De la métropole à la “micropole”

Tout d’abord, le sentier propose aux marcheurs.euses de partir du centre de Nantes et d’aller à la rencontre des infrastructures métropolitaines qui sont dissimulées dans les périphéries des villes. Dans un second temps, il propose de quitter le monde urbain pour aller découvrir la particularité du paysage nantais : l’eau et les îles. Cette deuxième partie propose de montrer des lieux plus épargnés par la métropole et qui pourraient être les vecteurs d’une nouvelle manière de faire évoluer cette ville.

Imaginé comme une carte manifeste, ce chemin prends le contrepied des sentiers métropolitains qui amorcent des dynamiques d’urbanisation périurbaines et de métropolisation. La marche est au contraire ici une manière de montrer et de faire réfléchir sur les dessous de la construction des métropoles aujourd’hui, de les appréhender à hauteur de marcheur.euse et peut-être de ralentir la cadence.

 

 






.


La suite dans le cabinet de troublosité.

 



Citer ce billet
jg (2021, 23 juin). De la métropole à la “micropole” Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxyi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search