On TAP à ta fenêtre

La troupe Théâtre Animation Palletais (TAP) fait partie de ces animations qui font vivre le Pallet. Elle propose aux habitant·es de la commune des représentations théâtrales qui sont l’occasion de se rassembler et de se divertir. Ces manifestations culturelles entretiennent un sentiment de communauté dans un territoire fragmenté par l’adoption d’un mode de vie urbain individualiste. Les associations proposent une grande diversité d’événements. Cependant, ces derniers ont lieu uniquement entre avril et septembre, durant les beaux jours, et se concentrent autour du bourg. De plus, les associations qui les organisent sont vulnérables face au manque de moyens et d’infrastructures. En effet, le TAP, comme le club de modélisme naval, sont menacés de disparaître après la perte de leur salle. 

Le projet cherche à faire perdurer le théâtre malgré la perte de sa salle de représentation. On propose de concevoir un théâtre forain, qui délocalise l’activité du théâtre et propose des animations et une programmation culturelle toute l’année. Tous les six mois, le théâtre se déplace dans la commune et va chercher son public directement dans les hameaux. La carte de parcours (fig. 1) montre un trajet hypothétique de la structure pour s’installer à différents endroits de la commune, en se rapprochant à deux kilomètres de son public (équivalent à 30 min à pieds).

En créant de nouveaux espaces de rassemblement en dehors des zones prédestinées à la rencontre, ce théâtre ambulant lutte à la fois contre la centralisation des équipements culturels et permet de s’affranchir de la nécessité de locaux pour les associations. À la manière du Théâtre de l’Unité1, la perte de la salle de représentation devient l’événement fondateur d’un nouveau départ pour la troupe.

Le théâtre déploie son chapiteau près des zones résidentielles, à la lisère des hameaux, et se pose comme une anomalie dans le paysage. Sa toile colorée et sa forme ellipsoïde dénote avec les bâtiments environnants et invite les curieux à s’y aventurer. À l’intérieur, on découvre des tas de paille qui forment ses murs, ses cloisons, ses assises et son mobilier. L’architecture par empilements de bottes de paille permet une grande flexibilité des espaces, facilement modulables. Selon la disposition des murs intérieurs, ils peuvent convenir pour une représentation du TAP, mais aussi accueillir d’autres événements prétextes à la rencontre et au partage. Les espaces se dessinent en fonction des besoins des zones dans lesquelles le théâtre s’insère et aux rythmes de ses usagers. La botte de paille est également un objet emblématique de la fête agricole. Son utilisation célèbre l’identité rurale de la région et renforce les caractères bénévole et improvisé du projet. Enfin, la paille associée à d’épais rideaux tendus sous la toile permettent de limiter les déperditions thermiques du volume et offre un bon confort en hiver.

Axonométrie éclatée du théâtre

La représentation du théâtre dans différents contextes tirés de la carte d’itinérance permettent d’apprécier sa qualité d’insertion et l’adaptabilité de son programme. 

La gare du Pallet

La gare du Pallet (numéro 1 sur la carte d’itinérance) est le point d’entrée principale du bourg. Elle est situé au nord-ouest le long de la départementale. C’est un point de passage avec beaucoup de trafic qui sort et entre dans la ville, la journée comme le soir. Dresser le chapiteau ici crée de l’engouement et attire l’attention sur le lieu et ce qu’il s’y passera. C’est un moyen de capter l’attention des Palletais·es ainsi que des visiteurs qui prennent le TER ou la voiture.

L’itinérance du théâtre commence ici en hiver. Dans cette configuration, les murs sont conservés sur tout le périmètre et forment une barrière entre l’air intérieur et la toile. On entre dans le théâtre par l’ouverture au sud dans l’espace d’accueil. Les murs en bottes de paille créent des recoins et des banquettes où l’on peut se nicher autour d’une boisson en attendant le début de la performance. On accède par un passage surmonté d’une arcade à l’espace de représentation. La scène, entourée de gradins, se déforme au gré de la programmation : les pièces de théâtre, les concerts, les conférences ou encore les projections dictent la manière de s’assoir et de se produire dans la salle.

Deux mâts en acier tirés par des câbles stabilisent la couverture. Les bottes de pailles sont ensuite empilées sur les caissons du plancher et maintenues par des pieux qui les transpercent. La rigidité de l’ensemble permet de s’installer sur les murs, d’y grimper, et de s’approprier les assises à tous les niveaux. Au-dessus de la scène trône un oculus qui apporte une lumière nord diffuse et crée un contraste entre les espaces et un effet spectaculaire. Des éclairages de scènes complètent l’éclairement de la salle. Pour se faire, le théâtre est raccordé aux réseaux de la ville et assure son approvisionnement en eau et en électricité.

Les hauteurs du Pé de Sèvre

Au Pé de Sèvre (numéro 4 sur la carte) on profite en été du bon temps et de l’espace des champs pour étendre les usages en dehors du chapiteau. Sur ce plan, la toile périphérique est démontée ainsi qu’une partie des murs. Dans la salle, les coulisses sont montés pour permettre une représentation du TAP.

L’ouverture des parois prolonge la vue et permet de profiter du paysage environnant. Le bar s’ouvre sur l’extérieur, offrant de nouveaux usages, et la lumière s’invite dans l’antichambre d’accueil. Les ouvertures assurent également l’aération de l’espace et évitent la surchauffe sous la toile.

La Brouardière

Le théâtre s’installe à la Brouardière à proximité des fermes abandonnées et du four commun restauré, le long d’une départementale. Le passage du théâtre en hiver coïncide avec la fête du pain, occasion durant laquelle le four est rallumé. Dans la salle du théâtre, les habitant·es des hameaux voisins s’installent à l’abri pour se régaler des pains et pâtés achetés le matin avant la représentation du TAP l’après-midi.

Ainsi, le projet est une solution à la perte de salle de représentation du TAP, mais également un espace à la disposition des habitant·es de la commune. D’abord symbole de résistance de l’indentité rurale de la région, il a pour vocation de rassembler autour des pratiques culturelles. À terme, il se transforme en espace associatif forain, un outil qui permet de se rencontrer et de se produire dans un endroit dont les habitants proches et le contexte environnant dictent la programmation et le fonctionnement. 

  1. Le Théâtre de l’Unité est une compagnie de théâtre de rue. Après avoir perdu sa salle, la troupe s’est produite en itinérance dans toute la France. ↩︎

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
anasjebbari (14 juin 2024). On TAP à ta fenêtre. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tlc


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search