Le quatre-heures au moulin du Breil

Visibiliser une dépendance du quotidien

Le sentier sur l’une des chaînes de subsistance de la fouace et l’enquête sur deux biscuits hayonnais établissaient de premières intentions : visibiliser les intermédiaires entre nous et ce que nous consommons. A travers le sentier, nous voulions intervenir en une juste échelle de conception, qu’elle traduise ces modalités d’invisibilisation dévoilées par l’enquête.

 

Ainsi, le futur aux abords de l’enquête fouace et LU nous amène à proposer de réduire les intermédiaires de subsistance à l’échelle du quotidien plutôt que de prétendre à transformer la grande industrie du biscuit. 

 

Le projet propose un atelier de confection des goûters de la semaine écolière, par et pour les enfants de l’école publique Charles Gifard de la Haie-Fouassière. Il s’implante en extension du moulin à vent du Breil, surplombant le vignoble à l’orée du bourg hayonnais, à une dizaine de minutes à pied de l’école. Cet atelier veut proposer une alternative à la grande industrie du biscuit : si le moment du goûter est un moment phare de la journée d’un enfant, il reste aussi celui de la malbouffe, et du surgissement de potentielles inégalités socio-économiques. La cohabitation historique et territoriale singulière de ces deux biscuits nous amène alors à imaginer la création d’un nouveau biscuit, tirant avantages de ceux étudiés, et dont les ingrédients et leur provenance ont été réfléchis.

 

Retourner le sentier

Retourner le sentier, c’est la première phase du projet qui permettrait à un groupe d’architectes et de boulangers.ères de se fédérer autour d’un projet de conception commun, le long d’une marche qui au lieu de mener à la minoterie comme le billet tracé le suggérait, s’inverserait pour mener au lieu du projet : le moulin du Breil.

A l’issue de ces deux journées fédératrices et fort.es de la marche et de sa lenteur, une double conception s’organise : l’une boulangère, à la quête de la recette adaptée aux quatre-heures, et l’autre architecturale, dessinant le lieu qui aux côtés du moulin accueillera les temps de l’atelier et ses écoliers.ères

 

Le moulin du Breil

Nous sommes au point culminant d’une mer de vignes, protégé.es au creux de quelques arbres et entouré.es d’une clôture qui empêche autant les humain.es de rentrer que les quelques moutons de sortir. Le moulin du Breil convoque autant la quasi féérie du lieu, que sa force historique au regard de la subsistance, comme son inactivité aujourd’hui : c’est une propriété privée qui n’est pas habitée. Les abords proches du moulin s’ouvrent alors pour devenir un parc public, au sein duquel le projet vient s’insérer.

A l’arrière du cylindre, une modeste extension bâtie dans les années 60 ou 70 témoigne d’une qualité matérielle certes peu valorisable (parpaing, crépis et carrelage sont à l’honneur), mais d’une réalité patrimoniale qu’il nous importe de ne pas ignorer. C’est en cette qualité-là que cette extension constitue la base du déploiement de l’intervention architecturale proposée.

Le quatre-heures au moulin du Breil

Une fois entré.es par la tour du moulin, l’espace s’offre entre murs de paille, deux généreuses baies coulissantes et âtre du poêle de masse, qui dessinent ensemble une centralité autour de la table à confectionner. Cet espace est modelé par une hypothèse de départ, celle du non raccord aux réseaux d’eau et d’électricité. Alors pour se chauffer on utilise un poêle de masse, qui allumé en amont de l’atelier, permet aussi de cuire les biscuits en fin d’après-midi. Quand les beaux jours arrivent, c’est le four communal du bout du chemin que l’on peut investir pour cuire les goûters, sans chauffer l’atelier. Pour s’éclairer jusqu’à l’heure du quatre-heure, en plus des deux baies, la table de confection est éclairée par deux tubes de lumière naturelle, qui font spots. Et pour le petit nettoyage, on récupère l’eau de pluie en posant des gouttières qui courent le long du moulin, avant de traverser le mur de pierre pour alimenter la cuve de récupération, qui remplace l’ancienne meule. Celle-ci peut alors arroser les éviers du rez-de-chaussée du moulin en eau de pluie filtrée. Le moulin à vent devient moulin à eau, rendant à ce témoin de subsistance une force génératrice perdue, à l’échelle du goûter et de neuf enfants.

L’atelier de confection est un temps d’école à part entière dans la proposition. Un groupe de neuf enfants, du CP au CM2, se rencontrent l’après-midi pour fabriquer leur goûter et celui des autres, c’est-à-dire qu’un enfant vient participer à l’atelier au moulin une fois par mois. Le dimensionnement des besoins en temps, en nombre de mains et de goûters a dimensionné les espaces de l’atelier, mais également un cheminement d’étapes avant d’apporter les biscuits encore chauds à la sortie de l’école. 

Le moulin à vent, arborant toujours ses pâles, fait signe aux enfants. Ils et elles ont fait le chemin à pied depuis l’école, ont traversé le bourg puis les vignes avant de rencontrer les moutons. Ils et elles entrent dans le moulin à vent devenu tour de l’eau, premier temps de l’atelier pour se laver les mains dans l’espace circulaire et humide du moulin, après avoir caressé les moutons. Ça chahute. 

Le groupe s’installe ensuite dans l’ancienne extension dont il subsiste des signes matériels et dans l’intimité, c’est le temps pour les enfants de poser leurs affaires, de s’asseoir, d’écouter, de se concentrer sur l’activité de l’après-midi.

 

Les ingrédients sont tous mélangés, la boulange laisse place à la cuisson. L’effervescence se concentre progressivement au fond de l’atelier devant le poêle de masse, dont les pierres enrobent le moment. Les bancs sont chauds et l’odeur se propage. C’est une fin d’après-midi d’hiver, il fait moins lumineux, le feu éclaire plus que les conduits de lumière. 

 

Au moment où les biscuits sortent du four, le mouvement dans l’atelier s’inverse, la fin se marque en repassant par toutes les étapes. Ils et elles se rassemblent une dernière fois autour de l’eau pour nettoyer le matériel. Puis, vient le plaisir d’apporter le goûter à ses copains et copines à la sortie de l’école.

 

Au regard du processus habituel en agro-industrie, l’atelier du Breil est un endroit où l’élément qui nous réchauffe fait aussi émaner une bonne odeur, où les murs viennent du même endroit que ce qui est consommé, où les espaces s’adaptent à la taille de chacun.e, et où il y a de la place pour l’imaginaire des enfants. Il est une proposition, dans le petit quotidien des familles concernées, de doucement porter un œil à l’imperfection vertueuse que produiraient ces après-midis : les facteurs humains et matériels propres à l’atelier du Breil font embrasser la variabilité du goût du biscuit et la faim de nouveauté des enfants.

Figures des autrices.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bérénice Portier (12 juin 2024). Le quatre-heures au moulin du Breil. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t25


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search