Un, deux, trois… arbres

Photo prise à la sortie de la maison du lac de Grand Lieu. Les arbres cachent le lac

 

Marcher avec les arbres

Depuis le début de ce studio de projet, nous avons marché, nous avons visité et découvert des lieux de la métropole que nous ne connaissions que de nom, que nous n’avions vu que sur une carte. Nous avons défilé entre les terres, les forêts, et suivi les routes bitumées, les sentiers clandestins, et surtout, les cours d’eau. 

Au début, tout m’intriguait mais rien ne me troublait. Pendant la première marche avec Ariane Wilson, j’étais tellement occupée à découvrir cette nouvelle façon d’arpenter le territoire en marchant, que je ne me suis pas laissée l’opportunité de m’intéresser au territoire arpenté en lui-même. L’intrigue venait plutôt par moment, comme lorsque nous avons traversé le bois des Fous à la Montagne, et que ce passage de l’urbain à quelque chose de plus rural, m’avait marqué. Un bois caché derrière des maisons, une petite bulle verte qui ferait presque penser à un monde parallèle, un monde féerique. 

Ce même jour, lorsque nous nous sommes arrêtés au port Hamoneau, face à un paysage de l’Acheneau, les marais  à ses abords, une ligne d’arbre à l’horizon qui marque presque une fin, et une sensation du bout du monde m’avait intrigué. Qu’est ce qui se cache derrière ce paysage ? Puis-je le traverser, le toucher ? Ces arbres si lointains, si grands, d’où viennent-ils ? A ce moment de la journée, je me suis rendue compte de quelque chose, qui me hantera l’esprit tout le long de la marche, ainsi les marches suivantes : les arbres, partout ou nous allons, il y a toujours ce compagnon fidèle avec nous, qui nous montre le chemin, nous dessine des paysages et parfois nous empêche de voir plus loin. Des arbres. C’est ici que commence mon trouble. 

Lors de la seconde marche, nous étions plus détendus, plus entraînés. Ce jour-là, j’étais très concentrée sur ce qui m’entourait, puisque c’était à nous étudiant.es de préparer cette journée ; nous connaissions déjà le territoire presque par cœur. Tout le monde avait sa carte IGN, et savait d’avance quel genre de paysage nous allions rencontrer. Mais la carte peut parfois nous jouer des tours. Il existe des situations où le territoire évolue et non la carte. Elle indique des champs agricoles, mais nous nous retrouvons face à des terrains entièrement boisés avec des barrières et des panneaux “propriété privé”. Plus nous nous approchons du lac de Grand lieu, plus ce phénomène s’accroît. De nombreux bois, en friche, semblent non entretenus mais ont pourtant des propriétaires. Le sentier, tracé la veille, passe parfois en plein milieu de ces terrains ; nous nous retrouvons  au milieu de forêts abandonnées, à moitié inondées, avec toujours de petites traces qui témoignent d’un passage humain (ou peut-être animalier). 

Des arbres. Des arbres à perte de vue. 

Des bois, des terrains, des passages et parfois même des routes inondées, bloquées.  Quel lien a l’eau avec tous ces terrains boisés ? 

Si la présence d’eau permet un bon développement de la végétation, le paysage au port Hamoneau s’explique avec la présence de l’Acheneau. Cela veut donc dire également que la présence de terrains boisées autour du bourg de Saint-Mars de Coutais s’explique par la proximité du Lac de Grand-Lieu. Sur la carte, je le vois, mais en réalité, je n’arrive pas à m’en approcher. Pourquoi le lac de Grand-Lieu ? Quel lieu ? Pourquoi est-il qualifié de grand ? Où commence-t-il ? Où s’arrête-t-il ? 

Pour chercher des réponses à mes questions (ou pour en poser d’autres qui me dirigeraient vers de nouvelles pistes) , j’ai entamé une enquête sur l’Arbre. Comment s’explique le fonctionnement de ces  éléments que j’ai défini “d’éléments troubles” ? 

Figure de terrains boisés privés bloquant l’accès à gauche, alignement d’arbres bordant la D264.

 



Citer ce billet
Walae Belmostefa (2021, 23 avril). Un, deux, trois… arbres. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxxw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search