De la ville entamée à la ville épuisée : trans-percer la métropole

Entamer, s’enfoncer et épuiser : un transect qui transperce la métropole, carte 1/50000 (Amélie Certes)

Comment rentrer ? Comment « entamer » une ville ?

S’enfoncer dans sa frénésie, l’observer, la parcourir, la saisir dans tous ses méandres et dans toutes ses agitations. Au fur et à mesure faire attention à ses détails, et alors ne plus voir une rue mais chaque pavé qui la compose, passer devant la terrasse de ce bar et sentir le gout de sa bière. Puis y prendre part, s’y inclure au point de s’y confondre, au point de ne plus voir ce que l’on a déjà vu, de ne plus comprendre ce que l’on avait compris d’elle, de couvrir au lieu de découvrir. Et comme Marco Polo à Zemrude, le regard auparavant attirer par les balcons et les clochers, se baisse maintenant vers quelques mégots de cigarettes déjà présents la veille, pièces infimes d’un patchwork dont on ne prend plus la peine d’en distinguer les motifs.

La ville ne s’épuise peut-être finalement jamais, elle s’entame chaque jour d’une infinité de manières.

Amélie Certes

Collage “Trans-percer la métropole” (Amélie Certes)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ameliecertes (15 mars 2021). De la ville entamée à la ville épuisée : trans-percer la métropole. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxwa


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search