La Noue, le nous ?

 

Nadja Warnant – Lena Guillo

Comme à plusieurs endroits du sud-ouest de Nantes Métropole, La Noue est un toponyme qui revient souvent. Lieux marécageux, c’était auparavant des endroits pas très appréciés et souvent laissés aux pauvres. De là vient la notion de communs, ces champs, ces mares étaient parfois des communaux à mettre en partage, gérés par plusieurs familles. Au lieu-dit La Noue à Saint-Aignan de Grand-lieu, au sud-est de l’aéroport de Nantes, une carte datant d’avant le 19e siècle fait état des communs du domaine du Roy sur les villages des Poteries et de la Noë. (Fig. 1) On peut y voir trois constructions ainsi que des mares, des pièces d’eaux à entretenir, un champ en contrebas d’où la terre aurait été utilisée pour faire des tuiles, ainsi qu’un terrain vague où était prévu des plantations. Autour de cela, des vignes qui appartenait à un Monsieur Jamet, pour le domaine de Launay.

Figure 1 : Carte des communs de La Noë et Les Poteries
sources : archives départementales de Loire Atlantique

 

Nous avons réussies à retrouver aujourd’hui plusieurs traces et indices de cette carte sur le territoire.

La « haute maison » dit maison à monsieur Jamet est une longue bâtisse avec un aspect maison de maître pour la partie principale. Un rond-point de pelouse verte dans la cour et un portail entre deux colonnes de pierres. Face à cela, un champ avec de jeunes arbustes, qui lui aussi possède deux petites colonnes en béton fermées par une chaîne métallique. Une légère marque de richesse ? Sachant qu’un trésor de deux bracelets d’or et de pièces de domaines (datant du Ier siècle) y ont été retrouvés, un sou perdu sur la route de la cité des Herbauges ? (importante cité qui aurait été engloutie sous le Lac de Grand-Lieu pour cause de débauche païenne- et où une porte d’entrée dans le Pays de Grand-Lieu fut construite en 1993 comme symbole de la légende de la cité d’Herbauges)

Les limites de la Noue. Source: Lena Guillo, Nadja Warnant

Plus au sud sur la route des Poteries une deuxième maison de maître se dissimule docilement derrière une grande haie. Une volonté de protéger ses grandes demeures ? Peut-être pas si étrange, au vu des nombreuses maisons fermées par de grands portails où les panneaux « le chien parcourt 50m en 4 secondes » se mettent en évidence. Cela laisse peu de place aux communs que nous cherchions. Cependant à l’angle de la route des 12 traits et de l’impasse de la noue, nous avons retrouvé ce qui devait être la partie à planter sur la vieille carte. Aujourd’hui c’est un espace public constitué d’une pelouse, de quelques grands arbres mais pas centenaires, de places de parkings et d’une aire de jeux pour enfants clôturée. Encore une marque de ces limites franches, nettes et semblerait-il, importantes, même dans un petit village. Ces grillages, on peut aussi s’y confronter en longeant l’aéroport sur le chemin de l’hermitage à 5 minutes à pied de La Noue. Caméras de surveillances et clôture renforcée, même rafistolée si nécessaire, mettent en lumière cette piste inatteignable où se déploie un ballet d’avions. Un spectacle qui devrait s’étendre, étant donné les plans d’agrandissement de l’aéroport. Le Frémiou devrait alors disparaître (carte) pour l’intérêt commun du développement économique du grand ouest. La boucle est bouclée, mais pourquoi une mise en commun si privative, un commun approprié alors que par définition ce devrait être des lieux inappropriables.