A la limite

« Le délaissé est une production humaine en même temps qu’un milieu vivant. Quelque chose d’imprévisible y est à l’œuvre. » Yvan Detraz, Zone Sweet Zone

Ce tracé propose d’aller à la rencontre des différentes limites naturelles et administratives ainsi que d’arpenter les différents sols du sud-ouest nantais.

Construction de la réflexion

L’hypothèse de départ s’intéresse aux délaissés urbains et s’inspire du travail réalisé par Yvan Detraz dans le livre Zone Sweet Zone. Il y expose la manière dont il a élaboré un grand sentier de randonnée dans la périphérie bordelaise. Au fil de ses marches, il constate que l’espace périurbain est dessiné selon des logiques marchandes et forme un tout hétérogène. Le périurbain est conçu comme une succession d’espaces décousus qui ne communiquent que très peu entre eux. Entre chacun de ces espaces occupés, se trouvent des espaces inutilisables ou abandonnés. Ce sont ces derniers qu’Yvan Détraz qualifiera de « délaissés ». Au fil de ses arpentages, il reconnaitra les potentialités de ces derniers. Selon lui, c’est en portant de l’importance à ces délaissés qu’il sera possible de recréer une vie publique riche et conviviale en périphérie.

L’hypothèse initiale d’un sentier dans Nantes Métropole s’inspire de cette démarche. Je proposais alors d’arpenter les différents types de sols non urbanisés du grand Nantes.

Le tracé du sentier dans le Grand Nantes

Au fil des marches que nous avons réalisées dans le sud-ouest, j’ai été interpelée par la présence de l’eau : chemins inondés, lac de Grand-lieu, flaques d’eau, terre craquelée, noues. Ces différents types de sols défilaient sous nos pieds et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai pris conscience de la géographie des différents bassins versants que nous avions traversés et la présence d’une ligne de partage de ces derniers. En parallèle, j’ai pris connaissance de la structure paysagère du sud Loire qui venait, elle aussi, dessiner le territoire à sa manière.

Le tracé actuel se veut témoin de ces différents étonnements rencontrés au fil du semestre. Il arpente la périphérie avec la volonté de montrer la présence de l’eau sous différentes formes, de traverser des limites paysagères, mais aussi de passer par des frontières invisibles telles que les frontières administratives des communes de la métropole ou encore la ligne de partage des eaux. Ce tracé raconte une autre histoire des délaissés, à la rencontre des limites invisibles du territoire, et surtout au plus près du sol.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search