Cachez cette eau que je ne saurais voir

Sur les cartes IGN, série bleue, on distingue des petits points bleus aux centres blancs : Fontaine, Puits, Source. Trois mots pour qualifier ces petits points, mais trois mots aux significations bien différentes. Je décide d’aller à leur rencontre, ou du moins à la rencontre de ces sources parce que pour moi ce sont des sources, j’en ai tellement envie. Cela signifierait la possibilité d’un ravitaillement lors de marches, des moments de repos en écoutant le chuchotement d’un filet d’eau.

Quelle ne fut alors ma stupéfaction en constatant que ces points étaient des puits et des puits clos, vraisemblablement hors d’usages, relégués au rang de décoration urbaine pour les plus chanceux. Leurs bouches sont grillagées ou obstruées, les pompes manuelles puisent dans le vide, nous privant de ce fait du précieux liquide qui incarne pareils lieux.

 

Trois puits. L’environnement a été mis en nuances de gris, les puits sont photographiés en couleur, on constate la monotonie. Le puits de gauche est condamné d’une plaque d’acier galvanisé, celui au centre est à pompe manuelle de puisage mais il ne fonctionne plus, celui de droite est obstrué par une porte grillagée.

Mais, bon gré mal gré, mon imagination prend le relais, et si ce puits était toujours le lieu de rencontre des habitants qu’il a dû être autrefois. Des saluts, des discussions journalières, de l’entraide pour remonter les seaux et pour les ramener jusque chez soi. J’imagine les enfants mettre la main à la pâte pour aider leurs mères – la tâche de l’eau revenait en effet souvent aux femmes. Je les vois aussi récalcitrants, courir avec leur copains sous le regard bienveillant de leurs mères. Des lieux qui aspirent à la rencontre et à la vie.

Et je ne peux m’empêcher de penser à la pénibilité de la tâche. Parcourir parfois des centaines de mètres, voire des kilomètres, pour ravitailler en eau le domicile familial, cuisiner, boire, se laver…

“[…] une véritable corvée”

Au cours de mes recherches, j’ai pu constater avec surprise que mon idée de ces lieux était loin de cette représentation idéalisée.

D’abord, les puits dit « publics » ne l’étaient pas complètement. Des incivilités diverses, mêlées à des problèmes hygiénistes, ont fait que les puits publics ont rapidement été régis par des acteurs, généralement des artisans dont l’enseigne donnait sur le puits. Ces acteurs étaient en charge d’ouvrir ou d’interdire l’accès aux usagers.

Ensuite,  si les puits étaient bel et bien des lieux de rencontre, leurs symboliques était assez négative de la part de la population. J.P. Goubert ajoute dans son étude La conquête de l’eau (1989) : « La quête de l’eau constitue une véritable corvée. Elle est tantôt dévolue aux femmes et aux enfants à titre gratuit, tantôt confiée à une corporation contre une faible rémunération. » Il semble alors que les alentours de ces puits soient des lieux que l’on préfère ne pas fréquenter ; on va même jusqu’à missionner des porteurs d’eau pour ne pas avoir à s’y rendre. En 1776, dans Traité de la décoration, J.F. Blondel explique à propos des chercheurs d’eau : « […] des hommes vils et des femmes bruyantes qui désolent les habitants du quartier où ces fontaines se trouvent. » On peut entrevoir que la vision des voisins immédiats sur les populations chargées du ravitaillement était négative. Est-ce dû à une différence sociale ? Entre les habitants du quartier où les puits sont situés et ceux des quartiers périphériques ? Dans son livre Nantes et sa conquête de l’eau  (1997), Claude Richomme détaille aussi des usagers « forts en gueule », « prompts à faire le coup de poings », et représentant « la lie du petit peuple ». Encore des attributs peu glorieux.

A travers cette description historique des puits, on peut se demander si ils ont été volontairement délaissés des politiques passées (et donc actuelles) à cause des conflits socio-spatiaux qu’ils engendraient.

La découverte des conduites de plomb aura eu raison de ces puits ; elle a sans doute été perçue comme la solution pour résoudre les conflits auxquels on les associe et réduire les inégalités en transportant l’eau directement jusqu’aux domiciles, ouvrant la voie à de nouvelles controverses.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léo L. (25 avril 2021). Cachez cette eau que je ne saurais voir. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxxy


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search