La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes.

Une race au bord de l’extinction

En marchant sur la route de Saint-Julien-De-Concelles, je fus étonnée de rencontrer des vaches aussi près de la ville. Je ne m’attendais pas à en rencontrer ici, un jour de pluie qui plus est. Alors je cherche les vaches, vers Vertou, dans les Bas Prés. Les prairies sont là, les panneaux d’informations aussi, mais pas les vaches. Débute alors mon enquête sur les bovins, et je découvre l’existence d’une race spécifique à Nantes: la vache nantaise.

Race rustique, non adaptée au circuit industriel, elle fut de moins en moins élevée au fur et à mesure que la consommation de bovin se standardisait. A tel point que dans les années 80, on n’en comptait plus qu’une cinquantaine. Au bord de l’extinction, elle fut sauvée par quelques agriculteurs et éleveurs nantais qui ont créée l’association de la vache nantaise, pour la sauvegarde de cette race.

Alimenter la biodiversité, alimenter le circuit court

Pour les éleveurs nantais, la vache nantaise a un fort intérêt écologique. En effet, c’est une vache plus que apte à pâturer dans les prairies et zones humides des abords de Nantes, là où le niveau d’eau est haut en automne et en hiver, et redescend au printemps et en été. Faire pâturer des animaux dans une prairie au lieu de faucher la végétation permet une plus grande diversité de la faune et de la flore du terrain. La nantaise est totalement herbivore, son alimentation est composé à 100% d’herbacées. Elle a ses propres préférences quant à celles-ci: elles préfèrent manger des graminées qui ne sont pas encore arrivées à maturité, qui n’ont pas encore de graines ou qui n’ont pas encore fleuries car c’est à ce moment là qu’elles ont le plus d’apport nutritif.

En plus des graminées, les vaches sont aussi un atout essentiel pour lutter contre la prolifération de la jussie, une plante invasive que l’on trouve dans les zones humides. Les bovins s’habituent à manger sur certaines parties d’une prairie, laissant la faune se développer sur l’autre partie, ce qui offre un paysage non-homogène, avec ici des herbes à ras du sol et là d’autres qui montent en hauteur. Cette disparité permet au reste de la faune de vivre, de manger, de se reproduire… Par exemple, sur les zones délaissées par le cheptel, les oiseaux faisant leur nid au sol peuvent facilement s’installer, leurs poussins étant protégés par les hautes herbes de leurs prédateurs quand ils sortent du nid.

Dessin de l’autrice

Comme dit précédemment, la vache nantaise ne répond pas aux standards pour entrer dans le circuit long de la viande alors que c’est une vache à viande. Pour autant, la nantaise a tout intérêt à entrer dans le circuit-court, c’est-à-dire la vente directe chez le producteur ou à travers un intermédiaire.

La Métropole a lancé son PAT (Projet Alimentaire Territorial) et l’un de ses objectif est de “relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires en soutenant l’installation d’agriculteurs“; mais aussi de “rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les circuits courts ou les produits locaux.“. Aujourd’hui, la race nantaise est sauvegardée et la mise en place d’un cheptel viable est plus facile qu’il y a 30 ans. Pour pouvoir vivre de cet élevage, il faut une trentaine de bovins, là où en élevage intensif industriel il en faut une centaine. C’est plus simple alors pour un jeune éleveur de s’installer.

Un cheptel est composé en majorité de vaches et de génisses (bovin femelle n’ayant pas encore vêlé). Quand une génisse vêle d’un veau mâle celui-ci grandit avec sa mère et n’est séparé d’elle qu’entre ses 5 à 7 mois, pour être amené à l’abattoir pour sa viande. Il peut être amené plus tard, après ses 1 ans quand il est un bœuf (un jeune bovin castré). Si il n’est pas castré et qu’il a plus d’un an, on parle alors de taureau, ce sont ceux qu’on garde pour la reproduction et qui seront tués après 3 ans. Pour les vaches, elles vivent plus longtemps ( 13 ans voire plus), pour s’assurer de lui faire faire un veau tout les ans.

Aujourd’hui en moyenne un Français mange 2 à 3 fois de la viande rouge ou environ 300 g/semaine pour un adulte. Un veau entre 5 et 7 mois fait entre 88 et 200 kg, et le rendement carcasse (le poids de la carcasse à la fin de l’abattage) pour un veau de 6 mois est entre 130 et 135 kg. Combien de personnes peut-on nourrir avec la carcasse d’un veau ? Finalement, la mise en avant de la race nantaise dans le circuit-court et dans la politique du mieux manger de la Métropole fait requestionner tout notre rapport à la viande dans notre alimentation.

Et les sous-produits ?

Lors de l’abattage, toutes les parties du bovins ne sont pas gardées pour la consommation humaine, seul 41% est destiné à la consommation humaine. Il reste les os à gélatine et la couenne transformés en gélatine, la peau, environ 6%, destinée aux filières de l’artisanat des cuirs, et le reste des os, viscères, cornes et sang transformés en PAT (Protéine Animale Transformé) destinée à l’alimentation pour les animaux domestiques ou d’élevage, ou encore en engrais, en matière de compostage, en biofuel…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
la_tokoto (17 avril 2024). La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8eg


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search