Les femmes rurales

Lire la suite : Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXème siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais

J’ai alors décidé de concentrer mes recherches sur ces femmes des hameaux. En plus de travailler dans les vignes, elles s’occupaient aussi du foyer, d’allumer la cheminée (élément centrale des maisons), géraient les repas (qui nécessitaient parfois un four) et des lessives (qui demandaient l’usage d’un lavoir). Elles étaient viticultrice, femmes au foyer, mais aussi cuisinière et lavandière. En outre, ces communs étaient certes centraux dans les usages, mais ils structuraient également les sociabilités féminines et leur travail.

Martine Segalen écrivait dans « Femme et pouvoir en milieu rural »2:

« La puissance féminine individuelle

Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. Les folkloristes sensibles à cette exclusion et à cette menace s’en défendent en retour en portant un jugement méprisant sur l’assemblée et sur les sujets de conversation abordés au four et au lavoir, comme pour en rabattre leur importance et exorciser la crainte qu’ils en ont.»

Les communs étaient donc pour les femmes, des lieux de dur labeur certes, mais aussi des lieux où la parole est libre, où l’entraide est forte, et où les amitiés et animosités se forment. Lieux du pouvoir féminin, ils étaient le centre du « communer féminin ».

Après la seconde guerre mondiale, et avec l’électrification des villages, l’usages des communs de villages ont peu à peu disparus, au profit de l’individualisation de ces usages mêmes. Ces lieux de sociabilités et de pouvoir, souvent craints par les hommes (les maris ou les dirigeants des pouvoirs publics) ont alors disparu, laissant les femmes confinées à leur espace domestique.

Je me suis alors renseignée sur la femme des hameaux aujourd’hui. Les « femmes rurales » et leurs lieux de sociabilisation, d’entraide. Elles représentent 1/3 de la population féminine française soit 11 millions de femmes. Ce sont elles qui ressentent le plus les inégalités de genre, beaucoup plus de leurs consœurs en ville. Elles sont en première ligne d’un problème structurel : le duo capitalisme/misogynie. Dès leur plus jeune âge, les femmes rurales subissent des injonctions contradictoires : partir pour les études pour avoir plus d’opportunités, ou rester soutenir leurs familles. Quand elles partent, elles reviennent moins que les garçons, mais quand elles restent, elles sont plus soumises à la précarité et souvent à l’espace intérieur. Les femmes rurales font plus face au chômage que les hommes, 36% des emplois masculins se concentrant dans le milieu rural. Un quart des femmes rurales travaillent dans les secteurs du soin et du social, contre 11% des femmes vivant en ville. Je rappelle que le secteur de la santé est, à l’échelle nationale, à 75% féminin, et que le secteur du care est celui qui concentre le plus d’emplois précaires. D’un point de vue de la mobilité, 80% des femmes rurales ont leur permis contre 90% des hommes. Entre les emplois précaires, et une mobilité plus réduite elles sont plus dépendantes financièrement et et de manière générale. Un tier des femmes vit en milieu rurale mais 47% des féminicides s’y produisent. Pourtant les appels pour les violences conjugales dans le milieu rural ne représentent que 26%3 des appels au 3919. (numéro d’urgence pour les femmes victimes de violence).  Ces disparités s’expliquent par l’isolement, un manque d’accès à l’information, les difficultés de mobilité mais aussi par le manque d’anonymat allant de paire avec la vie villageoise. Les femmes rurales sont les premières à subir la désertification médicale, en étant plus éloignées des services de santé, concentrés dans les villes et les métropoles. Mêmes les services et les maisons d’accueil pour les femmes victimes de violences sont situées dans les centres urbains. Alors que les service d’entraide et d’aide sont maintenant officiels, ils sont concentrés aux mêmes endroits. Les réseaux de solidarité informels qui se trouvaient avant juste à côté de leurs maisons au sein des communs, sont maintenant presque inaccessibles.

Si on se concentre sur les agricultrices, qui représentent un quart des chef.fe.s d’exploitations, 80% d’entre elles, s’occupent en plus de leur travail agricole du travail administratif. Deux-tiers d’entre elles prennent aussi en charge les tâches ménagères, contre un quart pour les femmes habitant en ville. Difficile de ne pas faire le parallèle avec les femmes rurales d’avant-guerre qui elles aussi, partageaient leur temps entre travail agricole et tâches ménagères.  Mais comme expliquer plus tôt, les femmes vivant en milieu rural sont plus éloignées des réseaux d’aide et d’entraide, quand dans l’avant-guerre, ces réseaux existaient à l’échelle des hameaux. Certes le patriarcat et le sexisme s’exprimaient d’une manière différente et les conditions de vie étaient plus difficiles, mais la comparaison peut tout de même être faite, si on croit les chiffres.

Pourtant, même si les communs de villages ne sont plus utilisés, le « communer féminin » existe encore dans les associations ou collectifs en non mixité choisie, ou encore dans les tiers-lieux qui mêlent également souvent d’autres population en marge comme les personnes LGBTQIA+ et/ou racisées, et/ou non valides. On observe des associations nationales comme l’association nationales des femmes de vin qui crée un réseau de solidarité et d’entraide entre les femmes vigneronnes et viticultrices pour qu’elles puissent échanger techniques, problèmes rencontrés et apprendre les unes des autres. Le même type d’association peut se trouver pour les agricultrices avec le groupe « Les elles » au sein duquel elles partagent leurs expériences, espoirs, leurs peines, le sexisme systémique qu’elles subissent en tant que femmes agricultrices, elles se forment également à maîtriser les outils agricoles qu’elles cherchent à rendre plus ergonomiques, car encore conçus pour des corps et normes masculines.

Il apparaît donc que féminin, et commun vont de pair.  Valérie Jousseaume explique également que le festif, l’onirique, le féminin, les classes populaires et ce qui est hors de l’occident, ont en commun d’être en marge. Il me semble donc que le commun, le féminin et le rural forment un triptyque, un trio lié par la même chose : être en marge d’un système. Dans ce cas un système capitaliste et patriarcal. Léo Podlashuc signe même un livre intitulé « Saving the women : saving the commons » (2009). Il y explique que le communalisme dont font preuve les femmes façonne une identité collective et un contre-pouvoir au sein des villages. Cette nouvelle identité collective, qui s’oppose à la l’isolement au sein du foyer, permet aux femmes de s’auto-valoriser et de s’inter-valoriser.  Cette manière de communer féminine est pour Silvia Federici fondée sur une économie non capitaliste et sur des notions de qualités des rapports entre les membres, coopération et responsabilité. Dans la première phase du développement capitaliste les femmes ont été les premières à défendre l’enclosure des terres et à défendre les champs communaux. Et car les communs, et le féminin sont en marge, ils s’allient dans cette marginalité aux mouvements et cultures non occidentales qui elles aussi développent un « communer féminin ». Au Chili et au Pérou, des « ollas comùnes » ou cuisines communes, voient le jour dans les années 1980. Ces cuisines servaient aux femmes à contrer les effets de l’inflation en faisant leurs courses et repas en commun.

Cette manière de communer n’est pas une tradition en soit, ou un comportement inné, mais naisse d’une réponse à un manque, une oppression. Les femmes rurales « communent » pour s’entraider, apprendre, se protéger, lutter.



Citer ce billet
Elsa Foucault (2024, 18 avril). Les femmes rurales. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8eh

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search