Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation

Être ici. Connaître là. Faire, alors ?

Quand je marche, beaucoup de paysage disparaît car mes yeux regardent le sol : Je dois m’arrêter pour voir. Quand j’habite, je ne connais que des points de mon réseau : L’entre-deux est décousu. Doit-on le recoudre ? Peut-on le recoudre ?
Comment s’arrêter, être ici ? Comment voir, connaître là ? Comment recoudre, faire alors ?
– Première formulation du trouble, texte de l’auteure

Le trouble émerge avant même de se rendre sur place, par le constat fait d’après cartes d’une viticulture très présente dès la sortie de Nantes. Et il se vérifie une fois le paysage déroulé devant nos yeux. “Être ici“, à Nantes, pour moi à ce moment, ça signifiait comprendre pour “connaître là” : ce morceau de carte entre Nantes et Clisson, à la fois si proche, mais que je connais si mal. Je le savais déjà, le Muscadet est le vin de Nantes. Mais que nous dit ce produit ? Que nous raconte la vigne sur le territoire et son histoire ? J’ai donc commencé par me renseigner sur cette viticulture. Puis, il m’est apparu un fait : bien qu’ancien, le Muscadet n’a pas toujours été ce que l’on en voit aujourd’hui.

Un paysage en mutations : brève histoire du Vignoble Nantais

Si l’on peut faire remonter le début de la viticulture dans le secteur à l’empereur romain Probus qui fit planter les premières vignes1, l’histoire du Muscadet (du cépage Melon de Bourgogne, Vitis vinifera Melon B.) contemporain ne commence vraiment qu’à l’époque moderne, puisqu’il remplaça grâce à sa résistance au gel le cépage de Gros Plant qui dominait la région auparavant. Les côteaux furent ensuite ravagés par les guerres de Vendée, mais l’on replanta très rapidement, jusqu’à la fin du XIXème siècle, quand la crise du phylloxéra (1886) imposa un changement de méthode. C’est suite à cette crise que les parcelles viticoles et les pieds de vigne ont commencé à devenir ce que l’on observe maintenant : par la fin du bail à complant2 les parcelles ont été redessinées jusqu’à former aujourd’hui de plus grands lots rectangulaires, et la plante elle-même est “nouvelle” puisqu’elle pousse désormais sur des pieds de greffe américains dont les racines résistent au phylloxéra3. C’est par l’arrivée de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC Muscadet) en 1937 que l’on assiste ensuite à une standardisation du produit, puisque l’appellation impose (et protège) certaines méthodes de production mais aussi un goût. Avec la mécanisation, le muscadet se produit rapidement et en grandes quantités, mais ne présente pas de qualités gustatives très fines et reste, jusqu’à la fin du XXème siècle, un vin acide et peu cher, réputé “de comptoir” et utilisé dans la cuisine. En 1991, un épisode de gel très violent ralentira drastiquement la production. Il fut difficile ensuite pour le secteur de s’en remettre, car pendant l’absence du Muscadet sur le marché, c’est le Chardonnay qui prit sa place. Au début des années 2000, le gouvernement proposa une prime à l’arrachage afin de permettre aux viticulteurs affaiblis de cesser leur activité tout en ne perdant pas tout. Mais cette réponse au coup dur vécu par le vignoble Nantais n’a pu satisfaire ses acteurs, soucieux de défendre l’existence du Muscadet et ne pouvant rentrer dans leur frais en ne comptant que sur cette prime dont “la somme couvrira tout juste les frais d’arrachage”4. Aujourd’hui, les menaces climatiques s’ajoutent à la détresse du monde viticole : les intempéries violentes mettent en danger les ceps par l’érosion5, l’humidité (mildiou) et les fortes chaleurs influencent les saisons de vendanges (ainsi que le reste des cycles de la plante, voués à s’accélérer)6. Rien n’augure une amélioration prochaine de ces aléas, aussi puisque la Commission Européenne et le gouvernement français ont très récemment assoupli les ambitions environnementales portées par la PAC, et reculé l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture7, ce qui aura nécessairement un impact sur le monde vivant et le climat. Néanmoins, au cours de la décennie 2010 et début 2020, une nouvelle opportunité s’est offerte au vignoble : une consommation plus occasionnelle mais aussi plus qualitative, mêlée d’une envie chez les consommateurs de se “reconnecter à la terre”, qui se traduit par une recherche de traçabilité et de circuit court. Dans cette mouvance, le Muscadet dès la décennie 2010 prend le parti de la qualité associée au terroir, avec la création des crus communaux. Aujourd’hui au nombre de 10 appellations, ils permettent aux vignerons de valoriser la qualité du sol qu’ils travaillent, “une mosaïque de terroirs”8 (induite par la géologie), et de proposer un nouveau Muscadet, cette fois-ci haut de gamme.

Les mutations du vignoble Nantais ont donc toujours existé. La stabilité apparente que l’on croit observer lorsque l’on découvre le territoire, par son architecture vernaculaire viti-vinicole et les rangs de ceps qui quadrillent les communes, n’est que toute relative. Face aux nouveaux enjeux qui touchent l’agriculture française et s’ajoutent aux difficultés plus anciennes, les bouleversements qui arrivent peuvent s’observer comme d’autres de ces mutations en série. Être ici et connaître là se met alors à rimer avec l’envie de faire. Autrement dit : habiter quelque part c’est aussi consommer ce que la terre d’ici peut offrir, et se sentir chez soi dans un paysage dont on comprend les tenants et les aboutissants.

« Le paysage est un bien commun vivant »9

Avec l’avènement de la mécanisation, le remembrement, et l’usage de produits phytosanitaires au cours du XXème siècle, l’agriculture (dont la viticulture) s’est mise à fonctionner pour une production de masse, en isolant la plante cultivée du reste pour mieux la dupliquer et en tirer profit. Si cette méthode a su faire ses preuves en terme de rendements, on en constate aujourd’hui les limites : épuisement des sols, fragilité des cultures due à une faible diversité génétique, effondrement de la biodiversité, maladies professionnelles et épuisement des travailleurs agricoles par une dévalorisation d’un savoir-faire sur lequel repose pourtant historiquement la subsistance de toute notre société10. Cette ère est décrite par Anna Tsing comme celle du Plantationocène, dont la caractéristique majeure est l’exploitation du vivant et l’isolement des individus (humains cultivants et non-humains cultivés)11. Les crises agricoles et les effondrements en cours nous poussent aujourd’hui à reconsidérer ce système, et nous forcent à constater l’importance des relations biotiques et l’interdépendance des vivants entre eux. Cette connaissance des cycles naturels n’est pas pour autant à réinventer. Nous l’avions déjà avant l’accélération récente de la croissance. Comme l’explique Valérie Jousseaume, elle rythmait la vie sociale, puisque toute la société paysanne tournait autour de la production agricole. Nous savions la nécessité des périodes de jachère et des rotations de culture, tout comme les événements agricoles annuels portaient les rites sociaux. Le vin en est encore aujourd’hui un exemple, par l’image d’Épinal des vendangeurs qui se rassemblent chaque automne pour récolter le raisin (bien qu’aujourd’hui, ni l’agricole ni le viticole ne fédèrent autant -et cela s’explique par une déconnexion professionnelle, puisque de 15 millions de travailleurs de la terre au milieu du XIXème siècle, nous sommes passés à un peu moins d’1 million12). Aussi, ce ne sont plus les agriculteurs qui ont le pouvoir de choisir leur manière de cultiver. Soumis par le transport rapide à la pression de la concurrence internationale, ils vont vers le maximum de rendement, en suivant les prescriptions d’ingénieurs agronomes. Le consommateur, lui, ne sait plus rien de ce qui le nourrit ou le soigne : la cueillette, le glanage, le renfort en période de récolte, sont des actes sociaux et de subsistance désertés.

Un patrimoine vivant, que l’on peut savoir hybrider

Dans le vignoble Nantais, depuis l’établissement des crus communaux, d’autres expériences ont lieu. Bien que le Muscadet ait récemment eu de grandes difficultés économiques, il est l’un des derniers terroirs viticoles en France où il est encore possible d’acquérir du terrain pour peu cher. De nouveaux viticulteurs et vignerons qui s’installent passent au bio (voire en biodynamie, comme le domaine de la Pépière à Maisdon-sur-Sèvre et Saint-Fiacre-sur-Maine), et se permettent un ralentissement des rendements pour miser sur une qualité supérieure plutôt que sur de la quantité. Certains domaines s’approchent aussi du modèle de “polyculture-élevage” en dé-mécanisant leur production et en réintroduisant par exemple le mouton comme désherbant. À l’échelle des communes, même dans l’emprise des crus communaux, les friches viticoles commencent à être réinvesties et cultivées d’autres plantes que la vigne : par l’initiative de l’association Terres en vie, un inventaire des friches a été lancé depuis 2017 à destination des communes du Vignoble, et l’association accompagne de nouveaux exploitants à s’y installer en agriculture paysanne et agroforesterie (“Les fermes du Vignoble”)13. La diversification s’entame donc doucement depuis les 15 dernière années, comme avec cet autre exemple des Vergers du Moulin des Noues, en arboriculture biologique depuis 2008 à Maisdon-sur-Sèvre.

« Depuis 2006 nous avons banni les désherbants : les sols sont labourés et griffés. L’année suivante c’est tout naturellement que le domaine a choisi la culture biologique. Aux traitements à base de cuivre et de soufre nous ajoutons diverses plantes. Nous récoltons l’ortie, la consoude et la prêle au bord de la Maine et les apportons sous forme d’infusion, d’extrait fermenté, de décoction. »

Domaine de la Pépière
Saint Fiacre, patron des jardiniers

Mais si la viticulture marque tant le paysage du vignoble, et que l’on peut y pressentir déjà quelques adaptations à la marge, ce qu’on y fait pousser n’est pas seulement l’affaire de ceux qui cultivent. Le paysage qui se dessine relève à la fois de l’économie des lieux, mais aussi de l’identité des personnes qui habitent et se nourrissent, d’un certain sentiment d’appartenance à une terre qu’il nous faut savoir soigner, encore plus face à l’urgence des effondrements en cours. Outre les professionnels de l’agriculture qui détiennent des compétences en matière de vivant cultivé, il persiste encore un savoir populaire, dont les nombreux potagers localisés à Saint-Fiacre-Sur-Maine témoignent de l’existence. En vue satellite, on peut en dénombrer une centaine, de tailles variées, sur les 5 hameaux de la commune de 597 hectares (dont 420 en vignes) (le bourg, La Hautière, La Métairie, La Pétière et La Bourchinière). Sur 1241 habitants, cela représente environ 1 potager pour 12. Ces connaissances en marge de logiques productivistes industrielles pourraient représenter un “terreau fertile” pour l’expérimentation directe, le mélange des savoirs : hybrider les méthodes pour accompagner dans la douceur des mutations inévitables qui se dessinent à l’horizon de la viticulture. Aussi, comme mentionné par le Domaine de la Pépière, les lisières arborées de la Sèvre et de la Maine représentent une réserve de plantes spontanées qui finalement trouvent leur rôle en tant qu’auxiliaires de culture, et sont une ressource pour la biodiversité. Cette rencontre du végétal sauvage, domestique, et cultivé, pourrait s’opérer de manière à mettre en partage les outils qu’impliquent leur présence et leur usage.

Par sa forte présence sur les côteaux de Saint-Fiacre-Sur-Maine et ses nouvelles fragilités, la vigne se présente comme un indicateur de l’état de santé du terroir : tant témoin de ses facteurs abiotiques (géologie, hydrologie, hygrométrie, ensoleillement, thermique, vent…) que de ses interactions biotiques (sol riche en matière organique “vivant”, pollinisation, résilience infectieuse…). Il nous faut comprendre ces liens qu’entretiennent les vivants entre eux et qui dépassent les catégories et divisions spatiales que nous leur imposons : Comment les côteaux viticoles ont besoin des lisières arborées ? Comment l’implantation des vignes peut limiter ou renforcer l’érosion ? Comment les plantes potagères peuvent enrichir le sol ?… Retrouver ces interactions vertueuses dans les cultures, c’est replacer la vigne dans une situation de pluribiose14, qui tend à se réconcilier avec le passé polycole du vignoble. En mêlant les connaissances propres à chacun des trois modes d’existence du végétal en ces lieux (sauvage, domestique, cultivé), c’est aussi aux acteurs du monde agricole que l’on peut permettre de ne plus être isolés, à l’image des plantes qu’ils cultivent. Il est alors question de réfléchir à la “non innocence des savoirs”15, de mettre en mouvement les outils intellectuels et physiques pour œuvrer à faire de la terre que l’on habite un paysage auquel l’on aspire. Être ici. Connaître là. Faire, alors.

« [dans l’ère paysanne] Il n’y a pas de division nette entre le travail paysan et l’artisanat, la polyvalence technique est de mise. […] Le savoir est toujours associé au faire, il n’est pas de connaissance intellectuelle non appliquée ou non impliquée par le corps humain. […]

La durabilité et la fertilité de la terre ainsi que l’autosubsistance, alimentaire et énergétique (bois, eau), garantes de la survie, fondent l’organisation de systèmes agraires en polyculture-élevage.»

Valérie Jousseaume, Plouc Pride : un nouveau récit pour les campagnes, p. 34, Éditions de l’Aube, 2021
Un passé polycole oublié

À la confluence de la Sèvre et de la Maine, en plein départ du cru communal Saint-Fiacre-Monnières, et en surplomb des côteaux de Saint-Fiacre-sur-Maine, se trouve un vestige du passé en polyculture du vignoble. Le Moulin du Coin (ou Moulin de la Bourchinière) a pourtant récemment fait l’objet d’une attention toute particulière. Construit au XVIIème siècle il appartenait autrefois au Château du Coin et en produisait la farine. Il cessa de moudre le grain en 1909, puis les bâtiments attenants construits aux XIXème et XXème siècles servirent d’auberge de jeunesse dans les années 60-70, puis par la suite de caveau de dégustation pour le Syndicat des Vignerons à la fin des années 70, avant de devenir habitation privée puis de tomber lentement en ruines après un incendie en 2011. Depuis 2019, l’association Les Amis de Saint Fiacre a racheté le moulin et entamé sa restauration, afin d’en faire une halte paysagère sur le GR Boucle du Vignoble. Afin de faire de l’endroit un espace de partage, l’association a aussi l’ambition de rebâtir à l’emplacement des anciens bâtiments attenants (désormais détruits) une petite salle associative. L’objectif de cette remise à neuf est de conserver et valoriser le patrimoine architectural agraire de Saint-Fiacre-sur-Maine, de faire du lieu un point d’observation panoramique convivial, et de rappeler l’histoire de ces terres qui n’ont pas toujours porté des vignes. 16

La localisation du moulin en hauteur et au centre des côteaux de la commune entre la Sèvre et la Maine, ainsi que son histoire et les ambitions portées par le projet de l’association, peuvent résonner avec les enjeux de mise en commun des connaissances et des outils agri-viticoles qui semblent aujourd’hui s’imposer à nous. Ce moulin pourrait être un lieu de la rencontre des acteurs et des mondes du végétal de Saint-Fiacre-sur-Maine, et les parcelles attenantes l’occasion d’expérimenter pour associer le savoir au faire.

Comment adapter ce que l’on fait pousser pour convenir à un climat* nouveau, sans balayer le patrimoine local ?

  • 1. Institut National de l’Origine et de la Qualité, fiche produit Muscadet
  • 2. R. Bourrigaud, Le phylloxéra, De la vigne au vin, 303 Hors série N°139, 2015
  • 3. Ibid.
  • 4. C. Perrot, Le vignoble Nantais vit des heures sombres, Loire Atlantique Agricole, 21 janvier 2011
  • 5. G. Delanoue, Erosion des sols viticoles et impacts sur la physiologie de la vigne, Gestion durable des sols dans un contexte d’agroécologie, Cheverny, 30 novembre 2017
  • 6. H. Pavageau, Réchauffement climatique : à quoi le vignoble du muscadet va devoir faire face ?, L’Hebdo de Sèvre et Maine, 01 mars 2023
  • 7. S. Gorge, Réponses aux mobilisations agricoles : des mesures de court terme et des reculs écologiques, La Grande Conversation, 27 mars 2024
  • 8. Avec ses crus communaux, le Muscadet rivalise désormais avec les grands vins, La revue du vin de France, archives 2014-15 et 16
  • 9. Le paysage est un bien commun vivant, Laboratoire – Observatoire du Pays Genevois
  • 10. V. Jousseaume, Plouc Pride : un nouveau récit pour les campagnes, Éditions de l’Aube, 2021
  • 11. Autour du plantationocène, journées d’études, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 8 et 9 novembre 2022
  • 12. V. Jousseaume, Plouc Pride : un nouveau récit pour les campagne, Éditions de l’Aube, 2021
  • 13. N. Heas, Terres en Vie renforce son action dans le Vignoble nantais lors de la foire Expo Vall, L’Hebdo de Sèvre et Maine, 08 mars 2024
  • 14. C. Brives, Pluribiose : Travailler avec les microbes, Éditions Quæ, 2024
  • 15. Ibid.
  • 16. Source : association Les Amis de Saint Fiacre
  • * Climat : (ici) circonstances atmosphériques, météorologiques, mais aussi sociales


Citer ce billet
Yuna Jacob (2024, 22 avril). Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w99v

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search