À l’écoute du paysage

Source : carte du bruit, Nantes Métropole

L’expansion des villes, l’urbanisation et la mobilité bouleversent fondamentalement notre environnement sonore. Celui-ci résulte des infrastructures, de nos modes de vies, du choix des matériaux et des techniques de constructions.  Dans les métropoles le son est perçu comme une nuisance, désigné comme un problème environnemental dont souffre les populations. La mise en œuvre d’une réglementation et d’une protection physique est la première réponse.  

Mais au-delà de cette prise en compte réglementaire et technique de l’urgence de la souffrance, l’enjeu véritable réside dans la manière de concevoir avec le son le territoire, la ville, la rue. Nous constatons trop souvent que les environnements sonores urbains en arrivent à baigner dans une sorte de chaos indifférencié et uniformisé. C’est pourquoi au même titre que l’aspect visuel, le son devient un facteur d’identité et de créations urbaines, un indicateur de bien vivre dans nos villes. Alors, comment mettre le son en action plutôt qu’en le réduisant à une nuisance dont il faut se préserver ? Comment concevoir nos futurs espaces pour qu’ils soient musiciens du paysage ? 

Influencer les paysage sonore grâce à l’architecture

« Il faut au plus vite partir à l’écoute des régions, des villes des quartiers, écouter les cultures du quotidien. Écouter c’est se former, s’instruire, affiner des désirs, sentir ceux des autres, commencer à tisser du lien. Écouter c’est exister à plusieurs et non plus chacun face à tous les autres. »  

Alice Debonnet-Lambert, directrice du Centre d’information et de documentation sur le Bruit 

Ce sentier est un moyen de partir à l’écoute de nos territoires. La marche est silencieuse et le marcheur est invité à se laisser porter par sa sensorialité pour trouver sa place en tant qu’émetteur et récepteur sonore. Le silence permet à chacun de trouver son dialogue interne avec les bruits. Nous banalisons trop facilement le son avec le champ lexical de la nuisance, le mouvement de la marche autorise nos corps à embrasser différemment les musicalités du paysage car en avançant dans l’espace, nous sommes une composante sonore. Malgré tout, si le tracé du sentier est un guide, les marcheurs sont encouragés à suivre leurs yeux, leurs nez, et se laisser distraire par leurs oreilles afin de mieux se faire un avis sur cette dimension si subjective qu’est l’écoute de soi et de l’autre. À chacun de composer un rythme, une séquence, un refrain pour que la marche en périphérie soit source d’une nouvelle poésie intérieure.  

« Les aménageurs n’avaient pas imaginé que les paysages sur lesquels ils travaillaient allaient inspirer des jeunes poètes 30 ans plus tard, touchés par le spleen du béton. » Sentier du Grand Paris p145