L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Peut être que comme moi vous habitez la métropole nantaise. Et il y a des chances pour que, comme moi, vous n’ayez pas vraiment idée d’où vienne l’eau que vous consommez quotidiennement, à l’effort du poignet qui actionne le robinet de la cuisine, ou du doigt qui presse le bouton start du lave-linge.

Et bien sachez qu’à Nantes, on boit l’eau de la Loire.

Si vous êtes au nord du fleuve, l’eau potable vous arrive par le réseau depuis un des points de stockage – le plus grand étant le réservoir de la Contrie, aux Dervallières, avec une capacité de 60 500 m³. Avant d’être stockée, l’eau de la Loire a d’abord été pompée au niveau de Mauves-sur-Loire, puis acheminée jusqu’à Malakoff où elle a subi différents traitements dans l’usine de la Roche afin d’être potabilisée.

Si vous êtes sud Loire, c’est de l’eau de la nappe qui arrive chez vous, captée par des puits à drains rayonnants dans les couches alluvionnaires sous le niveau de la Loire au bord de celle-ci, au niveau de Basse-Goulaine, puis traitée dans l’usine à proximité, et enfin stockée dans des châteaux d’eau.



« En théorie, si on est en régie publique avec une participation citoyenne forte, on peut prendre des décisions concernant la qualité des eaux qui vont plus loin que la réglementation. »


Yannick Belat, ingénieur spécialisé et conseiller sur les problématiques de gestion de l’eau

 

 

Pour avoir un ordre d’idée, on dit que chaque habitant·e consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour, auxquels il faut ajouter les dépenses de l’agriculture, de l’industrie…

L’usine de Basse-Goulaine fournit quotidiennement 70 millions de litres d’eau potable, celle de la Roche 110 millions. Le réseau de distribution représente plus de 3200 km de tuyaux ; pour ce qui est de l’acheminement de l’eau potable jusqu’aux particuliers, le réseau de Nantes métropole est en gestion mixte : 9 communes sont « en régie » et 15 sont gérées en sous-traitance par l’entreprise privée Véolia.

Outre le fait que l’eau est en moyenne 10 % plus chère quand elle est distribuée par un acteur privé, ce type de gestion pose quelques questions. On sait par exemple que les fuites représentent environ un dixième de l’eau produite, or une entreprise privée, qui chiffre ses revenus sur le litrage envoyé dans le réseau – et non pas le litrage réellement consommé, a-t-elle vraiment intérêt à réparer ces fuites ? Par ailleurs, une gestion publique de l’eau permet de s’intéresser à d’autres enjeux qui jouent sur la qualité de l’eau au robinet, et les dépenses à mettre en œuvre pour la traiter, comme la pollution des sols aux pesticides par exemple.

Les périodes de sécheresse en été – de plus en plus récurrentes, nous poussent à croire qu’on pourrait connaître des épisodes de tensions, de conflits d’usages de l’eau, et nous invitent donc à penser une gestion de l’eau équitable, à même de pouvoir gérer ces conflits à venir.

réseau d’eau potable de la métropole (document de l’auteur)

A l’opposé de cette logique de stockage et de réseau, propre à la ville – dont le stockage est une des conditions d’existences, nous avons un objet singulier, qui peut paraître désuet mais dont nous verrons qu’il a peut-être sa part d’actualité : le puits, qui tient lui d’une logique de maillage du territoire. Mais a-t-on encore quelque chose à apprendre des puits ?

Le puits commun est un des derniers vestiges de l’ère paysanne, dont nous pensons qu’il y a des fils à tirer pour faire face aux défis actuels, pour tenter une percée heureuse en marge de l’impasse où semble se rendre notre modèle techno-néolibéral.

C’est un objet singulier par sa forme, assez simple somme toute, mais qui constitue tout de même une percée dans le sol, vers le sous-sol dont nous sommes aujourd’hui globalement déconnecté·es. Il nous relie ainsi avec la nappe, avec cette eau du sol qui elle-même interagit avec tout le bassin versant. C’est peut être ça que nous apprend le puits, à nous lier autrement que par des réseaux techniques, mais plutôt en étant ancré.

Le puits nous mets donc en lien avec un certain écosystème, qui comporte aussi des acteurs humains, avec des savoirs faire artisanaux (en perdition?), qu’il nous semble intéressant de valoriser (sourcier·es, maçon·nes, puisatier·es ).

Et le puits commun nous parle d’une gestion commune de la ressource, c’est à dire autogouvernée et inappropriable. Dans un contexte global de retour aux communs, dans les champs militants et universitaires notamment, cette perspective nous semble intéressante à regarder. Notons simplement qu’une gestion commune de l’eau permettrait d’éviter les travers de récupération du public par le privé.

construction du puits de Jean (document de l’auteur)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thomas fenollosa (17 avril 2024). L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w88u


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search