Là Noue aussi.

Des limites à rendre fertiles.
Pirater les haies pour nous nouer.

Léna Guillo + Nadja Warnant

—1 · Marcher le long des haies

En commençant le semestre par des marches, on a compris l’importance de l’arpentage d’un territoire pour faire projet. C’est pourquoi on imagine que ce projet commencerait par un événement collectif, on inviterait les habitant·e·s à marcher avec nou·e·s.

Affiche de la deuxième marche collective.

Trois marches sont organisées avec des participants dans une volonté de rencontrer le territoire. La première, comme une introduction, pour découvrir le secteur sud-ouest de Nantes Métropole. La seconde, un temps de collecte de ce qu’on pu y voir et glaner comme éléments autochtones. La troisième, plus active, tente d’intervenir par des micro-interventions en semant des graines. 

De ces marches, on a pu faire des constats. L’aéroport sur le territoire pose la question de son agrandissement, et de l’empiétement sur des propriétés —peut-on parler d’un projet d’intérêt général ? —. Les paysages de la métropole sont aujourd’hui plus secs que jamais. Le vivant est désormais sous contrôle : l’économie de la graine les rend non reproductibles et non libres de droits. On observe des haies prêt-à-planter qui ne proposent pas de milieux, appauvrissent le sol, l’écosystème et le paysage. Comme le dit Isabelle Stengers à propos du vivant qui se développe dans les milieux humains et abstraits, sans interdépendance, ce vivant serait singulièrement indifférent aux autres parce qu’il peut proliférer n’importe où, et conquérir à peu près n’importe quel milieu.

On retrouve ce vivant dans les haies d’aujourd’hui, celles qui délimitent, dissuadent, isolent, protègent et décorent, souvent associées à un attirail d’éléments qui les renforcent (grillage, muret, barbelé,…)

une haie armée.

Alors que les haies pourraient permettre plus d‘échanges entre nous. Nous : animaux, végétaux, humains, milieux, climats et écosystèmes. La haie du commun repensera murs, grillages, arbustes, dans sa relation avec le vivant : il sera refuge, passage, habitat. Il s’agira de fertiliser les éléments bâtis pour que la haie soit un milieu épanouis.

—  2 · Pirat’haie

On a imaginé un sentier comme première étape pour développer la haie du commun. À l’état actuel, il permet surtout de se confronter aux limites, longer l’aéroport, couper à travers champs, traverser les zones pavillonnaires, parcourir le cimetière paysager et marcher le long de routes.

(Lien de l’article Délimite, des limites)

En second temps, nourri des marches et de nos discussions collectives, on propose un manuel de piratage des clôtures. Il s’agira de reconquérir la production de clôtures, aujourd’hui monopolisé par les grandes enseignes de jardinage et de bricolage. On part de clôtures existantes, on imagine les couper, les rafistoler en faire de nouvelles avec ce qu’on a, de manière peu couteuse et facilement accessible. On joue avec les limites, qu’elles soient plus ou moins épaisses, bruyantes, odorantes, sécuritaires ou gourmandes. On ne réinvente rien, on essaye juste de casser les codes. L’idée est d’offrir un droit de passage à toutes échelles, que l’on soit fourmi, hérisson, graine ou voisin.

Extrait du manuel.

Toutes ces suggestions sont accessible en open source, de manière à ce que toutes et tous puissent y avoir accès et se les ré-approprier, qu’elles se diffusent sur le territoire. On les trouveraient posées sur le comptoir de la boulangerie, du bureau de tabac, distribuées au marché mais aussi en accès dans les mairies, bibliothèques, CAUE…

 

—3 · Nous à la Noue

On fait l’hypothèse de la concrétisation du manuel à La Noue, village de Saint Aignan de Grandlieu par lequel passe le sentier. Au fil des marches et de l’enquête, le lieu est arrivé comme une évidence. Le fait qu’on ai voulu faire un projet sur le commun, pour nous, et que l’on découvre un lieu qui s’appelle La noue. Un article raconte les histoires et légendes ainsi que nos découvertes dans le cabinet de troublosité. 

Un groupe d’habitants pionniers se sont décidés à appliquer les suggestions du manuel des néo-limites, en suivant plus ou moins les préconisations.

L’impasse de La Noue fertilisée

La rue traditionnelle avec ses murets et son bitume est transformée. Les lieux et surfaces deviennent plus vivantes, et luxuriantes. Ils sont plus généreux dans leurs paysages et laissent plus de place aux piétons.

—  4 · Se planter, s’implanter.

Le manuel impulse une dynamique sur le territoire, et rassemble autour de lui un groupement d’habitant·e·s, de marcheur·euse·s, d’associations (dont Jardiner au Naturel, à Bouaye) et de professionnel·le·s (comme Terrassalica, une micro jardinerie éco-responsable, à Bouguennais).

Avec comme idée créer des lieux qui pourront pérenniser cette attention au vivant. Ils formeront un contre-modèle de Jardiland, en proposant un lien avec le local grâce à trois entités interdépendantes qui prennent soin de la graine, sa croissance, sa mise en terre, et son développement.

À La Noue, on a trouvé trois bâtisses abandonnées, partiellement en ruine, non répertoriées sur le cadastre, et que l’on décide d’investir. Elles seront trois étapes sur le sentier.

les trois bâtisses réinvesties.

1 — Faire Pousser, ce bâtiment sans toit, deviendra une serre pour les semis, accompagné de plantations dans le champs qui l’entoure.

2 — Comptoir des Graines, cette bibliothèque permet le stockage des graines récoltées ou offertes, situé sur l’axe routier Saint-Aignan—Nantes, il se veut manifeste. Une structure de grillages et de clôtures récupérés vient le chapeauter et le couvrir de végétation. 

3— Le Bazar, lieu de fabrication et de démonstration de pratiques et connaissances vertueuses autour du jardin, de savoirs alternatifs, de haies indigènes et d’application des néo-limites.

— 5 · Un sentier vers le commun
De nouvelles limites se dessinent.

A l’échelle du sentier, plus tard, on imagine aller plus loin dans l’utilisation du manuel, il ne s’appliquera plus seulement au seuil rue—jardin, mais au seuil jardin—jardin, jardin—sentier.  Il n’y aura plus besoin de délimitation linéaire des parcelles, on irait au-delà de la dualité privé—public. On pourrait imaginer un statut commun des haies, elles n’appartiendraient ni à la commune, ni aux habitant·e·s, mais au village, dont les humains auraient la gestion. Elles seront une zone de transition qui permettra un vrai droit de passage.

Ce processus grandit à l’échelle du territoire et s’égraine le long des paysages du sentier. Il dessine un univers plus fertile, les plantes et essences se propagent grâces aux marcheur·euse·s et habitant·e·s. Il offre un lieu de glanage et de cueillette, répand des savoirs autour des végétaux. Lors d’une marche on expérimente une nouvelle manière de définir les limites, qui permet un droit de passage.

«À défaut de ressusciter les communaux, la lutte pour le droit de cheminer pourrait donc réactiver le sens du commun ».

— Sarah Vanuxem, article Du droit de déambuler paru dans Les cahiers de l’école de Blois n°19 – Le droit au paysage

Les nouvelles haies ( en vert fluo) apparaissent le long du sentier