Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

La zone industrielle est faite de larges nefs industrielles et de bâtiments tertiaires dispersés, construits à différentes époques. Elle laisse apparaitre des brèches : un caractère romanesque avec un ancien château des ducs de Bretagne isolé au cœur de l’île, une orangerie et des maisons de maîtres à ses alentours,  un caractère contemplatif et spirituel avec la présence d’un hermitage oratoire qui ouvre des points de vues sur le grand paysage, une chapelle désaffectée qui était un ancien moulin, mais aussi un caractère quotidien, ordinaire dans la vie de quartier qui se développe symbolisée par la présence de logements ouvriers, de plaques révélant le nom de rues et de places, le passage régulier du bac reliant le nord et le sud, des passants aux marges de l’île…

On se rend compte qu’on se situe à un temps T d’un paysage en mouvement : on est encore témoin de la subsistance de ces lieux riches mais quasiment inutilisés, qui peinent à être rentabilisés par l’activité industrielle et dont la présence est menacée, et d’une transformation rapide, presque spontanée au gré des envies d’un groupe, qui s’installe dans une table rase progressive du patrimoine pour augmenter le nombre de parkings. Dans quelques années, l’île sera entièrement bétonnée, clôturée, mono-fonctionnelle.

Peut-on penser – à travers le projet – un futur différent pour Indret ? Peut-on se saisir des contrastes présents, de la cohabitation pour en faire un principe de composition ? 

1 // La figure de l’île

Dans un premier temps, il s’agit de reconnaître la situation géographique exceptionnelle qu’occupe ce territoire, et sa transformation historique au sein d’un estuaire industrialisé. En m’inscrivant dans une dynamique en cours, de prise de conscience et de rapprochement avec le fleuve, j’invite à repenser la figure de l’île d’Indret, en redonnant de la place à l’eau et en augmentant le contact avec elle. 

Jusqu’au 18e siècle, l’île fait partie d’un archipel dans la Loire, avec l’île de Basse-Indre au nord, et le boiseau au sud, en haut des coteaux. Elle est occupée par l’hermitage de Saint-Hermeland et le château Mercoeur. Puis, elle est industrialisée avec une première occupation de fonderie de canons pour la marine. A cette époque, les fonds de la Loire sont dragués pour permettre le passage de navires de plus en plus gros. On construit des digues pour créer un bassin de rétention qui alimente le moulin à marée qui permet de forer les canons. Les digues ont la double fonction de traversées piétonnes plantées jusqu’à l’île pour les ouvriers venant des communes de Bouguenais, de La Montagne et de St-Jean.  

Aujourd’hui, Les anciens bras de Loire sont devenus les ruisseaux de l’étier et la petite rivière, reliés entre eux par un système de canaux, amenuisés avec le temps, dont on ne s’approche pas. On ne touche plus la Loire, on ne la longe pas, par faute de chemin ou présence de clôtures. Le reste de l’eau du fleuve entourant l’île a laissé la place à des prairies inondables, en partie pâturées, qui conservent la sensation insulaire du lieu. Pour accéder à l’île, on emprunte depuis le sud une des trois digues, et depuis le nord on voyage sur le bac qui fait des allers retours entre Basse-Indre et Indret. 

L’idée est d’ouvrir plus largement les boires de Loire et les canaux de circulation, reconsidérant physiquement la place de l’eau dans le territoire. Son chemin s’accompagne d’une renaturation spontanée dans les prairies inondables et je propose aux endroits de confluence un système de parcs submersibles qui permettent la promenade, le jeu, la pause. C’est aussi une augmentation dans les usages, à travers une approche physique avec la Loire, en cheminant au bord de l’eau, tout autour de l’île, et en offrant le contact par la vue, le toucher, voire l’immersion 

donner plus de place à l’eau et augmenter les usages
place du bac – chemin au bord de l’eau

2 // habiter l’île

Dans un second temps, je propose de venir habiter l’île, à tous les sens du terme : habiter son logement mais aussi son lieu de travail, les rues, les places, les cafés, habiter quotidiennement ou ponctuellement… Cette intention se saisit d’un existant complexe, d’un regard sur une île vécue et parcourue au quotidien par les centaines de personnes qui travaillent et mangent ici, celles qui y dorment, celles qui visitent par les chemins ou transitent par le bac… Je ne vise pas à lisser cette complexité, mais au contraire à recoudre entre eux les fils d’une histoire qui fait dialoguer les espaces et les temps, à décupler les usages et faire de la promenade un levier de transformation. 

Je propose une urbanisation de l’île, à travers des logements, alternant petit collectifs, intermédiaires et maisons individuelles, des commerces de proximité qui sont aujourd’hui éloignés, des services et des équipements. Pour organiser ce développement domestique, je viens m’appuyer sur la longue rue bordée de platanes, qui marquent l’ancien chemin de l’eau, et traverse l’île d’une manière organique. Elle lie actuellement les différents équipements du site : le gymnase, le restaurant, la médiathèque et l’école et les logements, les maisons nobles, ou ouvrières. La rue devient l’axe principal du cheminement piéton intérieur. La centralisation des stationnements nous permet de dégager un espace au sol précieux et de dessiner une emprise foncière, dans la longueur de l’île, qui permet d’accueillir la petite échelle, contrepoids du vocabulaire industriel. Le long de la rue, un joli mur en pierre vient parfois la border et s’épaissir en de petites constructions, ou s’ouvrir pour les entrées des logements. Je souhaite réutiliser ce vocabulaire du mur, qui vient fermer les îlots et permet une organisation autour de cours intérieures communes. 

la rue des platanes : organisation de l’implantation bâtie

Cette implantation permet la transition vers le logement, l’organisation d’un stationnement collectif, le lien et le partage entre voisins. Les cours sont pavées et plantées. Le long de la rue du bac, la façade est plus urbaine : parfois haute, elle est souvent activée par des commerces et services en rez-de-chaussée et les équipements publics : le gymnase, l’école… La circulation de la rue est apaisée : la place donnée à la voiture diminue et celle donnée aux cyclistes et piétons augmente en contact avec l’eau et la végétation. Un large trottoir au nord s’accompagne de plateaux et retrouve l’esprit des quais. On retrouve plus d’une centaine de nouveaux logements, des commerces en rez-de-chaussée et activités, des rues piétonnes et des places publiques et des cours résidentielles.

maquette 1/1000e : mariage du projet et de l’existant

De plus, 5 traversées dans l’épaisseur de l’île, viennent relier les coteaux et la Loire à travers les trois digues, ou les rives de l’île. Elles s’immiscent dans les interstices, s’épaississent pour créer des places, augmentent lien avec l’eau. Les traversées montrent en particulier une imbrication avec l’existant de l’île, dans une négociation d’espaces avec le groupe, qui permet également un meilleur cadre de vie aux employés, eux-mêmes enfermés dans la zone. Les barrières ne sont pas éliminées d’un coup mais déplacées là où la présence est la plus dérangeante. C’est une réappropriation de la zone, une domicialisation. 

plan masse : implantation bâtie et traversées
détail d’une traversée, dialogue avec l’existant

En conclusion, le projet cherche à débloquer des possibilités sur un site qui apparait à tous comme contraint, où des conflits existent aujourd’hui. Il montre qu’en renversant un rapport de force, une vie quotidienne profitable à tous est possible et à plus long terme une subsistance de chacun par une cohabitation réfléchie. C’est tout d’abord comprendre qu’il y a quelque chose de possible, pour construire une histoire singulière, et mettre en dialogue les différentes parties pour les penser ensemble. Il est important pour moi dans un lieu comme celui, historique, symbolique, de proposer un lieu vivant qui appartient à tous et aussi aux passants, qu’on a envie d’investir de s’approprier, qui se déjoue du quartier spécialisé pour devenir un quartier de ville, par le biais de la transformation.