Labosol, le démonstrateur du prendre soin dans la porte de Bouguenais

Les gilet jaunes se sont emparés des ronds-points et ont ouverts nos regards sur ces infrastructures et leur délaissés. Attardons-nous à notre tour sur un échangeur.

Voici Labosol, un projet qui questionne le prendre soin dans la porte de Bouguenais. Ce laboratoire-transformateur des délaissés de la porte de Bouguenais vise à en prendre soin et à la transformer en une mine de métaux lourds issus des pollutions.

La porte de Bouguenais, c’est l’un des 23 échangeurs du périphérique nantais, située dans le quart sud-ouest de la métropole et sur la commune de Bouguenais. Cet objet infrastructurel qu’est l’échangeur, par son existence, représente déjà un démonstrateur de l’anthropocène, mais aussi un monstre de la modernité. Alors ce projet pose la question : comment s’ attaquer à un tel monstre de la modernité?

Tout d’abord, le projet de laboratoire est conçu avec un projet de sentier, un sentier qui s’intitule “Sur les traces des soignant·es” et qui traverse le territoire du quadrant sud-ouest de la métropole nantaise. Avec ce sentier, c’est une enquête sur la spatialisation du care dans le territoire du sud-ouest nantais qui se met en place. Celle-ci amène à traverser le territoire sous un prisme nouveau et à le regarder autrement. C’est ainsi qu’on en arrive à observer l’inhabitable par excellence, soit l’échangeur et ses délaissés, à travers une focale par laquelle on s’intéresse aux relations qui s’y créent et s’y tissent. Ainsi en juxtaposant care et monstre de la modernité, ce projet permet de poser la question de l’habitabilité de l’échangeur, tout comme en tirant ce fil l’habitabilité des nombreux autres échangeurs qui se trouvent aux abords de nos villes.

Pour se situer dans l’histoire de l’échangeur, voici quelques images de sa déconstruction, non pas dans le sens de sa construction, mais bien à rebours. Cette suite d’images aériennes historiques permet de relativiser son existence et de garder en tête qu’il n’a pas toujours été là. Il s’est construit progressivement avec l’avènement de l’automobile et avec la construction de la métropole. Projeter sur ce site, c’est aussi questionner la présence de l’échangeur et la forme que prend cette présence.

1990 _ Les travaux du périphérique relient l’échangeur au pont de Cheviré
1979 _ Le périphérique sud est en partie construit
1969 _ La route de Pornic est construite
1945 _ A l’état vierge, l’emplacement était une zone humide

Aujourd’hui, l’échangeur prend la forme de sources de pollutions décortiquées ici. Elles sont dues à l’entretien, à l’usure de l’infrastructure ainsi qu’au trafic. 

La pollution des sols est une préoccupation d’actualité : il y a quelques semaines, une proposition de loi est déposée au sénat afin de protéger les sols au même titre que l’eau et l’air. D’autre part, des programmes de recherche sont à l’initiative de ces questionnements comme POLLUSOLS, coordonné par Thierry Lebeau à l’université de Nantes. Ce programme de recherche s’est terminé au début du mois de juin et questionne la pollution diffuse des sols entre la terre et la mer en Pays de la Loire et a déjà différents terrains d’études dans la métropole. Il y a aussi le projet Life Agromine, coordonné par Guillaume Echevarria à l’université de Lorraine qui s’est terminée en mai dernier, et qui teste l’agromine : le fait d’extraire des métaux des sols par les plantes.

Ainsi, en s’appuyant sur ces travaux de recherche, l’échangeur va pouvoir transformer la pollution en métaux qui seront valorisés dans l’industrie. Il devient une mine de métaux grâce à des technologies de phytoremédiations. Celles-ci dépolluent d’une part de façon peu coûteuse  écologiques. 

Ainsi l’échangeur va être planté :

  • de peupliers et de saules pour qu’ils dégradent à leur racines les hydrocarbures, donc les composés organiques en composés moins toxiques.
  • de colza, de tournesols et de luzerne afin qu’elles accumulent les ETM (Eléments Traces Métalliques), qu’elles les absorbent par les racines dans leur tiges et feuilles.

Les plantes, une biomasse ayant accumulé des polluants, pourra ensuite être récoltée afin de mettre en place de l’agromine. Cette biomasse est séchée puis brûlée, ce qui d’un côté produit de l’énergie pour le fonctionnement du laboratoire et de l’autre côté donne des cendres riches en métaux qui sont ensuite récupérés par hydrométallurgie, on fait fondre pour récupérer les métaux. Ainsi, les plantes dépolluent les sols et produisent en quelque sorte des métaux.

Pour financer ce projet, plusieurs acteurs pourront entrer en jeu. Dans une politique de sécurisation de l’approvisionnement en métaux critiques, mais aussi pour le recyclage des ces pollutions l’Union Européenne pourra débloquer des fonds pour l’innovation; mais aussi l’ADEME, la région Pays de la Loire qui finance déjà POLLUSOLS, le département de la Loire-Atlantique, ainsi que la métropole et la commune de Bouguenais pour le rayonnement.

Voici l’échangeur composé de sa complexité d’îlots, considéré comme un objet infrastructurel, qui s’inscrit dans un carré de 350 m sur 350m.

Habiter le monstre, axonométrie égyptienne (ech: 1.500e)

Il est composé de :

  • routes, bretelles et boucles, dont le périphérique et la route de Pornic
  • différents bassins de rétention qui récupèrent toutes les pluies de l’autoroute, 
  • sapinières plantées il y a 30 ans lors des dernières modifications de l’échangeur et qui le boisent 
  • deux pylônes électriques qui portent des lignes HT
  • une piste cyclable aménagée par Nantes métropole qui nous met dans une situation absurde et intéressante de devoir traverser à deux reprises des voies d’insertion.
Donner à voir et s’approcher
Sécher
Analyser