La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Ces trois zones permettent l’installation d’une diversité faunistique et floristique importante dans un site à la surface relativement restreinte. On y retrouve des chênes, frênes, châtaigniers dans le bois, qui sont des grands feuillus endémiques de la région. Des graminées et poacées dans la prairie, biotope d’une faune nécessaire à l’équilibre du milieu, telle que les musaraignes, chouettes, abeilles, coléoptères…. Et finalement, des roseaux et scirpes lacustres dans la roselière, ainsi que du cresson et de la prêle sur le plan d’eau.  Cette carrière, aujourd’hui à l’état d’abandon, est utilisée par les lycéen.ne.s pour s’échapper de leur internat et passer un peu de temps entre eux.elles. 

Plan et coupe de la carrière des Coteaux et des différents biotopes

En parallèle de de l’évolution de cette carrière, le lycée agricole du Bois Tillac forme des lycéen.ne.s à être exploitant.e.s agricoles, ou à poursuivre dans des études d’agronomie ou agro-alimentaire. Les bacs STAV et CHGEA/H proposent un enseignement avec 7 heures d’agronomie et biologie-écologie par semaine. La moitié de ces cours sont des travaux pratiques qui sont dédiés à la reconnaissance faunistique et floristique, à des études de sol, d’air et d’eau, à la compréhension du cycle de la photosynthèse et des bases d’agronomie et biologie. Les TP, menés conjointement par un professeur d’agronomie et un autre de biologie, se déroulent soit dans l’unique laboratoire du lycée, soit en extérieur ; en visite sur des cultures, des jardins, ou les abords du lycée dont la carrière.  

Ecosystème carrière-lycée agricole

Finalement, l’internat du lycée est ouvert au public pendant les vacances scolaires. Les chambres sont mises à louer et elles peuvent être réservées pour y loger une ou plusieurs nuits. Cependant, d’après l’administration du lycée, très peu de personnes sont hébergées ; en cause une mauvaise communication et une impossibilité d’accéder aux locaux depuis les bords de Loire.  

la carrière, à gauche, et l’internat du lycée, à droite

Ainsi, comment relier le lycée à la Loire ?  Comment faire de cette carrière, cet artefact paysager abandonné, une source de connaissances et un terrain d’exploration pour le lycée ? Comment apprendre des oubliés ?