“Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens

On marche. Au fil du parcours, mon regard s’arrête sur des tas.
Des tas de terre, enherbés ou piétinés, de pierres, démolies ou prêtes à construire, de briques, entières ou concassées, de racines, arrachées…
D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Depuis quand sont-ils là ? Partiront-ils un jour ?

Une carrière productrice de matériaux de construction est au centre du quadrant. Fait-elle lien entre l’extraction et l’utilisation de ces tas ? La volonté est plus forte, il faut que je creuse ici.

L’entreprise Charier, exploitante de la carrière de la Faubretière (entre autres) débute son ascension économique au Nord du département, dans la commune de Redon. C’est pour répondre au besoin de construire des routes “pour relier les hommes et transporter les marchandises”, qu’en 1897 est lancé leur premier chantier de travaux de voirie à Redon. Au fur et à mesure, l’entreprise grandit, acquiert des sites et des carrières. Leur expansion est relativement locale, et le siège social s’installe finalement en 2020 à Couëron, au plus proche de la métropole et des échanges périphériques.

Carte de l’autrice

Dans notre quadrant sud-est, la carrière de la Faubretière est un des 7 sites d’exploitation de l’entreprise Charier dans le département et une des 22 exploitées en Loire Atlantique.

Ici, Charier TP gratte, creuse, concasse, broie, crible, lave toutes ces roches devenues petit à petit gravillons. Ses clients particulièrement friands de ces petites douceurs viennent charger des camions direction Point P, Caddac. Les clients majoritaires, les gros du terrassement. Car ici, la roche extraite n’a de qualités que pour le terrassement. Le gneiss et l’amphibolite des filons géologiques présents sur le site sont trop argileux pour rentrer dans les compositions de bétons coulés directement sur chantier. Pour les utiliser, elles doivent être re-traitées en aval avec de nouvelles technologies qui permettent de séparer les argiles des sables créés.
Si les bénéficiaires majoritaires à cette extraction sont les terrasseurs et bétonniers, certains particuliers viennent charger leur coffre de voiture de quelques kg de gravillons pour leurs usages personnels. On donnera pour illustrer un ratio de 90% de professionnels par rapport à 10% de particuliers.

“280 kg ! ça te fait 8,28€”

interaction à l’accueil de la carrière

La valeur du sol est faible, malgré le travail derrière.

D’abord, on extrait la matière grâce aux tirs de mines qui effraient les riverain.e.s les plus proches. Autour de la carrière, les habitations commencent à 300 mètres. Forcément, les planchers grondent, les murs tremblent et peut-être, se fissurent. La guerre froide entre carriers et riverains persiste. Malgré les accords mis en place entre eux, l’un dérange l’autre et vice versa.

La roche est ensuite acheminée par camions benne dans les machines concasseuses et cribbleuses qui forment de plus petits gravillons. Les différentes tailles sont tamisées et donnent des tas de différents calibres ensuite remontés aux lieux de stockage pour la vente ou de stockage en qualité de déchet, autrement commercialisé ici sous le nom de “sable de loire”. Malgré les quelques ventes, ce produit n’est pas assez apprécié pour faire descendre l’approvisionnement grandissant du stock (60 000m3 environ).

Coupe perspective de l’autrice

Charier Grands Terrassements participe à l’aménagement du territoire en réalisant les terrassements de grandes infrastructures régionales et nationales, de sites industriels et urbains. Si la production de matière permet des projets majeurs du territoire (collège de Vertou, échangeur autoroutier à Aigrefeuille…) l’entreprise l’utilise surtout pour ses travaux personnels, souvent de l’ordre de la rénovation des voies autour de la Haie-Fouassière.

A la fin de cette exploitation, la réglementation des carrières indique une remise en l’état du site, comprenant un comblement partiel et une mise en eau. Pour cela, l’entreprise commence déjà à récupérer de la matière pour combler. Des matières inertes, terres d’excavation de chantiers professionnels ou particuliers, ou matériaux issus de démolition de chantiers alentours (parpaing, bitume sans amiante, mais aussi pierres tombales et caveaux (vides!)…) sont stockés sur site dans une partie nommée ISDI (installation de stockage de déchets inertes). Cette installation a droit à 150 000 tonnes de matière.

Toute cette petite ronde est bien rodée, à l’avantage de l’entreprise. On extrait du sol dans l’outil-carrière, on l’utilise pour terrasser ou construire un équipement en décapant les premières couches de sol et ce qui n’est pas réutilisé pour la construction (terres excavées pour fondations, etc) retourne en ISDI en carrière. Un cycle tout au profit de l’entreprise participant à l’artificialisation des terres en rebouchant la preuve de leur acte envers le sol.

Schéma de l’autrice

Les détraqueurs des carrières sont nombreux. Riverains en colère et apeurés pour leur cadre de vie paisible, écologistes contre le béton et l’artificialisation… Des luttes contre ces phénomènes prennent le nom des terres pour les défendre (reprise des terres, soulèvements de la terre, etc) sous forme de collectifs, d’associations, de soulèvements, de marches…

Schéma de l’autrice

D’un lieu controversé, peut-on en faire un terrain d’entente ou de défi entre les acteurs concernés ? De cet endroit non accepté, comment le prendre comme un outil au service des différents désagréments qu’il procure ?



Citer ce billet
louise bodin (2024, 26 avril). “Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wb7a

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search