Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Plein de questions dans la tête, nous restons observer de longues minutes, mesurant la chance que nous avons d’être ici, seules dans cette immense carrière. La couleur beige adoucit la dureté de la roche révélée par l’artificialisation des lieux. La végétation avec son exubérance printanière semble vouloir de plus en plus s’y inviter . Arrivera-t-on à voir le fond ?

 

Derrière les ajoncs et leur fleurs jaunes, une brèche se présente à nous, une ouverture sur la carrière. L’usine d’enrobé et son emblématique monticule
noir sont cette fois-ci de l’autre côté de la rive. Nous apercevons enfin le fond. Un deuxième trouble se présente à nous, il y a là une eau d’un turquoise qui semble étrangère au site, le bruit mécanique qui s’en émane nous laisse penser à un système de pompage. De ce bassin, sortent deux gros tuyaux que l’on retrouve sous nos pieds, 120 mètres plus haut. Nous les retrouvons sur un terrain en aval à déverser l’eau dans deux bassins dont la perméabilité nous interroge, il y a en effet le ruisseau du Bougon qui serpente quelques mètres plus bas. Qui est aujourd’hui à l’initiative de ce pompage ? A qui appartient le terrain ? Où sont placés ces bassins ? L’eau pompée du fond de la carrière est-elle polluée ?

Les hameaux qui bordent la carrière se présentent de part leur échelle et leur ruralité comme une antithèse au site des Maraîchères. En faisant de plus amples recherches, nous comprenons le caractère hostile de ces espaces industriels pour les habitants. Comment vivre aux abords d’une carrière, d’une usine d’enrobé et d’un aéroport à la fois ? Sa proximité avec les habitations fait en effet du site de la carrière des Maraîchères un site contesté et dénoncé, un sujet dont le collectif Stop Usine Bitume s’est emparé.

Chloé Harlay et Chloé Bouteiller