Le chemin observatoire

Le territoire arpenté durant mes marches et explorations possède un remarquable patrimoine arboré qui génère une grande variété de paysages enfouis au cœur de la métropole. Le sentier sur lequel j’ai travaillé ce semestre permet de découvrir ces arbres classés remarquables par le CAUE, avec le soutien du Conseil Général de la Loire-Atlantique, dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise.

C’est en suivant ce sentier que je me suis retrouvée face au chêne de Saint-mars-de-Coutais, dans le hameau de la Basse Cour, se trouvant au nord-ouest du lac de Grand-Lieu, a la première sortie à gauche de la D264 venant de Bouaye. 

Ce chêne a poussé spontanément. L’habitant me l’ayant présenté m’a parlé de terres, complètement inondées suite aux débordements du lac à une certaine époque. Elles sont maintenant occupées par des sylviculteurs et des agriculteurs, à 1 km plus loin de la Basse Cour. Je suis donc allée à la découverte de ces terres.

Marche N.3 le 12/04/2021 : 

 “Nous sommes donc parti voir de quoi il s’agit. Nous nous trouvons face à une forêt, difficile de la traverser, il y a autant d’arbres que de roseaux. De la friche. Plus on avance, plus le sol sous nos pieds s’humidifie. Un panneau sur un tronc d’arbre m’interpelle, “Propriétés privées”.  Au bout de quelques minutes de marche, le son de nos pas est presque inaudible avec tous les sifflements d’oiseaux. Nous sortons de cette forêt par une grande lignée d’arbres très hauts, des peupliers, vu leurs hauteurs d’environ 25-30 mètres ils étaient là bien avant la forêt. Nous nous retrouvons ensuite dans des champs de hautes herbes bordés par l’Acheneau, la route par laquelle nous sommes arrivés au début de notre périple apparaît au loin, un peu plus haute. La forêt est presque invisible vu des champs, cachée derrière une grande haie de peupliers et de chênes. Nous remontons vers la route en passant une douve longeant les champs vers l’est en empruntant un chemin sauvage ressemblant à des anciens escaliers, nous menant vers le début de la D264, au niveau du vannage, nous tournons la tête, et une vue sur ce tout ce que nous avons traversé s’offre à nous. “

Le retour au vannage de Grand-Lieu (dit de Bouaye), à travers les champs et les forêts, en contournant une bonne partie de la départementale D264, m’avait presque fait oublier que je traversais des prairies humides complètement inondées l’hiver.  

Je mène donc une enquête pour connaître le passé de ces terres. Impossible d’aborder le sujet sans évoquer l’histoire du Lac de Grand Lieu, ainsi que son impact sur le territoire qui l’entoure. 

De terres inondées à terres sèches grâce au système hydraulique

Cela fait un demi siècle que des projets d’aménagement majeurs autour du réseau hydraulique ont lieu afin de gérer la montée des eaux, pour que cela ait moins d’impact sur les terres et qu’elles puissent devenir productrices. Le lac de Grand-lieu  reçoit les eaux du bassin versant de plus de 85 000 hectares qui s’étale généreusement l’hiver passant de 4000 à 6300 hectares. En aval, l’Acheneau ainsi que le Tenu débordent à leur tour sur les marais et prairies humides.

Prenons le cas des terres de dessèchements de la Basse Cour. Au 19e siècle, ces terres étaient complètement inondées, avec comme simple plantation, un fragment boisée. A son plus bas niveau, le lac créait une presqu’île nommée le Butay, qui se trouve aujourd’hui à quelques kilomètre de la Basse Cour. Entre 1958 et 1960, le vannage de Grand-Lieu dit de Bouaye fut construit. Il viendra réguler les niveaux d’eau du lac . Cette opération a permis d’assécher les terres l’été qui garderont malgré cela le nom de prairie humides. 

L’eau qui se déversait sur ces terres ramenait avec elle des germes, des glands, qui pourraient expliquer la présence de certains arbres à la Basse Cour. Dominique Pierrelee, historien et membre de l’Académie de Bretagne dans son livre Mémoire des paysages entre Loire et baie Grand lieu, raconte qu’il y a 6000 ans, le lac était couvert d’un manteau forestier. Certains pêcheurs disent avoir trouvé des troncs d’arbres millénaires dans la tourbe au milieu du lac. Peut-être que le chêne de Saint-Mars-de-Coutais n’est donc pas né ici spontanément mais que son gland a voyagé du fond du lac pour atterrir dans un terrain à la Basse Cour ?

Le lac a façonné et impacté les terres dans la commune de Saint-mars-de-Coutais. Et pourtant, nous n’y trouvons aucun édifice, aucune activité liée à ce lac. Par conséquent, seul  le chêne témoigne de leur histoire commune. Néanmoins, mis à part à Saint-Mars, le lac est bordé par d’autres communes contenant toutes un observatoire lié à leur histoire respective. Que cela soit Pierre Aiguë à Saint-Aignan de Grand-Lieu, Le pavillon de Guerlain à la Maison du Lac à Bouaye ou la tour d’observation de la maison des pêcheurs du lac à la Chevrolière. 

Le chemin observatoire

Ce sont ces éléments qui ont fait naître le projet du chemin observatoire. D’abord le sentier des arbres comme monde m’a mené jusqu’au chêne de Saint-Mars-de Coutais, qui à son tour me mène jusqu’au site d’intervention : sur les terres de dessèchement de la Basse Cour, dans un terrain de hautes herbes bordé par l’Acheneau d’un côté et par la douve en contrebas de la D264 de l’autre, à quelques mètres du Lac de Grand-Lieu. Cette proximité du lac génère un site protégé suite à ses nombreux intérêts ornithologiques, faunistiques et floristiques. Les espèces rares de la réserve du lac se déploient pour se loger sur les grands peupliers, ou pour se reproduire dans les petits boisements de bordures. Plusieurs acteurs se sont regroupés pour leur protection (Zico, Natura 2000, Conservatoire du littoral). 

“Parce que sa longévité est immense, parce qu’il est l’image d’un rassemblement de forces éternelles, parce que sa “verticalité ascensionnelle” unit la terre au ciel en traversant le domaine des hommes, l’arbre semble le plus approprié de toute rêverie cosmique” Francis Hallé, Eloge de la plante [35] 

Unir la terre et le ciel, traverser le domaine des hommes. De ces paroles naît la volonté d’un chemin à hauteur des hautes herbes traversant une forêt et une prairie bordée par l’Acheneau, offrant la possibilité de rejoindre depuis la Basse cour et les hameaux avoisinant la promenade autour du lac, le long de la digue de la maison de Guerlain à pied ou à vélo, sans devoir subir le danger de la D264. 

Ce même chemin devient observatoire, unissant terre et ciel au niveau de la forêt, en montant en hauteur jusqu’aux cimes des arbres, offrant une vue à 360 degrés sur le paysage bocager de la région et ses terres humides, depuis une plateforme à 20 m du sol. Le chêne de Saint-Mars-de-Coutais se distingue dans les champs du côté sud-ouest, et le pin parasol de Bouaye du côté nord-est de la plateforme, qui est orienté vers le nord, mettant les visiteurs du chemin observatoire dos au lac de Grand-lieu, qui n’est pas perceptible à cette hauteur, mais dont le reflet se voit partout, quand les prairies se remplissent d’eau. 

Nous imaginons le chemin observatoire en bois d’orme  provenant de Saint-Aignan de Grand-lieu pour sa résistance aux embruns et à l’eau. 

Tel un arbre, ce projet vient s’enraciner dans ces terres, marquant le territoire par sa monumentalité, témoignant de l’histoire de terres inondées à la montée des eaux, qui se découvrent aux chant des guifettes et des busards aux retours des beaux jours.  



Citer ce billet
Walae Belmostefa (2021, 26 juin). Le chemin observatoire. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyp

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search