Les lichens, partir du microscopique pour dévoiler une réalité territoriale

Xanthoria Parietina

C’est un ensemble de lichens de la famille des Xanthoria parietina que j’ai aperçu en marchant le long d’un sentier piéton dans le quartier des Cöuets à Bouguenais. Par la suite j’ai appris la nature de ces taches colorées jaunes accrochées à un mur de clôture. 

Lichens de la famille du Xanthoria parietina, Les Couëts, avril 2021.

Les lichens sont des organismes qui résultent de la symbiose d’un champignon hétérotrophe nommé mycobiante, des cellules microscopiques qui ont de la chlorophylle (souvent des algues vertes unicellulaires ou des cyanobacteries autotrophes) appelées photobiantes, ainsi que des communautés bactériennes nommées bactérobiontes.

Pour rappel, un organisme hétérotrophe se nourri de constituants organiques préexistants et crée de l’énergie en les oxydant à partir de l’oxygène capté lors de la respiration, tandis qu’un organisme autotrophe ne nécessite pas de ces derniers pour se développer et synthétise des matières organiques via la photosynthèse. Dans cette relation symbiotique, le champignon apportera la fixation, l’eau et les minéraux à l’algue et l’algue apportera la matière organique.

Le vocable thalle s’utilise pour définir son corps végétal. Il peut être foliacé s’il ressemble à un ensemble de minuscules feuilles, crustacé ou incrustés lorsqu’il est fortement plaqué au substrat et forme une croûte, ou fructiculeux en raison de leur structure buissonnante. Les caractéristiques du lichen varient en fonction du substrat auquel il s’attache, avec la quasi totalité du thalle ou en un seul point. 

« Le lichen est universel. Le lichen se développe lentement sur de très nombreux supports- bois, bitume, grilles, grillages, supports métalliques ou plastiques, écorces, feuilles, aiguilles de sapin, aiguillons de ronce ou épines de ceiba, sols, rocs, terres, pierres, verres, laves (refoidies), plaques d’amiante- dans quasi tous les habitats (sauf aquatiques et cavernicoles). »1

Banc du quartier Les Couëts, recouverts de lichens de la famille des Physcia biziana

L’action anthropique sur le territoire avec la création de nouveaux matériaux, tels des ciments, mortiers, briques, tuiles et même tailles de carrières, a conduit au développement d’une flore spécifique de lichens en fonctions des caractéristiques des nouveaux matériaux, c’est à dire des nouveaux substrats.2 Or, le substrat étant l’hôte, et les nutriments étant prélevés de l’eau et l’air de l’atmosphère, c’est avec cette dernière que le lichen entretiendra le plus de liens. Les différentes espèces de lichens seront plus ou moins sensibles aux agents polluant de l’air.

Air

En 1979, les Talking Heads écrivent Air,

« Air… Air

Hit me in the face

I run faster

(Faster faster faster)

Faster into the air

(I say to myself)

What is happening to my skin?

Where is that protection that I needed?

Air can hurt you too

Air can hurt you too

Some people say not to worry about the air

Some people never had experience with…

Air… Air

It can break your heart

So remember when the weather gets rough » 

Talking Heads

«  L’air peut te blesser aussi », parlent-ils des dangers de la pollution atmosphérique ? « Il peut briser ton coeur ». En effet, la pollution atmosphérique accroit le risque de maladies cardiovasculaire, entre autres… Invisible qu’il est, nous sommes tous exposés. Un meme aperçu il y a déjà quelque temps sur Internet, plaisantait avec « What if air is actually poisonous, and takes 80 years to kill us ? » (« Et si l’air était en fait un poison qui met environ 80 ans à nous tuer ? »). Ce n’est plus une blague, l’air pollué que nous respirons pour nous approvisionner en oxygène est encore responsable de 40 000 décès  prématurés par an en France.3

« Où est cette protection dont j’avais besoin ? », ont-ils anticipé le port du masque obligatoire ? Barrière et protection des dangers, présents dans les souffles exogènes et étrangers, sommes-nous face à un présage de la fin de l’indépendance  respiratoire ? 

La respiration est positionnée par les auteurs du numéro 80 de la revue comme une problématique centrale des événements contemporains. Confinés, nous sommes amenés à respirer à l’écart. Masques et gestes barrières, tout échange potentiel est bridé. La respiration regroupe aujourd’hui un ensemble de paradoxes. La menace du syndrome respiratoire, nous permet de mieux respirer dans la mesure où le monde à l’arrêt émet moins de polluants qu’un en marche. Respirer et rester chez soi, chacun dans bulle4, à télécommuniquer implique néanmoins une nouvelle empreinte carbone. Elle permet néanmoins de sauver le souffle de certains. (Multitudes, 2020).

Vers la biosurveillance lichénique participative

De part leur dépendance biologique avec l’atmosphère, des espèces de lichens seront une référence pour évaluer la qualité de l’air à partir de l’analyse de l’accumulation de polluants ou l’observation d’altérations de certaines caractéristiques physiques et chimiques de l’organisme. Il s’agit de la biosurveillance lichénique. C’est Wilhelm Nylander, lichénologue finlandais, qui en en 1866, remarqua une régression de certaines espèces de lichens aux alentours de Paris.5 La raréfaction de certaines espèces sensibles à certains polluants au profit de la persistance d’autres espèces dites tolérantes, seront témoin de la présence de l’agent polluant dans environnement.6 Entre 2008 et 2015 la biosurveillance lichénique a été normalisée par l’AFNOR. Aujourd’hui l’Indice Biologique Lichens Epiphytes (IBLE) se base sur la diversité appréciée par la présence/absence , la fréquence et le recouvrement des espèces pour déterminer la qualité d’air d’un environnement. 

Plusieurs techniques de biosurveillance existent. Certaines peuvent être réalisées in situ à partir de l’observation des organismes présents naturellement dans le site. Il s’agit d’une biosurveillance passive, souvent plus simple ne nécessitant pas de mesures chimiques. La biosurveillance est active, lorsque les organismes sont cultivés, transplantés ou prélevés comme témoins pour ensuite être étudiés (bioaccumulation ou biomarquage). Le couplage des différentes technique semble permettre de de dresser un spectre d’analyse plus pertinent. 

L’évaluation de la qualité de l’air à partir de la biosurveillance lichénique nous montre le potentiel et les savoirs qui se puissent dans des éléments du quotidiens, à l’échelle de tous, mais surtout banalisés. L’observation des lichens pourrait mener à une démarche de conscientisation vis à vis le territoire que nous habitons et surtout respirons: la biosurveillance lichénique participative (Gramaglia, Dauphin, 2017).

 

1 ZONCA Vicent, Lichens. Pour une résistance minimale, Édition Le Pommier, janvier 2021 p.31

2 ASTA Juliette (2021), Les lichens, de surprenants organismes pionniers, Encyclopédie de l’Environnement, [en ligne ISSN 2555-0950] (https://www.encyclopedie- environnement.org/vivant/lichens-surprenants-organismes-pionniers/ consulté le 12/04/21)

3 Selon un communiqué de presse de la Santé Publique de France le 14 avril 2021, https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/pollution-de-l-air-ambiant-nouvelles-estimations-de-son-impact-sur-la-sante-des-francais consulté le 14/04/2021 

 4 Le 28 avril 2020, lors du premier confinement en France et dans le monde l’artiste Olafour Eliasson publiait , « Bulles de pensée, bulles de chez soi, bulles sociales, bulles privées – nous vivons tous dans nos propres bulles beaucoup plus maintenant qu’auparavant. Dans notre isolement mutuel, pouvons-nous trouver de nouvelles façons de faire mousser nos bulles individuelles en une mousse de connectivité ? »

5 ASTA Juliette (2021), Lichens et qualité de l’environnement, Encyclopédie de l’Environnement, [en ligne ISSN 2555-0950] url : https://www.encyclopedie- environnement.org/vivant/lichens-qualite-de-lenvironnement/. 

6 Nylander, W. (1896). Les lichens des environs de Paris. Librairie des Sciences Naturelle, Paul Klincksieck, Paris.