Cinq puits à la Maladrie, communiser la ressource en eau

Remailler le territoire de puits et regarder ce qu’un tel retour à une pratique des communs engendre sur ce territoire et pour ses habitant·es.

Se saisir du puits comme d’un objet intéressant à regarder pour réfléchir à la manière dont on habite le monde. Nous verrons qu’il nous parle de relations au milieux, de relations sociales, de relations au vivant.

Le projet, en s’inscrivant dans une tradition d’usage des communs, propose de questionner notre rapport à la ressource en eau du territoire.

Le système de production d’eau potable présente des failles, de plus en plus visibles et de manière de plus en plus récurrente.

C’est de ce constat de la fragilité de l’infrastructure qui m’amène à me poser la question du rapport que l’on entretien avec la ressource, et nous verrons comment de ce problème on peut articuler des enjeux spatiaux.

vue aérienne du quartier

Cette tentative de communisation de l’eau de nappe prends place à la Maladrie (Vertou) dans un quartier d’habitations pavillonnaire, construit après guerre autour du hameau des Fraîches. Le quartier, bordé au sud par la Sèvre, au nord par le parc industriel de la Vertonne, compte déjà deux puits dans l’espace public, auxquels le projet propose d’en ajouter trois, sur des parcelles communales, dans une logique qui est d’avoir une distance raisonnable de chaque habitation à un des puits, puisque c’est bien un service de proximité qu’il s’agit.

La carte piézométrique nous donne a voir le quartier d’une toute autre manière, en montrant l’altitude piézométrique moyenne du niveau d’eau dans la nappe libre (la première nappe phréatique que l’on trouve en descendant dans le sous sol). Cette nappe libre s’écoule par gravité ; il s’agit d’une masse d’eau toujours en mouvement, et elle nous permet de donner un niveau piézométrique à chacun des cinq points où prennent place les puits. Et c’est dans cet ordre piézométrique que j’ai choisi de vous les raconter.

À l’inverse du système de production d’eau potable, où les processus de transformations à l’œuvre nous sont invisibles, la mise en réseau des cinq puits permet de révéler la nappe en surface puisque on comprend que c’est la même eau qui passe par les 5.

la source, aller à la rencontre de la nappe

La source est l’occasion de faire connaissance en point haut avec l’entité de la nappe libre, sur le terrain commun d’un lotissement qui constitue comme un hameau au milieu d’usines plutôt que de champs. La réponse architecturale scénarise cette rencontre, la sacralise en quelques sortes. On descends de quelques mètres, donc on accepte de s’impliquer par le corps, vers le sous sol, pour aller à la rencontre de la nappe.

La matérialité de l’édifice, construit en schiste appareillé, reprend la composition du sous sol de ce quartier (micaschistes altérés) > on descend puis on entre dans la matière du sous sol, pour arriver dans un espace sacralisé, où l’on imagine une ambiance calme, humide, plus sombre, pour arriver jusqu’à l’objet du premier puits.

le chadouf, puiser à la force des bras

Le second puits prends place sur la route du vignoble, qui constitue une entrée dans le quartier. Au niveau de ce qui à première vue est un parking, mais si on y prête un attention un peu plus fine, on décèle la présence de deux boutiques dont la façade est en retrait, d’une boite aux lettre de la poste, un arrêt de bus, un calvaire, une venelle piétonne qui s’enfonce dans le quartier. On est à deux doigts d’une forme de placette.

La proposition ici est plutôt de l’ordre de l’installation, où l’on vient poser un socle de pavés, quelques bancs autour d’un puits avec un système de balancier – le chadouf, qui est une façon traditionnelle (dont on retrouve des traces jusqu’en Mésopotamie) de puiser l’eau, et qui a l’avantage de prendre de la place, donc de constituer un repère dans le petit paysage.

Le fait de puiser de l’eau fait signal à l’entrée du quartier.

la pause, rendre compte des interactions entre l’eau et le milieu

Nous voila rendus plus au sud du quartier, au plus proche de la sèvre et du chemin de grande randonnée de pays qui la longe. Un puits existant fait face à une parcelle où des noues recueillent les eaux pluviales du l’ensemble pavillonnaire au dessus.

Ici le travail de l’espace public vise à mettre ne exergue les relations existantes entre le milieux et l’eau en proposant aux marcheureuses de faire chemin commun avec l’eau.

Je propose donc un creusement du sol qui fait office de promenade et de banc, en venant créer un point de frottement entre le système du GRP et celui du réseau de puits, comme une déviation du chemin de rando, qui offre un moment de pause.

Et ce grand banc qui s’étire et permet de s’asseoir à hauteur des adventices, on peut voir que la végétation foisonne au niveau de ses noues. Elle fonctionne ici comme agent, témoin de la présence de l’eau.

la fontaine d’eau fraîche, faire compagnonnage avec les bactéries

On a rencontré la nappe, on a puisé son eau, on compris en quoi elle joue sur le milieu par la végétation. Il est temps maintenant de de mettre les corps en rapport de manière plus évidente, il est temps de la boire.

Retour au centre du quartier, avec encore une fois un travail d’espace public autour d’un puits existant, celui du hameau des Fraîches.

Ici l’intervention tourne autour de l’ajout d’un filtre qui permet de potabiliser cette eau. Un filtre bio-sable, qui est un système assez simple de filtration par gravité. Bio car l’agent filtrant sont des bactéries qui se développent dans la couche supérieure du sable. Et ces êtres vivants nécessitent un entretien pour être maintenues en vie (filtre doit être alimenté tous les deux jours au maximum).

Ici, prendre soin, c’est l’occasion de faire communauté autour de l’eau.

On s’organise ensemble pour prendre soin d’êtres vivants non humains, parce qu’ils nous rendent un service (celui de nous rendre assimilable la ressource) et cette forme de soin porté collectivement est aussi une manière de tisser du lien entre les habitant·es d’un même quartier, de créer des attachements.

le bain, plonger en eau libre

On termine ce tour de puits au bord de la Vertonne, là où la nappe est la plus proche de la surface du sol, au même niveau que le ruisseau, affluent de la sèvre qui coule le long du terrain. Le programme proposé est celui du bain, qui vient mettre en contact direct la surface des corps avec l’eau de la nappe.

Encore une fois, l’espace raconte une histoire.

Il est 17h, je sors de chez moi et suis la rue des violettes qui descend vers le ruisseau.

Passé la barrière en bois qui marque la fin de la route, je m’avance sur le chemin ; j’ai tout mon temps.

J’entre dans la cour avant, accueilli par l’ouverture dans le sol du puits

déjà : mes pas résonnent différemment sur le sol de pierre.

Le tuyau brillant court du trou jusqu’à la pompe, nichée comme une icône dans le mur de schiste.

J’avance, foule les trois marches qui me conduisent à la cour ronde où se trouve le bassin. L’air est calme, je n’entends plus du tout la route.

A droite un léger clapotis m’indique la présence du tuyau, d’où l’eau jaillit et alimente le bain.

Le niveau d’eau est haut, la nappe doit être pleine.

J’ai un peu froid, je remplis le seau à même le bassin et choisis l’alcôve la plus proche de la porte du sauna pour me dévêtir.

A l’intérieur, j’arrose les pierres chaudes, louche par louche. Ça fume, ça chauffe.

Mes muscles sont complètement détendus. Je profite de la vue sur les hauts peupliers qui bordent la Vertonne. Les feuilles jouent avec le vent et les derniers rayons du jour.

J’ai chaud, je ressors dans la cour et me glisse avec délice dans l’eau fraîche du bassin, je fais la planche, calme ma respiration et profite de l’instant, les yeux dans le ciel.

Qu’il est bon de se baigner en eau libre.

Et c’est bien en Eau libre qu’on s’y baigne car c’est l’eau de la nappe libre qui arrive jusqu’à la peau des baigneur·euses en se frayant son propre chemin dans les fissures du schistes plutôt que d’être passée par des traitements en usine et des kilomètres de tuyaux. Et parce que le fond du bassin qui est poreux la laisse se ré-infiltrer dans le sol.

Un bain en circuit court, où l’on emprunte momentanément l’eau au cycle naturel, pour la lui rendre aussitôt.

La maquette résume bien le projet : les puits font le lien entre deux mondes.

Ils révèlent en surface l’entité invisible de la nappe libre qui coule sous le quartier.

Et en surface, ils permettent d’articuler des espaces publics, porteurs d’usages quotidiens.

Ils hydratent les sociabilités en proposant un autre rapport au milieu, à la ressource, et aux autres.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thomas fenollosa (9 juillet 2024). Cinq puits à la Maladrie, communiser la ressource en eau. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11z58


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search