La Fabrique, support d’apprentissage par le Faire.

 

 

 

 

Sur la portion du sentier, entre Bouaye et Brains, un projet aux abords se distingue. Faisant opposition au trouble de l’école à huit clos, sur une parcelle située entre exploitations de blés, vignes, prairie à perte de vue et forêts, proche du lieu dit La Robrie, se trouve La Fabrique pouvant accueillir les enfants dans un cadre scolaire mais aussi dans un cadre plus privé. 

Ce paysage naturel accueillant La Fabrique est ponctué par un grand nombre de micro situations paysagères où l’enfant peut mettre à l’épreuve son corps, mettre ses sens en éveil et se mettre ainsi dans différentes postures selon la situation paysagère. Le site de La Fabrique est un véritable terrain de jeu et de manipulation pour l’apprentissage des enfants.

 

 

 

Il s’agit ici de faire redécouvrir le territoire et la nature environnante aux enfants sous la forme entre autre de l’apprentissage. Il s’agit dès lors de proposer un espace qui n’est pas particulièrement conçu pour l’apprentissage scolaire tel qu’on le connait mais qui, de par sa richesse de conception et de diversité d’espaces, pourrait être utilisé à des fins d’éducation et ainsi transgresser les codes du milieu scolaire. C’est alors La Fabrique, support d’apprentissage par le Faire, qui permettrait aux enfants et aux groupes scolaires d’expérimenter d’une nouvelle manière l’apprentissage scolaire. L’apprentissage par le faire, c’est l’apprentissage par la manipulation, la construction, la conception, et le développement de l’imagination de l’enfant.

 

Développer l’apprentissage par le Faire sur le site permettrait alors de profiter de nombreuses ressources matérielles présentes dans le territoire (déchèterie, dons de matériaux par des artisans etc) et ainsi de réunir les enfants autour d’un lieu abordant les thèmes de la manipulation, de la créativité loin des barrières traditionnelles qui peuvent faire obstacle pour l’enfant. Afin de mettre en place cet apprentissage, La Fabrique serait conçu et alimentée sur le principe de réemploi de matériaux locaux, puisque l’on retrouve aujourd’hui de nombreuses ressources dans le territoire qui le permettent, tel que des déchèteries, centres de recyclage de matériaux industriels, maçons, charpentiers, magasins de tissus… 

 

La Fabrique deviendrait un appui pour un public enfantin, comme pour des écoles souhaitant enseigner en plein air et autour de l’apprentissage par le Faire, ou encore pour tout enfant et famille souhaitant se réunir le temps d’une après-midi en construisant. Elle est composé de différents appuis pour l’apprentissage des enfants. Elle créé ainsi un micro-climat sur le site propice à l’apprentissage manuel et du dehors par les enfants.

 

Cette fabrique est : 

 

Une Fabrique à connaissances, 

 

Une fabrique à cabanes, 

 

Une fabrique à jeux, 

 

Une fabrique à paysage, 

 

Une fabrique à copains, 

 

Une fabrique à rencontres, 

 

Une fabrique à souvenirs et plus encore… 

 

Cette façon de la concevoir dessine un paysage plutôt fantasque dans ce site verdoyant qu’il est à l’origine. Elle se manifeste dans le paysage par des formes familières de l’imaginaire enfantin. Cette Fabrique est adaptée à l’échelle de l’enfant, loin de la salle de classe très spatialisée que l’on retrouve aujourd’hui dans les écoles. L’enjeu de cet appui pour l’apprentissage est alors de proposer un support riche, saisissable pour et par les enfants ainsi que pour les écoles se servant de La Fabrique comme appui dans leur pédagogie.

 

Aujourd’hui, La Fabrique réunit différentes structures favorisant l’apprentissage par le Faire et du dehors : un centre de tri, une halle à fabrication, des boîtes à outils, une tour/belvédère, des chapiteaux de repos. Ces différents modules serviraient dans un premier temps à favoriser le développement de l’enfant, dans un second temps à initier l’enfant à concevoir par lui même et enfin dans un dernier temps à faire signal dans le paysage.

Coupe journalière de La Fabrique

 

Cette invitation à l’apprentissage par le Faire incluera en toute logique une possibilité de transformation du paysage de la Fabrique dans le futur. Ce projet serait alors évolutif, où la conception participative avec les enfants serait dans un premier temps un moyen de revaloriser l’individu enfantin de lui offrir une réelle place dans le territoire. Mais aussi dans un second la conception participative des écoles et des enfants serait un moyen de faire évoluer la structure de La Fabrique, d’interpeller une population peut être plus large, venant peut être de plus loin, autour du thème du faire. Il y aurait alors une infinité de possibilité de formes de constructions futures. Finalement, l’enfant aurait ici la possibilité de concevoir, d’écrire, de produire de nouvelles étapes dans la conception et la mise en vie de La Fabrique.