Le Parlement du Marais de Goulaine

Situé dans le quadrant sud-est de notre Grand Sentier, le marais de Goulaine est un des bassins versants qui alimentent la Loire en aval, et qui apporte à lui seul 18 millions de m3 d’eau douce, ce qui est considérable. Cela équivaut aux besoins d’une agglomération de 500 000 personnes.

C’est un écosystème complexe qui joue un rôle crucial pour la biodiversité.
De plus, il a un rôle très important dans la gestion hydrique de la région car il fait office de bassin de régulation, ce qui tend à atténuer l’impact des inondations.

Le projet du Parlement du Marais de Goulaine se situe au cœur du marais de Goulaine, au goulôt, c’est-à-dire au point d’étranglement de l’étang Claude Dupas et de l’étang Adrien Menereau.
Il s’implante le long du franchissement nord / sud parallèlement à la route départementale 105.

Il se situe sur un site habité depuis des siècles, qui a eu un rayonnement important dans le passé que la réalité actuelle ne permet pas de soupçonner.

Ce territoire a en outre pour particularité d’être presqu’entièrement privatisé. On dénombre 1300 propriétaires. On a également de très nombreux acteurs, avec des intérêts divergents, qui sont interdépendants et qui doivent faire face à un nouveau paradigme avec le réchauffement climatique.

Le défi du projet du Parlement du Marais de Goulaine, c’est de projeter une architecture qui permettent la rencontre des hommes et du monde vivant, tout en maintenant l’équilibre fragile de ce lieu historique.

Le but du Parlement est littéralement de parler au nom du marais.

C’est une architecture hybride qui répond à 3 objectifs :
Premièrement : rétablir la continuité écologique de la Goulaine
Deuxièmement : permettre le franchissement de la Goulaine
Troisièmement : se rassembler, échanger, débattre au plus près du terrain

QUELQUES PARTICULARITES DE NOTRE TERRITOIRE D’ETUDE

J’ai abordé mes recherches sur ce territoire en enquêtant sur l’envasement du marais.
Suivre le trajet du sable, m’a permis d’aborder le territoire avec un regard particulier et par conséquent de collecter des données singulières.
J’ai ainsi découvert que le marais est issu d’une formation géologique aménagée par l’homme au fil des siècles et que la problématique de l’envasement des affluents avait toujours été présente.

L’enquête a également révélé que le marais était aujourd’hui géré par l’Homme à la manière d’un aquarium ; ce dernier ayant une totale maîtrise des niveaux d’eau dans les canaux.

Mes dernières recherches, et notamment mon entretien avec Christian Le Boulaire, archéologue, m’ont appris que le goulot avait été habité dès le néolithique moyen ; des armes de l’époque ont été retrouvées en grand nombre sur place, et fait intéressant : de nombreux pilotis avaient été mis à jour au début du XXè siècle lors de la construction de l’actuel Pont du Louen. L’hypothèse d’une cité lacustre n’est pas écartée et suscite beaucoup d’intérêt.

On sait également que la distance entre les berges avoisinait les 200 mètres à l’époque des premières implantations, et que cette distance s’est réduite au fil du temps, avec le dépôt des sédiments.
Le Pont du Louen a longtemps été un lieu de passage incontournable tant pour la navigation fluviale que pour les déplacements terrestres. Il a accueilli un port fluvial important, et le pont lui-même existe depuis au moins mille ans.

Par ailleurs, une des conclusions importantes de mon enquête était que le paysage du marais, d’apparence naturelle, était en réalité un milieu entièrement anthropisé, et que si l’espèce humaine cessait ses activités, le milieu se transformerait, et avec lui le biotope.

L’enquête faisait donc ressortir la nécessité de :
– stabiliser les berges qui s’affaissent,
– et de retenir les pollutions à la source, en réalisant des aménagements du paysage, etels que : plantations de haies, consolidation des berges, remodelage des méandres…

J’ai proposé de mettre en place un sentier qui s’appuierait sur ces interventions pour inciter à les prolonger ici et là tout au long du sentier.
Et ce sentier, je l’ai appelé le sentier des vannes, car son tracé doit permettre aux acteurs du marais de débattre sur la gestion des niveaux de l’eau en le parcourant de vanne en vanne.
Il y a deux points particulièrement importants sur le tracé, ce sont les vannes du pont d’Embreil et celle du pont de Louen où prend place le projet du Parlement du Marais de Goulaine.

Une des entrées importantes de l’étude, c’est la volonté politique unanime des acteurs du secteur de préserver le marais et sa biodiversité, et donc d’empêcher sa fermeture.
Or, il y a deux façons d’aborder un territoire de ce type : soit c’est un délaissé, auquel cas on le laisse s’autogérer ; soit c’est une réserve, et dans ce cas il faut la faire vivre un discours politique fort. Nous sommes dans ce second cas de figure. La question qui se pose alors, c’est qui peut parler au nom du marais ? De là découle l’idée de créer un Parlement du Marais, une entité à la fois symbolique et politique qui offrirait un cadre un peu différent de celui des réunions du Comité Natura 2000 dont il dépendrait.

L’idée c’est d’échanger en arpentant le terrain. L’expérience de la marche nous a permis de nous rendre compte du fait que des réflexions nouvelles pouvaient naître en marchant, et échanger sur site permet souvent de désamorcer des débats conflictuels.
Alors, il fallait un lieu pour incarner le Parlement, et pour toutes les raisons évoquées avant, il m’a semblé logique de l’établir aux abords du sentier, et plus particulièrement au Pont du Louen, qui est en relation directe avec la Maison Bleue, l’ancienne maison du Syndicat du Marais qui joue encore un rôle de sensibilisation des enjeux écologiques du marais.

D’autre part, pour aborder le projet, il faut rester lucide sur le devenir du marais. Il ne pourra pas demeurer totalement dans cet équilibre instable, malgré toutes les bonnes volontés, car cet équilibre est déjà rompu par le réchauffement climatique qui fait prospérer des espèces comme l’écrevisse de Louisiane ou le ragondin, tous deux aggravant le phénomène d’érosion des berges.
Il faut donc envisager le projet de sentier et le projet architectural aux abords, comme une opportunité de transformation, comme le point de départ pour quelque chose de nouveau, qui réponde aux besoins du territoire.

 

PREMIER OBJECTIF DU PROJET : RETABLIR LA CONTINUITE ECOLOGIQUE

Intéressons nous un instant au sentier des vannes et à son point de cristallisation : le Pont du Louen.
Les actions du syndicat, telles que la stabilisation des berges, nous donnent l’opportunité d’aménager le sentier le long de ces dernières.
En effet, lorsqu’on consolide la berge, on vient créer un morceau de chemin pour les paysagistes, et on peut conserver ce petit chemin comme une pièce du sentier.


On a la même chose le long des plantations de haies de retenues d’eau, ou lors de opérations de reméandrage.
Et lorsqu’on assemble ces pièces de puzzle, on vient créer notre sentier.
Le Pont du Louen nous procure une autre occasion de concilier intervention de préservation et aménagement du sentier, en intervenant sur la vanne.
En effet, quand on s’intéresse de près au pont du Louen, on peut voir qu’une vanne assez ancienne entrave le passage des poissons. L’objectif de cette vanne est de préserver une grande quantité d’eau dans l’étang Claude Dupas durant la saison sèche. Il est souhaitable et même obligatoire d’envisager la suppression de cette vanne pour assurer la continuité écologique de la Goulaine. Cependant, pour ne pas risquer d’assécher tout le marais durant l’été, et de dégrader la qualité du milieu, il est nécessaire de mettre en place une passe à poissons.


La conception d’une passe à poisson répond à des considérations techniques. Sans trop entrer dans le détail, ce qui va orienter les choix techniques, ce sont d’abord les poissons eux-mêmes qu’il faut considérer puisqu’il faut permettre aux plus petits poissons de remonter le cours d’eau, lors des périodes de déplacement, puis le débit du cours d’eau, et ensuite la hauteur d’eau à franchir.
Dans notre cas, le poisson qui est prépondérant pour le dimensionnement de la passe est la brème commune, qui ne peut franchir des seuils supérieurs à 15 cm. La hauteur d’eau à franchir est de 120 cm dans le cas le plus défavorable et le débit est assez faible, avec une grande variabilité, c’est pourquoi j’ai privilégié la réalisation d’une rampe en enrochements avec des blocs à intervalles réguliers, qui permet de ménager des zones de repos.

Concrètement, cela traduit par la réalisation d’un voile de séparation des eaux hautes et basses, qui suit la pente de la rampe et méandre comme un ruisseau. Cette ligne courbe suit la topographie de la levée du pont, et contraste avec la ligne droite qui caractérise le bâtiment qui le surplombe.
Les rochers sont réalisés en béton et ont une forme particulière qui tend à casser le flux pour permettre au débit de se maintenir.

Le projet, qui est une architecture hybride, profite de la présence de ces rochers pour se fonder dessus. Le bâtiment est composé de deux niveaux dont le niveau bas n’occupe que partiellement la surface équivalent du niveau haut afin de limiter l’effet d’ombre sur la passe.

Le niveau bas qui est le seul niveau fermé, est encloisonné de verre pour conserver la vue sur le marais et pour pouvoir profiter de la vue sur la rampe en enrochements.
La façade vitrée est implantée en retrait, ce qui permet de bénéficier d’une protection solaire passive.

DEUXIEME OBJECTIF DU PROJET : PERMETTRE LE FRANCHISSEMENT DE LA GOULAINE

Il y a cette citation de Jean-Pierre Verant qui dit que Passer un pont, c’est franchir un fleuve, traverser une frontière, c’est quitter l’espace intime et familier où on est à sa place pour pénétrer dans un espace inconnu ; pour être soi, il faut se projeter dans ce qui est étranger.
C’est un peu ce que j’ai essayé de mettre en lumière.

Ici, les piétons et les cyclistes ne font pas que traverser ce pont ; ils croisent véritablement le monde vivant trop souvent ignoré. Car ce pont n’est pas seulement un pont mais c’est aussi une place.

Il est surmonté d’une couverture qui invite à considérer cette traversée comme un lieu de pause et de recueillement. Elle est orientée en direction de l’ouest, c’est-à-dire en aval de la Goulaine. Ici, on vient contempler le paysage et observer les oiseaux lors des migrations ; on suit du regard le chemin de l’eau et des poissons au travers de la passe. Le randonneur qui emprunte le sentier des vannes trouve également ici un lieu pour déjeuner à l’abri.

La passerelle remplit des objectifs contradictoires entre d’un côté protéger les humains vis-à-vis du soleil et des intempéries, et de l’autre ne pas ombrager la passe à poissons. C’est pourquoi la couverture couvre seulement une partie de la passerelle. Lorsqu’il pleut, les marcheurs pourront s’y abriter. Le reste de la surface de la passerelle est revêtu de brise soleil horizontaux, réalisés au moyen de tasseaux de bois. On peut ainsi bénéficier d’une protection contre le soleil en période estivale. Ce dispositif vise également à établir une transition ombragée au niveau de la passe, afin que les poissons ne soient pas immédiatement baignés de lumière lorsqu’ils ressortent de la rampe ou inversement. On accompagne leur acclimatation pour les inviter à emprunter la passe.
Cette dernière contourne légèrement la zone la plus obscure, qui est également une zone d’envasement, donc moins praticable pour les poissons.

Au niveau bas, on trouve également une passerelle, qui mène cette fois au centre scientifique d’observation de la qualité de l’eau. On y réalise des prélèvements de l’eau pour s’assurer de la bonne oxygénation durant l’été. Quelques marches permettent de descendre sous le niveau de l’eau, car on réalise ici un comptage des espèces afin de s’assurer de leur préservation.La passerelle qui mène au centre scientifique est ouverte au public. Elle n’est pas équipée de garde-corps car la hauteur de chute est faible, et de plus on a aménagé les rochers de telle façon qu’ils puissent protéger la personne qui basculerait.
La passerelle bas peut être vue, non comme un franchissement, mais comme une plongée vers le monde subaquatique.

TROISIEME OBJECTIF DU PROJET : SE RASSEMBLER, S’INFORMER, DEBATTRE IN SITU

Alors, comme je l’ai dit, pour faire vivre la réserve, il faut un discours politique fort ; c’est aussi la vocation de cette architecture. C’est donc également un espace qui permet au Parlement du Marais de se rassembler en plein air, avec la possibilité de s’abriter. Il propose de découvrir l’univers du marais, d’en saisir les multiples facettes et de vivre une expérience sensorielle au cœur d’un véritable jardin d’eau.
L’objectif c’est que les membres du Parlement du Marais puissent discuter en arpentant les lieux. Mais, avec 150 jours de pluie par an (soit 30 de plus qu’à Nantes), il est nécessaire de prévoir des espaces protégés des intempéries. Ici, le projet prévoit une salle pour permettre de se réunir sur les lieux, quand il pleut.
Lorsqu’elle n’est pas utilisée par le Parlement, cette salle pourrait être utilisée par les groupes scolaires, ou bien pour afficher les expositions qui sont actuellement un peu à l’étroit dans les locaux de la maison bleue, par exemple.


Le Parlement du Marais est composé des mêmes individus que ceux du comité Natura 2000, soit environ 80 personnes. Cela crée une contrainte forte sur les dimensions de la salle. Cependant, le LIEU qui accueille cette salle est avant tout l’habitat des poissons. La géométrie de la salle s’adapte à celle de la passe, et les membres du Parlement doivent par conséquent eux aussi s’adapter pour occuper l’espace.
Plusieurs configurations montrent qu’il est effectivement possible d’utiliser cette salle pour y tenir des réunions politiques.

Au gré des saisons, le Parlement se réunira soit sur le Parvis, soit sur les berges, ou bien dans cette salle abritée.
On débattra ici des enjeux relatifs à la ressource en eau et à la gestion hydraulique, ainsi que des enjeux relatifs à la préservation du milieu, en ayant l’objet de débat sous les yeux, ce que ne permettent pas les réunions à Vertou actuellement.

Le projet propose donc une architecture à plusieurs fonctions, tant pour fédérer les acteurs autour d’un projet commun que pour favoriser son financement. Multiplier les usages c’est aussi une démarche qui vise à économiser les ressources, dans un contexte actuel où les limites planétaires sont un sujet de préoccupation majeure.

 

VERS UN AVENIR RADIEUX

En parcourant le sentier, les acteurs débattront des choix d’avenir pour ces lieux, dans un contexte où les vignes disparaissent. Il sera le dénominateur commun qui permettra d’exprimer une ligne de conduite, un cap pour agir et transmettre à celles et ceux qui nous suivront, ce patrimoine matériel et immatériel exceptionnel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
florent_landreau (5 juillet 2024). Le Parlement du Marais de Goulaine. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11yjc


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search