Marais en périls : agir au service des prairies humides

C’est durant la deuxième marche collective, en février, que j’ai découvert un phénomène particulier qui se joue dans les prairies humides de l’Acheneau (voir l’article Perception troublée dans cabinet de troublosités).

Le paysage singulier des prairies humides de l’Acheneau (ici dans la commune de Saint-mars-de-Coutais), évolue en fonction des temporalités. En hiver, lors des crues de l’Acheneau, ces dernières sont inondées, accueillant une faune et une flore rare et spécifique à ce milieu. Puis en été, elles sont utilisées par les éleveurs qui y fauchent l’herbe ou y font pâturer leurs bovins.

Ce qui caractérise ce milieu c’est son interdépendance entre les êtres qui le composent. Ce paysage singulier qualitatif, ne peut exister que s’il est entretenu par les éleveurs.

En effet, si l’éleveur ne pratique plus son activité, qui permet de conserver ce caractère prairial, en 10 ans ce milieu se transformera en un milieu fermé, la forêt, entrainant la disparition de tout cet écosystème. Mais cette interdépendance est mise en danger. Ce paysage sous l’influence totale de l’Homme, qui en gère très précisément le niveau des eaux, est source de nombreux conflits d’intérêts entre les acteurs. L’éleveur, acteur principal dans la conservation de ce milieu est le plus touché. Pour exemple, une inondation longue, souhaité par Natura 2000 pour une préservation de la biodiversité, entraine pour ces derniers une baisse de la qualité et de la quantité d’herbe pour son exploitation, rendant son activité économiquement instable.

Si une réflexion est en court au sujet de la gestion des niveaux d’eau, les négociations sont compliquées. Mais on peut dès maintenant engager des transformations visant à préserver les zones humides en agissant sur le volet économique et le volet environnemental.

Je propose donc un projet d’espace public linéaire, piéton, de 4.3 km se parcourant en 50 min. Sur ces abords, des interventions architecturales viendront agir au service des prairies humides. Dans le bourg, des ateliers de transformations, sous la forme d’une coopérative, permettront de soutenir les éleveurs et donnera la possibilité de regrouper les acteurs, pour qu’ils puissent continuer leur activité. Cet équipement financé par la commune sera l’occasion de lui donner de l’attractivité mais aussi de faire cohabiter deux activités peu habituées à l’être, celle de la transformation alimentaire et de l’espace public.

Une plateforme d’observation, dessiné grâce aux résultats d’enquêtes menées auprès d’ornithologues, permettra de poursuivre autrement cette mise en débat des enjeux sociétaux en misant sur l’expérience de ce paysage singulier à destination des naturalistes, mais aussi du grand public. C’est aussi l’occasion d’installer un micro-refuge.

Enfin, afin d’assurer la mise en public de ce micro-territoire, il est nécessaire de penser la construction d’une passerelle piétonne pour faciliter la déambulation, aujourd’hui très dangereuse, ne possédant qu’un bas-côté mince et non entretenu.

Cette proposition participant à la préservation de cette interdépendance entre les êtres qui composent ce morceau de territoire, elle pourra être financée par les différents acteurs qui le contrôle et qui aujourd’hui sont à la recherche de proposition pour trouver un équilibre entre préservation d’une biodiversité et d’une économie locale.

Ce projet, composé de ces différentes interventions,  spécifie une séquence sur le sentier métropolitain « L’économie du paysage ». Ce tracé propose d’utiliser la marche comme moyen de révéler d’autres phénomènes présents dans les paysages qui composent ce territoire.