Serpentage industriel

Dimanche 28 mars – rencontre avec le trouble

En descendant de La Montagne, une large allée de platanes dit “têtards” nous guide le long du chemin. Des deux côtés, de hautes grilles lourdement cadenassées bloquent le passage. Nous trouvons à l’arrivée une atmosphère étrange : une chapelle à l’allure décrépie présente fièrement un visuel criard de deux mètres sur trois à la place du vitrail d’origine. Il représente une  vue intérieure avec un effet dégradé du plafond religieux bleuté, au sol creusé où tournent les hélices d’un moulin : “Sous la chapelle le moulin à marée”. En arrière-plan de cette chapelle écrasant divinement le moulin travailleur, les pans asymétriques d’un bâtiment industriel fait de tôle blanche coupent le ciel de manière élégante. Portiques, caméra de surveillance, barbelés : le message est clair. A moins de trois mètres de distance, des petites maisons ouvrières à l’allure modeste lui font timidement face. Au bout de la rue, le parking est noir de monde. La vue s’élargit sur une Loire scintillante. Un bateau arrive. En face, le marché de la Basse Indre rencontre un franc succès.

Un serpent fait de tuyauterie rouge sort de l’eau ou nous invite à plonger en elle, découvrir son monde marin. Il vient combler le vide laissé entre les hauts platanes qui accompagnent le quai. Cette promenade n’en est pas vraiment une puisque l’on est sur une emprise privée, clôturée de bout en bout. Des hangars de tailles, époques, usages différents se succèdent, alignés à la rive comme pour faire front, n’ouvrant pourtant ni fenêtres ni perspectives, mais faisant plutôt barrage, nous empêchant de voir ce qu’il se passe à l’intérieur de la “zone”, où des petits hommes jaunes et oranges s’agitent. Derrière les hangars, une ligne d’arbres de laquelle se détache un clocher. Le Lola fait des aller-retours lentement sur le fleuve. 

De retour sur l’autre rive, nous traversons un petit pont et continuons notre chemin le long d’une seconde allée de platanes dont certains sont tombés. Nous rencontrons des “poteaux solitaires”, d’anciens canons encastrés dans le sol, qui faisaient jadis office de lampadaires. Après avoir traversé un second pont cassé et enjambé la barrière, nous arrivons dans le hameau sympathique de la Roche Ballue. 

palimpseste industriel

Le soir en regardant sur la carte, l’île d’Indret me dévoile encore certains de ses mystères : on trouve un château caché entre les arbres, plusieurs équipements disséminés (une médiathèque, une école, un restaurant, un terrain de tennis), beaucoup de parkings, un ermitage… De plus , le site semble avoir connu une longue histoire liée à l’industrie de la fonderie de canons : sur les photos d’archives, on voit les ouvriers se presser le long des digues, prendre le bateau entre les deux rives, vivre dans leurs maisons, profiter des places et promenades…

Les voyages et les rencontres suivants à Indret seront chaque fois le fruit de nouvelles découvertes étonnantes, de précisions ou de désaccords, de récits et mythes  quotidiens : un ancien château royal où la fille du directeur organisait des fêtes jusqu’au bout de la nuit, une maison de gardien déguisée en ermitage spirituel, une chapelle désacralisée que l’on voudrait transformer en parking, une école abandonnée par les services publics, puis squattée et brûlée… Ils me dresseront le portrait d’une île riche d’histoires, de possibilités et de conflits. 

Dans la mythologie ordinaire, Indret est une île ultra-sécurisée. En effet, le Naval G., spécialisé dans la construction navale de défense, aurait la mainmise sur cet ancien territoire insulaire, à base de privatisations successives de l’espace au sol. Prison dorée avec vue imprenable sur le fleuve, c’est ce que l’on voit entre deux pans de tôle. On se croirait presque sur la Robben Island, mais c’est l’entrée qui est difficile. 

L’île, encerclée d’une large route, est elle-même bordée d’une petite rivière, et traversée de deux digues piétonnes plantées de larges allées de platanes. On y croise des sportif.ve.s, des promeneur.se.s, des pique-niqueur.se.s. Le fleuve, contraint dans sa morphologie, crée de larges prairies inondables qu’occupent les vaches et les chasseurs. Au cœur de l’île, tout autour des clôtures, nous trouvons des indices, des portes d’entrées sur le territoire et sur le passé, qui laissent imaginer la vie d’un ancien village. Les plaques qui sont restées (place du château, place de l’église, quai de la République), dessinent en négatif les espaces publics qui existaient, les rues de maisons qui ne subsistent que d’un côté. Aujourd’hui, les rues sont là mais on n’y circule plus. Des grands parkings sont disséminés scrupuleusement le long du chemin. En porte d’entrée sur la Loire et trait d’union entre les communes, le BAC – île mouvante, voyage embarqué – effectue d’incessants aller-retours entre la petite Indre et la grande. Tous ces éléments témoignent de conflits latents entre l’activité économique le long du fleuve et la volonté publique d’une utilisation de l’eau et du patrimoine à des fins sociales et de loisirs.



Citer ce billet
Romane P. (2021, 27 avril). Serpentage industriel. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxy4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search