Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ?

La fouace nantaise n’est pas tant le trouble en soi que sa manière d’exister actuellement à la Haie-Fouassière. Cette tradition hayonnaise nous était apparue, par une lecture architecturale et toponymique du lieu, comme une culture d’usage persistante. Le territoire historique, ses réalités vécues, ses cultures, ses travailleur.euses, ses moulins à vent et lieux de sociabilités très investis de la gastronomie locale, peignent la fouace nantaise comme un témoin important de subsistance jusqu’à la Première Guerre mondiale. Mais le maillage socio-vitico-agricole de la Haie-Fouassière a évolué à l’épreuve des modes de production industrialisés, racontant aujourd’hui ce pain par des moyens de production étalés sur le territoire, très peu consommé et faisant plutôt lieu d’une culture identitaire. Par ailleurs, un autre biscuit du territoire nantais, et installé sur le territoire hayonnais depuis 1986, le LU, témoigne d’une part d’une évolution divergente à celle de la fouace, et d’autre part d’un usage de subsistance contemporain bien plus réel que cette dernière. Une première intuition est alors née sur la base d’une pure comparaison historique des distances des chemins de fabrication entre farine et les deux biscuits, comme réalité territoriale à mettre en lumière. Seulement, ne pouvant pas considérer l’évolution de leurs chaînes de subsistance à travers une simple influence industrielle, relevant en réalité d’une dynamique bien plus complexe et nuancée, nous comprenons que l’enjeu n’est pas tant d’examiner et montrer les distances, que de visibiliser les intermédiaires et s’affranchir de leur monopole(1).

A titre d’exemple, l’usine LU s’est d’abord vue invisibilisée du regard du plus grand nombre en quittant la ville en contexte de désindustrialisation. Ses modalités de production sont invisibles par l’opacité de sa typologie architecturale. Au sein même du bâtiment usine, seules les machines ont un œil sur la fabrication des biscuits, les ouvriers ayant un œil sur les machines. Les chemins que parcourent les matières premières ont été eux, depuis plus longtemps encore, rendus imperceptibles en gagnant en distanciation.

Que racontent-ils des invisibilisations systémiques ?

L’enquête montre dès lors que LU, déjà plus à même de constituer un sujet d’étude de subsistance contemporaine que la fouace, est aussi plus porteur de dynamiques d’invisibilisation à échelle systémique. La fouace se présente alors comme entrée projectuelle pour s’emparer de chaînes plus visibles.

Ainsi, plus généralement, nous ne connaissons ni l’ampleur ni la nature des intermédiaires qui existent entre nous et ce que nous mangeons : des personnes, des distances, des conditions. Or, l’invisibilisation des chaînes de subsistance dont nous dépendons collectivement entretient un égarement mental et un enlisement général des réflexions. Cette invisibilisation découle de deux faits : d’une part, l’intentionnelle sensure(2)(privation de sens) par les stratégies libérales de nos conditions d’existence ; d’autre part l’accélération sociale(3) (privation d’ancrage spatio-temporel), héritée de la frénésie capitaliste. Cet enlisement général tiendrait alors du réarrangement de l’espace-temps commun, faisant disparaître les conditions d’existence du quotidien. De notre expérience du monde, «l’essentiel n’émerge plus»(4). Nous sommes enclin.es à entrevoir que nous sommes surpassé.es par un système invisibilisant, mais non à pouvoir agir : «tout s’agite mais rien de fondamental ne peut plus éclore»(4). Ce paradoxe du sentiment d’urgence résulte possiblement de la subtile et violente combinaison des deux origines aliénantes identifiées plus haut.  

S’extirper de l’une sans l’autre entraînerait un mouvement vital(5) mais vain d’agitation, n’aboutissant à aucun changement espéré. S’extirper autant de l’intentionnelle sensure par la recherche de sens, que de l’accélération grâce au temps long et fort de la marche, saurait alors donner espoir à des intentions projectuelles, pour qu’à nouveau, quelque chose de fondamental éclose. Si l’idée d’extraire le besoin fondamental de manger du système paraît vain, s’en extirper un temps afin d’éprouver une expérience nouvelle de quotidienneté se présente comme l’endroit du projet.

Au regard de l’enquête, le projet vise à visibiliser et éprouver une chaîne de subsistance, et à veiller dans la conception architecturale aux différentes modalités d’invisibilisation relevées.

  1. Nicolas Rio et Mathilde François, première synthèse “Agir avec Bruno Latour” d’un échange avec Bruno Latour, Maÿlis Dupont et Baptiste Perrissin-Fabert à l’invitation de Vraiment Vraiment et Romain Beaucher https://autrementautrement.com/2021/03/17/agir-avec-bruno-latour-deplier-nos-geographies-de-subsistance-pour-recommercer-a-faire-territoire/
  2. Terme emprunté à Philippe Vion-Dury dans Exercices d’autodéfense, Manuel d’autodéfense intellectuelle avec François Bégaudeau. Hors-série numéro 16. 2023. Socialter. Paris. p.27
  3. Terme emprunté à Hartmut, R. dans Aliénation et accélération : Vers une théorie critique de la modernité tardive. 2012. Editions La Découverte. 162 p.
  4. Hartmut R. cité par Valérie Jousseaume dans Plouc Pride : un nouveau récit pour les campagnes. L’aube. Monde en cours. 2021. p.192
  5. Terme emprunté à Elsa Dorlin, conférence “La plèbe en nous : légitime défense et autodéfense” tenue le 16 mars 2024 à l’ENSA Nantes pour Les Rencontres de Sophie


Citer ce billet
Bérénice Portier (2024, 21 avril). Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ? Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w94v

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search