L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux

Apprendre des oubliés et expliquer les cicatrices

Le sentier des carrières propose de relier les différentes carrières situées dans le quadrant sud-ouest de la métropole. Celles-ci, abandonnées ou en activité, participent au développement du territoire en même temps qu’elles transforment le paysage. 

Sur les vingt-deux carrières relevées, seules trois sont en activité : comment rendre compte des carrières qui ont été laissées à l’abandon et qui aujourd’hui sont des sites délaissés ?  

La carrière des Coteaux 

 La carrière des coteaux, située au Pellerin, a débuté son exploitation au 16ème siècle. Elle appartenait alors à la Seigneurie du bois Tillac, qui se situait deux-cent mètres à l’Ouest. Elle est aujourd’hui devenue un lycée agricole, le lycée agricole du Bois Tillac.  

Du granite y était extrait, qui a servi à la construction du Pellerin jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Après celle-ci, les pierres étaient acheminées par bateau jusqu’à Nantes pour la reconstruction de la ville. 

La carrière a été abandonnée dans les années 1960. Le site s’est aujourd’hui reboisé et revégétalisé par la succession écologique. Il est passé d’un espace rocailleux et dénué de végétation à un espace disposant d’une couverture végétale variée. 

Comme indiqué dans le Cabinet de troublosités, trois zones liées à la topographie et la présence d’eau peuvent être distinguées : un bois mésophile, avec des chênes, châtaigniers et frênes, un plan d’eau et une roselière, et, entre les deux, une prairie. 

Après le Grenelle de l’environnement, le site a été placé en 2013 au sein de la “stratégie de création d’aires protégées”, qui vise à maintenir une biodiversité suffisamment importante à l’échelle nationale.  Ces schémas de création d’aires protégées ont plusieurs visées : d’abord, préserver une partie (2%) des sols sur le territoire en les protégeant règlementairement, par la création de parcs naturels régionaux ou nationaux, par arrêtés préfectoraux de protection du biotope ou géotope ou des réserves biologiques forestières. Ils ont également une visée éducative, pour la production de connaissances et la recherche sur ces lieux, avec des fonds destinés à une promotion de ces territoires. La SCAP est une démarche conduite à un niveau national et sa déclinaison régionale a été confiée aux DREAL. 

plan du lycée agricole (à l’ouest) et de la carrière (à l’est) et des transformationsd envisagées

Le lycée agricole du Bois Tillac 


A 200 mètres de la carrière se situe le lycée agricole privé du Bois Tillac, installé dans les bâtiments et sur une partie des terres de l’ancienne seigneurie du Bois Tillac. Construit avec les pierres de la carrière, il accueille environ 350 élèves. 25% d’entre eux suivent le bac STAV Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant et 35% le bac pro CGEA/H Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique. Le lycée agricole dispose d’un internat ouvert au public lors des vacances scolaires, pour des hébergements à la nuitée profitant principalement aux cyclistes et marcheurs le long de la Loire. Cependant, très peu de chambres sont louées, en cause un manque de communication et une impossibilité d’accéder au lycée depuis les bords de Loire. 

Ces cursus forment à l’agriculture, à l’aménagement des espaces, à la protection des milieux naturels et à l’agroalimentaire, pour une installation future des étudiant.e.s en élevage, en production végétale ou pour poursuivre des études en agronomie, en développement de territoires ou en agroalimentaire.  

Les étudiant.e.s ont 4 heures d’agronomie et 2h30 de biologie-sciences naturelles par semaine le long de leur formation. Ces enseignements se divisent pour moitié en cours théoriques, dispensés en classe, et en travaux pratiques, à l’extérieur ou en laboratoire, pour l’autre moitié. Ces TP suivent un programme donné dans les grandes lignes par le ministère de l’agriculture mais doivent former à des compétences très précises : reconnaissance faunistique et floristique, compréhension du cycle végétal et de la photosynthèse, études de sol, d’air, de peuplements. 

A ce jour, les lycéens du Bois Tillac divisent leurs cours pratiques entre l’unique laboratoire du lycée et des sorties en extérieur : dans des cultures, les roselières de bord de Loire, le jardin des Forges (St Nazaire) annuellement, et les abords proches du lycée, dont le pourtour accessible de la carrière. Aujourd’hui, le lycée manque d’un laboratoire qui permettrait de conduire ces TP dans des conditions plus confortables pour les élèves. La carrière étant un support idéal pour une grande partie des TP, l’idée est venue de créer un espace de production de connaissances et d’apprentissage sur le site, qui servirait à la fois aux lycéens et à la DREAL. 

Ainsi, la présence du lycée agricole aux abords de la carrière permet de définir un programme d’intervention :  

Dans un premier temps, connecter le lycée à la Loire pour rendre l’internat plus accessible aux randonneurs et cyclistes l’été et permettre le passage du sentier par la carrière. 

Ensuite, la création d’un laboratoire et d’un espace d’archivage pour le lycée, qui servait pour les TP des lycéens, mais qui serait également ouvert à d’autres organismes en dehors de la période scolaire – dans la même logique que celle de l’internat. 

Finalement, il s’agirait d’inscrire la carrière dans la démarche de la Stratégie de Création d’Aires Protégées et en faire un lieu de production et partage de connaissances acquises par les étudiants et les organismes extérieurs tels que la LPO, la BRGM ou la DREAL. 

Quel niveau d’intervention adopter sur un site protégé ? 

La question de l’impact d’une construction sur un tel site s’est posée. Comment tirer parti de la situation de celui-ci sans en perdre les avantages ?  

La SCAP permettant les interventions qui visent la production et le partage de connaissances, le parti pris est de limiter l’accès du public au site, en définissant des accès qui cadrent les possibilités de déambulation, mais qui permettent cependant d’en avoir une vision générale en passant par les différentes zones et en changeant de point de vue. 

A la manière de l’intervention proposée par M – Arquitectos sur Pedreira Do Campo, l’usage d’une rampe basse, sur des pilotis, permet de ne pas imperméabiliser le sol et de laisser la flore se développer. Celle-ci serpente le long du front de taille, au-dessus de la prairie et à proximité du plan d’eau, pour terminer dans le bois mésophile qui surplombe la carrière. De cette manière, les visiteurs peuvent avoir une compréhension générale du site, tout en laissant la majorité de celui-ci se développer. 

D’autre part, la nature du sol granitique et l’affleurement de la roche permettent de ne pas avoir à intervenir conséquemment dans le sous-sol. La surface étant stable, les constructions n’ont pas besoin de profondes fondations. 

coupe à travers le lycée agricole, l’atelier d’observation, la carrière des Coteaux et le Pellerin

 
L’accès, la production et le partage de connaissances 

Comme défini précédemment, l’auto-programme résultant des besoins du lycée et de la situation de la carrière est en trois point : permettre un passage entre le lycée et les bords de Loire, créer un espace d’apprentissage et un espace de diffusion des connaissances. 

Ce programme dessine la proposition de projet : la création d’un accès permettant de franchir le font de taille, d’un laboratoire et d’un espace ouvert au public – marcheurs, vacanciers, habitants de la métropole – qui permettrait la diffusion des connaissances acquises depuis cette carrière. 

La proposition se matérialise en un centre d’observation de la carrière déployé sur trois niveaux. 

Au rez de chaussée et R+1, le laboratoire, qui permet aux étudiant.e.s d’accéder à l’ensemble du site pour l’étudier. Au-dessus, au niveau du haut du front de taille, un espace de mise à disposition du public, pour pouvoir organiser des conférences et des expositions sur la carrière en elle-même ou des thèmes liés. 

Les dessins du centre présentent une proposition d’intervention sur la carrière. A la manière du stade esquisse dans un projet architectural, ils seraient à compléter et à définir plus précisément avec les acteurs concernés : le lycée agricole et la DREAL. Ce travail d’aller-retour, de définition précise des besoins et des expériences des acteurs permettraient d’avoir un degré de précision supplémentaire et de répondre précisément à ces besoins



Citer ce billet
gaellebojko (2021, 24 juin). L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyl

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search