Là-eau

Culture de l’eau. Réseau et infrastructure de la ressource.

L’omniprésence de l’eau, naturelle et technique

Entre infrastructures naturelles, Loire, Acheneau, Lac de grandlieu, et techniques, puits, châteaux d’eau, barrages et vannages, le territoire Sud-ouest de la métropole nantaise se caractérise par un profil hydraulique domestiqué et discret.

Carte des ouvrages de gestion de l’Acheneau
Carte des puits et châteaux d’eau le long du sentier

La Loire s’impose d’elle-même, par sa dimension et les contraintes qu’elle induit. Tandis qu’au Sud, le Lac de Grandlieu se fait oublier, réserve naturelle, les hommes en sont proscris. Puis une rivière les relie, l’Acheneau, très en retrait elle aussi des zones fréquentées, longue d’un peu plus de 30km, la rivière possède la particularité de couler dans les deux sens grâce au faible dénivelé entre ses extrémités : 40cm, ce qui en fait aussi une zone marécageuse. Cette déclivité est aujourd’hui utilisée pour exonder les eaux vers la Loire, ou au contraire prélever l’eau de la Loire pour alimenter en eau les marais.

Château du Planty, à Bouguenais

Mais d’autres, s’affirment dans le paysage, plus que les autres, comme le château d’eau du Planty, à Bouguenais, pour lequel mon choix d’intervention s’est manifesté.

En effet, logé près de la ligne de crête qui délimite le bassin versant entre Loire et Acheneau, il culmine le territoire à une altitude d’environ 30m (en plus des 32m d’altitude du terrain naturel). En plus il est un monument central du quadrant Sud-ouest, qui en fait un élément visible quelques kilomètres à la ronde, il rend alors visible le territoire depuis son sommet, un échange continu entre lieux d’intervention et du sentier. L’intervention propose de convertir le château en un observatoire du territoire et des infrastructures hydrauliques.

Prise de hauteur

Pour cela, la structure existante serait conservée, de manière à limiter la quantité d’interventions. Seule une dalle serait installée dans le réservoir pour y créer un plateau, et le fût serait rehaussé à mi-hauteur du réservoir pour scinder l’espace en deux : bloquer la vue directe sur l’extérieur depuis le premier espace intérieur au fût et y limiter l’apport de lumière naturelle.

Première vision depuis l’intérieur de la cuve

Plan et coupe, scission des espaces

Autour de cet espace, un second circule, offrant diverses vues sur des paysages, Lac de Grandlieu, Acheneau, Loire et Nantes agglomération. Des ouvertures spécifiques aux paysages hydrauliques qu’ils dévoilent, visibles en un point précis uniquement.

Ainsi le Lac de Grandlieu, secret et interdit au public, se traduit par une baie toute hauteur, la Loire et l’Acheneau, serpentant le territoire, par un bandeau d’une extrémité à l’autre de leurs cours. Nantes agglomération, où la présence de l’eau s’observe souvent sur un sol minéral et imperméabilisé, se traduit quant à elle par des ouvertures nous invitant à regarder le sol.

A travers ce simple geste d’offrir une vue de hauteur, un acte politique s’engage, l’altitude donne à voir des choses invisibles à l’œil parce qu’elles sont cachées, temporelles ou spirituelles. Là où le sol donne une vision du quotidien, l’altitude offre des perspectives sur le passé et le futur. Ainsi, un dialogue s’instaure entre un paysage et son histoire, un rapport réflexif qui fait participer en un coup d’œil le visiteur au monde extérieur, au monde privé et intime du sujet qu’il domine, en l’occurrence la culture de l’eau. Le visiteur devient ainsi capable de s’imaginer et de construire l’avenir de cette culture.

Vision sur le Lac de Grandlieu

Ainsi, dominant le paysage, on pourrait apercevoir certains lieu du sentier tracé, et inversement on peut observer le château d’eau depuis des endroits du sentier.

Un modèle obsolète ?

Encore en exploitation, géré par Veolia eau, qui gère l’approvisionnement en eau potable de la métropole, la reconversion serait une alternative à une éventuelle destruction.

Pourquoi une reconversion ? Parce que le modèle du château d’eau est régulièrement remis en question pour plusieurs raisons. D’abord économiques, les châteaux coûtent cher, il faut parfois monter l’eau à plusieurs dizaines de mètres. Les améliorations techniques, pressurisation des canalisations et performances des pompes, justifient aujourd’hui des réservoirs au sol ou enterrés. Ensuite pour des raisons de sécurisation, ce sont des espaces SAIV (Sécurité des Activités d’Importance Vitale) qui nécessitent des conditions spéciales de contrôle d’accès quant aux risques potentiels que représentent les violations de châteaux. Enfin pour des raisons de vétusté, les plus vieux châteaux d’eau datant des années 1950, certains deviennent trop vieux ou obsolètes, leur structure devient fragile ou leur capacité ne répond plus à la demande d’eau d’aujourd’hui.

Ces raisons en sont venues à poser la question qui suit : Et si le modèle du château d’eau devenait obsolète ?

De la même manière que les châteaux d’eau ont remplacés les puits, les reléguant au statu apparent de décors, qu’adviendrait-il des châteaux d’eau, trop cher à détruire, ou trop dangereux à cause de l’environnement parfois dense où certains sont construits.

On en recense plus de 20.000 en France, un maillage qui risque de peu à peu s’effriter quant aux évolutions qui le remettent en question. Que faire alors de la ressource ? Ces temples de l’emprise de l’Homme sur leur environnement qui représentent davantage qu’un maillon du cycle de l’eau.

Inspiration :

  • Pierre CHABARD, “L’Outlook Tower, anamorphose du monde”, Le Visiteur, n°7, , 2002.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léo L. (24 juin 2021). Là-eau. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyn


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search