Perception troublée

L’arrivée sur les lieux

C’est durant la seconde marche collective que j’ai pu rencontrer cette situation de trouble. Après avoir contemplé le lac de Grand-Lieu, une immensité lisse et inaccessible, nous nous sommes dirigés vers l’Acheneau, affluent de la Loire, dans le but de rejoindre un nœud, invisible, de trois frontières communales. Le chemin indiqué sur la carte IGN qui devait nous conduire à cet endroit s’est très vite transformé en champs. Pensant s’être perdus mais ne voulant pas abandonner notre but, nous avons fait abstraction des petits fils électriques qui coupaient notre chemin. Au fur et à mesure de notre progression, le sol argileux craquelé et les chants d’oiseaux crescendo nous ont indiqué le changement d’ambiance à venir.

Puis d’un seul coup, après avoir enjambé un fossé et prit un virage à droite, nous nous sommes retrouvé face, à ce que nous pourrions définir comme un « bout du monde ». Au premier abord un marais, d’une toute autre nature que ce que nous avions pu voir auparavant. Ici, comparé au Lac de Grand-Lieu, l’échelle de ce qui se trouve devant nous est à notre portée. Les clochers d’églises des communes alentours et la ligne de chemin de fer, que nous percevons dans un horizon proche nous permettent de donner une limite à ce marais. La présence d’animaux sauvages et l’absence de l’homme me fait penser que nous nous trouvons dans une bulle, lieu rare encore préserver de l’emprise de l’Homme.

Il nous était alors impossible de rejoindre l’Acheneau pour se trouver au plus proche des limites communales, notre but premier. Mais peu importe, sur le moment nous étions en pleine contemplation.

Des éléments questionnant la perception

En continuant de longer ces marais, des éléments ont commencé à questionner ma perception du lieu. Les poteaux et fils électriques juste devant nous, jusque-là invisibles, ou encore les poteaux électriques en guise de passage au-dessus de l’eau qui révèlent l’activité humaine dans ce lieu. Mes premières observations sont-elles fausses ? Aurais-je été trompée, ou plutôt influencée par mes propres envies et expériences passées ? L’espoir de trouver proche de nos villes des lieux de vie sauvages.

Non loin de là, dans le hameau Le Butay, les bâtisses agricoles abritant des bovins confirment mes intuitions. Et si ce marais était en réalité une prairie en été, pâturé par ces animaux, et en hiver, inondé et donc refuge pour les animaux sauvages ? Mais ce marais est-il transformé par l’homme ou juste privatisé à l’aide de ces clôtures ? Cette limite créée par les clôtures nous empêche d’accéder, de faire partie de ce paysage, provoquant une méconnaissance du site, une impuissance d’action, engendrant un désengagement de l’observateur, qui est susceptible de ne pas voir les enjeux d’un tel site.

C’est donc ici que nous pouvons parler de trouble. Ce sentiment de ne pas pouvoir catégoriser l’espace devant nous. Est-ce un lieu totalement naturel ou un lieu totalement transformé par l’homme ? Il n’y aurait pas de sens à le présenter comme un milieu « naturel », mais il n’y en aurait pas plus à dire qu’ils constituent un milieu « artificiel ». Il s’agirait davantage d’un écosystème emboîté dans un système social et d’un système social emboîté dans un écosystème[1], jusqu’à former un assemblage indissociable ? L’enquête nous le dira.

Quel devenir pour ce territoire ?

Lors de ces deux marches collectives, j’ai pu constater que l’on se retrouvait assez vite, à la sortie de Nantes, dans un périurbain très rural. Dans cette société où l’étalement urbain est encore un sujet d’actualité, ce sentier serait l’occasion de se questionner sur ce que voudrait dire le fait d’habiter le périurbain, mais surtout sur ce que signifie d’habiter un de ces hameaux de ce bout du monde ? Les particularités de ces zones humides changent-elles la façon de voir, de consommer et de vivre ce paysage ?  Y a-t-il un effet de privatisation des lieux, tel un privilège ? En partant de cette hypothèse d’interrelation entre biodiversité et économie, nous pouvons nous questionner sur la stabilité de cette dernière. Est-elle vouée à disparaître ? Si oui, comment le passage d’un sentier métropolitain permettrait de révéler cette situation, mais aussi de participer à sa préservation ?


[1] Philippe Descola, anthropologue.