Paysage d’extraction

Photo légendée de la maquette de site réalisée en plâtre

Ce projet a vu le jour suite à un trouble commun , ce trou gigantesque à quelques pas du centre-ville, invisible pour les piétons, étranger au paysage nantais que l’on connaissait, “La carrière des maraîchères”. Elle se situe dans le secteur sud-ouest de la métropole nantaise, aux abords de l’aéroport. Cette cicatrice du sol est bordée de flux importants tels que la route de Pornic et la voie ferrée. Elle se situe également à proximité d’un monde plus rural avec deux hameaux, la Ville au Denis et la Gilarderie. Ce territoire est marqué par cette variation brutale du relief, avec un trou qui s’enfonce jusqu’à 131 mètres sous terre à quelques mètres des habitations riveraines. 

Aujourd’hui, le site est en fin de gisement, l’extraction est terminée et la carrière attend sagement sa “remise en état” c’est-à-dire, un comblement prévu avec des matériaux inertes (terre d’excavation*, matériaux de construction*, etc.). En ce moment, elle est habillée d’une dense végétation sur les hauteurs. Les traces des anciens outils d’extraction y sont encore visibles, immobiles. A l’intérieur, on entend seulement le bruit d’un petit moteur qui pompe l’eau du grand bassin formé en fond de carrière par les eaux souterraines et de ruissellement. Sorti hors de ce relief, l’activité industrielle des entreprises installées sur le site est toujours bien présente. 

La totalité du site des Maraîchères est sous la propriété d’un certain Monsieur Graton qui loue ces différentes parcelles à de grands groupes : Lafarge, exploitant de la carrière depuis 1950 ; CMGO qui stocke ici tout type de granulats ; et Colas et son usine de bitume Enrobé 44. C’est cette industrie qui est à l’origine de nombreuses contestations. En effet, elle dégage des odeurs et des fumées qui créent des nuisances depuis de nombreuses années. En 2019 le Collectif “Stop Usine bitume” s’est créé pour lutter contre cette industrie qui cause beaucoup de dégâts pour les riverains de la Ville au Denis.

De l’autre côté, ce sont les habitants de la Gilarderie qui vivent sous des nuages de poussière dus aux granulats utilisés quotidiennement par ces 3 entreprises. Le remblaiement prévu courant 2021 par Lafarge va lui aussi générer beaucoup de poussière pendant des dizaines d’années, le groupe a alors promis de les diminuer grâce à des brumisateurs. Avec l’extractivisme depuis 70 ans, les nuisances perpétuelles ainsi que la proximité avec l’aéroport, ces habitants sont témoins ici de rouages à grande échelle dans leur quotidien auxquels ils veulent faire face.

Coupe Sud-Ouest_Nord-Est de la carrière des Maraîchères

 

A partir de ces observations, notre volonté est de rendre accessible le site des Maraîchères le long du sentier pour donner à voir un maillon de la chaîne de construction. Expliquer et faire comprendre à la population les enjeux de l’exploitation du sol, en intervenant sur la matière pour s’immerger dans la carrière. Par ce projet, nous souhaitons créer un contexte de discussion pour les groupes qui arpenteraient ce segment de sentier. Nous voulons par cette intervention rendre un espace digne aux habitants, leurs proposer une nouvelle relation avec leur territoire.  

On a décidé d’intervenir sur la partie sud de la carrière où passe aujourd’hui un chemin privé. Le cheminement dans la carrière est dans la continuité de la marche du sentier “Paysage d’extraction”, il faut un pas de côté pour se retrouver au cœur de la roche. L’immersion dans la carrière se fait par des escaliers qui longent les fronts de taille. Ceux-ci permettent d’atteindre différents niveaux de l’extraction. Ramener l’échelle humaine à travers un objet architectural qu’on connait, le tout dans un ensemble qui est totalement hors d’échelle, gigantesque, nous semblait judicieux. C’est une manière de porter une attention particulière à la marche, chaque pas devient alors un acte fort, raisonné. 

Cette marche dans la carrière est rendue possible par des interventions ponctuelles qui offrent, pour chacune d’elle, une nouvelle appréhension du site. Ces espaces de circulations le long des fronts de taille et sur les banquettes ont été possible grâce à l’extraction de la matière, dans un geste qui nous rappelle la genèse de ce paysage artificiel. L’idée est de s’intégrer dans le minéral pour être au plus proche de cette matière mise à nue. 

Il y a 5 types d’interventions qui permettent d’appréhender la carrière à travers différentes expériences de marche. 

Maquette au 1/20ème en argile de l’escalier type 2
Maquette au 1/20ème en argile de l’escalier type 3
Maquette au 1/20ème en argile de l’escalier type 4

La première est une entaille dans la roche qui est accessible à tous. Ce long couloir mène à un large champ de vision sur la carrière, une sorte de belvédère, un point d’accroche qui invite à se projeter dans le paysage. Ici vous avez le choix de continuer ou rebrousser chemin. Après quelques pas, un escalier est indiqué par un garde-corps qui semble se jeter dans le vide. En descendant, nous sommes invités à une descente attentive,  la hauteur des marches instaure une certaine prudence. Nous voilà arrivés sur la première grande banquette. 

Quelques mètres plus loin, un nouvel escalier se présente à nous, plus allongé celui-ci. La marche y est plus décidée, on s’y sent plus à l’aise grâce à cette pente douce de 2 mètres alternée par des marches aux dimensions standards. Cet escalier–ci a été pensé dans le but de réduire la crainte et commencer  à se plonger dans une réflexion sur le site, puis on descend encore. On arrive maintenant sur la deuxième banquette pour un temps de pause, de contemplation, de réflexion avant de poursuivre le chemin dans la carrière. On passe par la faille de la colline, haute de 4 mètres pour rejoindre l’escalier standard. Ici, se trouve des marches auxquelles nous sommes tous habitués, semblables à celles des villes, des immeubles ou des maisons, elles aussi sont faites de roche – seulement ici, vous êtes chez elles, au cœur même de leurs genèses. Nous remontons une nouvelle fois par ces escaliers abrupts, après l’effort vous pouvez admirer une dernière fois ce paysage d’extraction du territoire nantais, pour enfin ressortir comme vous y êtes entrés, par un passage étroit dans la roche. 

Au cours de ce parcours, on trouve quelques épais garde-corps ponctuels sur les banquettes, faits avec la matière extrudée pour la création des escaliers, ceux-ci permettent aux marcheurs de s’approcher du vide de manière plus sécurisée. 

Vue d’une marche au sein de la carrière | à gauche la faille dans la roche (type 1), à droite les garde-corps en pierre réutilisée (type 5) .

Pour la réalisation de ce projet, le chemin d’accès a pris un caractère semi-public. Il est toujours détenu par le groupe privé Lafarge. Suite à une demande des habitants de voir de leurs propres yeux ce qu’il se passe, le chemin est devenu accessible au public lors des jours d’ouvertures convenus par “Grands Sentiers” et “les riverains voisins” qui sont deux associations qui regroupent les initiateurs du projet. Avec d’autres intervenants, ils assurent ensemble l’animation de cet espace, par le biais de marches, explorations artistiques, conférences en plein air etc. Tout cet intérêt pour ce paysage à conserver a précipité le départ de l’usine d’enrobé 44 du groupe Colas, au plus grand bonheur des riverains. Colas séjourne aujourd’hui proche de la carrière de Rouens, dans un secteur moins sujet à l’étalement urbain. 

Sachant que cette carrière a pour avenir d’être ensevelie, nous avons bien conscience du caractère éphémère de notre intervention. C’est presque manifeste de s’implanter là, c’est faire blocage en apportant un intérêt, des pratiques dans ce paysage. C’est proposer une alternative au remblaiement dans un site alors partagé entre une économie de grande échelle et une intervention discrète. La cicatrice existe et fabrique un nouveau paysage, faudrait-il à tout prix la recouvrir ?  

C’est le début d’une réflexion que nous proposons, nous n’avons pas de réponse immédiate à tous ces enjeux, mais amorçons une piste, un cadre de réflexion. 

*: Seuls les matériaux non pollués sont utilisés pour le remblaiement (normalement). 

Chloé H et Chloé B.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chloebouteiller (22 juin 2021). Paysage d’extraction. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyg


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search