Les carrières – détersion, bourgeonnement et remodelage cicatriciel

État des lieux carrièristique

Les Schémas Régionaux des Carrières

En janvier 2021 a été adopté le nouveau Schéma Régional des Carrières des Pays de la Loire. Celui-ci, établi par la loi ALUR de 2014, vient remplacer les Schémas Départementaux des Carrières (SDC), instaurés en 1993, qui ont permis d’établir pour la première fois un statut juridique propre aux carrières. Elles étaient auparavant régies par le code minier, introduit en 1976. 

Les Schémas Régionaux des Carrières (SRC) ont plusieurs visées. D’abord, un état des lieux des carrières existantes, les besoins passés, actuels et futurs en matériaux de carrière – granulats, sables, argiles, roches décoratives… – dans les différents départements en fonction de l’évolution de la démographie. Cet état des lieux a pour but de planifier une gestion rationnelle, économe et durable des carrières dans la région, d’évaluer les besoins futurs en fonction des ressources disponibles. 

D’autre part, les SRC abordent, davantage que les précédents SDC, le devenir des carrières et leur réhabilitation après l’arrêt de l’exploitation. Plusieurs pistes sont proposées : le remblaiement, la création d’un plan d’eau, la remise en état agricole, le boisement, l’aménagement d’une base de loisirs…  

Ces SRC ont été régionalisés pour être imposés à certains documents d’urbanismes, notamment les SCOT, PLU(i) et cartes communales. Suite à l’ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicable aux documents d’urbanisme, les SRC doivent être juridiquement ‘pris en compte’ dans les SCOT, afin que ceux-ci intègrent toutes les planifications sectorielles qui ont une incidence sur l’urbanisme. Les carrières sont donc aujourd’hui légalement considérées comme activités ayant un impact non négligeable sur l’urbanisme d’un territoire, tant lors de leur exploitation que leur réhabilitation. 

Granite de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Le cas du département de Loire-Atlantique

Le département de la Loire-Atlantique est le quatrième producteur de produits de carrière à l’échelle nationale, le premier en Pays de la Loire. La production est d’environ 75% de roches massives (gneiss, micaschistes, schistes, calcaires, grès, granites et péridotites), concassées, destinées majoritairement aux industries de béton et de travaux publics ainsi qu’aux matériaux de construction. Les sables et graviers du Pilocène représentent 23% de la production. Les 2% restant se répartissent entre les calcaires (pour production de ciment, chaux et carbonate de calcium), les tourbes (amendement agricole et jardineries) et les argiles (briqueteries). 

On compte aujourd’hui 36 carrières en activité dans le département, plus de 1000 sont non exploitées (abandonnées, en cours de remblaiement ou reconverties). 

Carrières en activité et non exploitées dans le département

Le sentier

Le sentier propose de relier les carrières du secteur sud ouest de la métropole nantaise. 22 carrières ont été recensées ; deux sont en activités, une est en cours de remblaiement, une autre a été reconvertie en parc de loisirs et les autres sont abandonnées depuis plusieurs dizaines d’années. Ces ‘cicatrices’ paysagères, sources de richesse mais aussi de contestations environnementales, ont des impacts non négligeables sur l’urbanisme, la sociologie et le développement du territoire. 

Parmi les carrières qui ne sont plus exploitées, on peut noter trois différentes formes de carrière. Leur forme peut être comparée à celles observées lors de la cicatrisation d’une blessure : d’abord, la phase de détersion, ou inflammation, qui pourrait correspondre à l’état observé des carrières juste après l’arrêt de l’exploitation : éboulis, remontées d’eau, changement d’aspect. Ensuite, la phase de bourgeonnement, qui créé un nouveau tissu, par le comblement de la cicatrice, et finalement le remodelage cicatriciel, lors de laquelle la cicatrice prend une forme semblable au tissu environnant avec cependant des propriétés différentes. 

Carrière en cours de remblaiement

Carrière en cours de remblaiement – exemple de la carrière des Pontreaux, Bouguenais

Nous pouvons noter une seule carrière en cours de remblaiement dans le secteur sur ouest. Celles-ci sont décidées par arrêté préfectoral. Elles accueillent des déchets inertes avec des quantités maximales annuelles, ce sont des carrières dont l’arrêt de l’exploitation est récent. 

Carrière remblayée

Carrière remblayée – exemple de la carrière Sainte Geneviève, Port Saint Père

Environ deux-tiers des carrières recensées sont remblayées. Elles sont devenues presque invisibles, seule une petite ‘croûte’ est décelable, un petit mont formé par les remblais. Souvent, de la végétation s’est installée et la surface n’est pas exploitée. 

Carrière ennoyée

Carrière ennoyée – exemple de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Et finalement, quelques carrières sont ennoyées par la remontée d’eau provenant des nappes phréatiques. Celles-ci ont un profil similaire : un plan d’eau, un carreau humide à ses abords puis un carreau sec, et un boisement sur le pourtour de l’exploitation où le sol n’a pas été exploité. 

Le tracé

Le sentier, de 62 kilomètres de longueur, rejoint ainsi différents types de carrières. Partant de la carrière Miséry à Nantes, reconvertie en espace public avec un programme culturel, et terminant à la carrière des Pontreaux à Bouguenais, en cours de remblaiement et dont le futur est à imaginer complètement, le sentier dessert des carrières privées et publiques, visibles et indécelables, de granite, de sable, de tourbe ou d’argile, mais ayant toutes contribué au développement du territoire environnant et dont le futur est en question.