Lieux communs

La pratique de la marche permet, par sa lenteur et par l’engagement de nos sens et de nos corps, de s’imprégner du territoire et de repérer dans le paysage les indices des enjeux qui le traversent. Le trouble est né de l’arpentage du quadrant sud-est de la métropole nantaise et de l’observation de ces indices. 

Les villages à communs

L’enquête démarre dans les hameaux de la commune du Pallet. Les écarts1 y sont constitués de petites maisons mitoyennes à étage en moellons de schiste ou gabbro, organisées autour d’une place de village ou le long de grandes étendues de vigne.  

Le trouble part de l’ambiguïté constatée entre espace public et espace privé dans ces hameaux et de l’observation de bâtiments vacants et d’espaces ruraux qui semblent délaissés, dont on ne sait à quoi rattacher l’usage. On retrouve autour et dans les hameaux, des anciens puits, des vieux fours, des moulins et des dépendances. Autant de témoins d’un passé agricole qui semble aujourd’hui désuet. 

“ […] une multitude de petites propriétés imbriquées les unes dans les autres où chacun·e se retranche chez lui pour essayer de préserver une difficile vie privée, exposée au regard de tous·tes, à travers ces espaces collectifs en bordure du bâti […] ” 

ORIALLRD Marion, L’inventaire des villages à communs en Pays du Vignoble Nantais, in Les cahiers Nantais 2017-1, 2021

On découvre le terme “les communs de village”2. Ils pouvaient prendre la forme de ressources naturelles partagées, tels que les terres communales incultes3 utilisées par les villageois·es pour le pâturage, la cueillette ou encore le bois de chauffage et l’approvisionnement en eau, mais aussi se caractériser en pratiques et infrastructures communautaires dont on se répartissait la gestion, lavoirs, moulins, fours à pain. Ces espaces jouaient un rôle crucial dans le maintien de la cohésion sociale et dans la subsistance des habitant·es des hameaux. 

Certains écarts de la commune du Pallet étaient par exemple organisés autour de l’usage du four commun. Le four occupait une position centrale de la place du village. Le temps de la cuisson et du séchage des denrées rythmait la vie de la communauté et constituait un moment de sociabilité important. La marche a permis d’observer ces fours dans leur contexte actuel et de contempler leur devenir. Parfois oubliés et délaissés, parfois appropriés, parfois restaurés ou tout simplement détruits puis remplacés.  

Fig 1 – Au Pé de Sèvre, à l’endroit de l’ancien four commun se trouve aujourd’hui une zone de stationnement.

Les indices récoltés durant cette marche ont permis de comprendre l’évolution de l’usage des communs dans le temps, mais surtout leur délaissement actuel et leur remplacement dû à une perte de sens et d’intérêt lié à la modernisation des modes d’habiter ruraux. En effet, l’arrivée de l’automobile a permis de reconnecter ses écarts aux pôles urbains émergents. Et la démocratisation du confort moderne dans les foyers a également contribué à rendre obsolète l’usage des communs.  

Les processus d’acculturation des campagnes

Fig 2 – Un territoire zoné et fragmenté / les reliques d’une identité rurale

La modernisation du territoire rural semble ainsi être caractérisée par l’avènement des déplacements motorisés, qui ont engendré une fragmentation spatiale et sociale caricaturée par un zonage du territoire relié par un vaste réseau routier. Les hameaux deviennent des villages dortoirs, des zones où l’on ne vit plus le jour. On travaille et fait ses courses plus loin, dans les zones d’activité, les zones industrielles et les zones commerciales. Dans le cas du Pallet, la proximité à la métropole nantaise participe à cette fragmentation. La commune devient attractive pour des jeunes foyers du fait du prix de l’immobilier plus intéressant qu’en ville, du calme qu’elle procure et de ses grands espaces. Les statistiques de l’INSEE montrent une augmentation du nombre d’habitant depuis 1970 (+1863 habitants dont plus de la moitié due au solde apparent de migration), une grande proportion de famille avec enfant(s) (37,1% des ménages)  et un pourcentage important de personnes travaillant en dehors de la commune (81,6%).

L’arrivée de cette nouvelle population et l’adoption d’un mode de vie plus individuel s’accompagnent d’une disparition progressive des manifestations collectives. Les natifs des écarts évoquent ce passé avec nostalgie, parfois avec amertume, et regrettent la vie sociale d’autrefois, l’esprit d’entraide qui régnait et l’union qu’offrait la vie de village4

Qu’est-il donc advenu de ces communs ? Qu’est-ce qui aujourd’hui fait commun au Pallet ? 

Dans son ouvrage Plouc Pride5, Valérie Jousseaume retrace l’histoire de la modernité et des stratégies d’acculturation des territoires ruraux depuis le XIXe siècle. Elle revendique l’affirmation d’une identité rurale positive, notamment par la réappropriation linguistique6 et la revendication du terme Plouc. Il devient une source de fierté et permet de célébrer les aspects de la vie rurale initialement dépréciés ou moqués par les élites urbaines et la culture dominante. 

Fig 3 – Diagramme des stratégie d’acculturation des milieux ruraux

Les Palletais·es se rassemblent aujourd’hui autour de leurs communs architecturaux (patrimoines bâtis) et culturels (la figure de Pierre Abélard, le muscadet, …) pour combattre ce sentiment d’aliénation par la modernité. Un grand nombre d’associations proposent des marches pour explorer et goûter le territoire (association le Pallet Tourisme et loisir), pour mettre en valeur ses monuments et ses paysages (association Pierre Abélard), pour faire vivre ses traditions et célébrer ses produits. Parmi ces associations, le Théâtre Animation Palletais (TAP) rassemble les habitants de la commune, adultes comme enfants, dans sa salle centenaire pour des représentations théâtrales qui sont l’occasion de se retrouver, de se divertir et de partager un verre de muscadet.  

Fig 4 – Le four commun de la Brouardière restauré et remis en marche par les habitants

En allant à leur rencontre, on constate qu’il s’agit d’un petit groupe de bénévoles, néo-ruraux ou natifs, qui organisent cette résistance culturelle et qui font perdurer cet esprit de communauté. Pour eux, c’est un moyen d’éviter l’isolement, de passer du temps ensemble au lieu “de croupir devant sa télé”7. Notre travail commence lorsqu’on apprend en discutant avec eux que le TAP va perdre sa salle jusque-là prêtée par l’évêché. Ni l’association, ni la mairie n’a les moyens de racheter le théâtre, qui sera vendu au plus offrant …

1 – Localité, habitation écartée (CNRTL). Dans le cas du Pallet, des lieux dits autrefois isolés autonomes qui subsistaient de la polyculture, de l’élevage et des ressources communes.
2 – Bien partagé entre les habitants d’un écart dont ils jouissent et assurent l’entretien.
3 – Terres impropres à l’agriculture utilisé pour le pâturage.
4 – Témoignages de natifs recueillis au Pé de Sèvre et à Brétigné auprès des doyen·nes des villages
5 – JOUSSEAUME Valérie, Plouc Pride : un nouveau récit pour les campagnes, ed de l’aube, 2021
6 – Terme traduit de l’anglais reclamation, désigne en linguistique le processus par lequel un groupe ou une communauté s’approprie un terme initialement utilisé pour les dégrader.
7 – Témoignage d’un membre de l’association PTL pendant la fête du pain au four commun de la Brouardière


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
anasjebbari (13 mai 2024). Lieux communs. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tia


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search