenir rampe. L‘élément oblique met déjà le corps à l’épreuve et interpelle le souffle de celle ou celui qui la pratique. 

Coupe longitudinale du nouvel équipement

L’idée était d’opérer par contrastes, avec des espaces très confinés et des espaces très ouverts. Inclure des cours intérieures, des loggias avec la possibilité d’ouvrir ces espaces. Jouer avec des intériorités et exteriorités pour reprendre le vocabulaire du souffle et de l’air qui nous pénètre.

D’une part l’architecture creuse le sous-sol du site pour retrouver l’épaisseur et la fraicheur de la terre et contrarier la relief initial du complexe. Elle manifeste aussi une volonté de se mettre à l’abri de cette atmosphère. Le sous sol offre la possibilité de s’entrainer dans les salles d’hypoxie: espaces où le taux d’oxygène dans l’air est réduit à 14% et non plus 21%.  Les poumons sont sous stress. La pratique sportive dans ces conditions, simulant parfois le climat en altitudes semble être bénéfique pour accroitre les compétences respiratoires. Les vestiaires se déploient également au sous-sol et son accessibles pour toutes les personnes qui respirent se site: sportifs et habitants temporaires. Humidité, vapeur. Il incorpore un hammam, qui se veut une expérience retrospective. Reprenant la forme d’un dôme, il s’agit de donner place à une expérience singulière où une seule ouverture zénithale circulaire éclair cet espace. Ici, dans une ambiance humide et nébuleuse, notre souffle fait l’objet de contemplation, nos sinus se dégagent pour nous permettre de mieux respirer. 

Coupes transversales du nouvel équipement

D’autre part, le jeu de plateaux organise des espaces peut-être flottants,  où des activités d’un autre ordre se déploient. Ils donnent place à un moment de pause lors de la troisième temps d’un événement sportif ou même des espaces de sieste, parce que c’est souvent en dormant que nous entendons notre souffle. Les doubles hauteurs, les ouvertures zénithales jouent avec la dimension aérienne du site. 

Cela fait du nouvel équipement un lieu pour augmenter nos compétences respiratoires proposant des possibilités de modifier nos comportements. Ce nouvel équipement agit aussi en faveur de  la respirabilité 

L’implantation n’est pas anodine, elle se positionne perpendiculairement aux vent dominants pour permettre à cette architecture de devenir un dispositif filtrant. Des parois en brique blanche se mettent en place en reprenant le principe des cheminées des tour à vent (les Badguir). Les moucharabieh en hauteur accélèrent le vent et le font descendre vert les bas. L’air chaud remonte et l’air frais pénètre également par un traitement de la brique en mouchararbieh vers le rez-de-chaussée et le sous-sol. Il s’agit de ventiler les espaces et d’absorber une partie des polluants dans l’air grâce à une bande de plantes dépolluantes placées entre la paroi et la coursive. Les ouvertures des espaces construits intègrent des fenêtres pivot pour permettre l’air de rentrer tout en laissant la possibilité d’ouvrir complètement l’espace et laisser circuler l’air filtré vers les terrains extérieurs, en cas d’activité sportive en plein air  par exemple, et ainsi augmenter la respirabilité du site. C’est une hypothèse que j’émet en lien au recherches faites et une manière de continuer l’enquête à travers l’architecture.

Coeur planté, mur à lichens, inspirer profondément, donner place au vivant

D’autre part, le vivant et surtout le souffle ont une place dans ce projet. De part leur matérialité en brique, les parois sont propices au développement des lichens. Cette surface verticale pourrait un jour devenir un mur à lichens, un mur repère de qualité de l’air. L’espace extérieur de la passerelle et bande dépolluante se veut restreinte. Il est question de dresser un volume d’air partiellement borné, où peut être un micro-climat de ces plantes absorbantes réussi se développer. Qui l’empreinte reconnaît le vocabulaire de la venelle, l’équipement instaure un paysage avec un rapport aux espaces bâtis différents. Comme une contraction linéaire, elle se dilate au carrefour des cours et loggias. Les  matériaux choisis ont été le bois et la terre crue pour la construction des espaces habités (sauf pour les espaces humides). Le bois est une matière vivante, elle respire, elle absorbe. De même que la terre crue, dont ses qualités hygrométriques et d’inertie offrent des qualités respiratoires particulières aux espaces.

Finalement, ce projet s’est construit pour pouvoir un jour devenir refuge en cas de pic de pollution lors des canicules, par exemple. Etant donné les espaces qu’il offre, il devient propice à abriter les personnes âgées des maisons de retraites voisines ou des habitant à risque de la zone, devenant ainsi un équipement réversible nous incitant à changer nos comportements, nos façons de vivre, de construire, de respirer. 

Devenir refuge ou un équipement reversible en cas de pic de pollution

Pour conclure, je voudrais ouvrir sur la position intercalée qui détient le complexe sportif dans cette histoire, dans ce sentier pour rendre compte de la pertinence de l’intervention au moment d’observer le territoire à travers la focale du souffle. Si notre intervention ponctuelle interroge la respirabilité du complexe comment transposer ce questionnement à une échelle plus large ? Est-ce que cette architecture pourrait devenir modèle pour palier l’hypoxie d’autres milieu ? Le sentier est déjà une manière de ramener cette réflexion au territoire. En reliant et étirant le complexe vers les différents paysages à respirabilité contrastée. C’est peut être dans la création de ces liens ou en articulant ces conjonctions que se trouvent les réponses pour faire respirer notre milieu. Ce projet a été l’occasion de formuler des hypothèses sur la respirabilité, tester des formes et dispositifs expérimentaux et ainsi faire de l’architecture un moyen, une médium pour interroger le système respiratoire et l’air que nous respirons aujourd’hui

Marcher pour surveiller la pollution atmosphérique grâce aux lichens