Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)

J’ai fait la connaissance des espèces protégées du marais en parcourant la documentation Natura 2000. Le damier de la Succise est un papillon dont le cycle de vie dure environ un an, en passant par différents stades larvaires. Sa particularité se fonde sur ses six plantes hôtes, qui sont les plantes sur lesquelles les œufs se développent et les chenilles se nourrissent. Ces plantes poussent dans des prairies humides ou maigres, des milieux tourbeux, frais ou humides, des pelouses calcaires, des berges de cours d’eau ou des fossés. Globalement, il s’agit de prairies humides acidiphiles qui dépendent d’une fluctuation saisonnière de la nappe d’eau et qui ne sont pas fertilisées ou de prairies maigres de fauche à graminées hautes. 

Ces prairies favorables au damier ont été recensées en 2023 et nous donnent un champ d’action, en considérant également les habitudes du papillon, comme la distance de 150m à 650m qu’il peut parcourir dans sa vie. La problématique à ce moment de l’enquête est de redonner un territoire plus conséquent à cet animal menacé, et donc rendre les prairies plus accueillantes pour les plantes-hôtes. Les actions menées au service du damier pourront alors avoir un impact plus large sur le marais.

Le damier et ses prairies situé.e.s sur le marais (document de l’autrice)

Un des lieux potentiels de projet se situe à la frontière de la zone humide, à l’ouest de la commune du Landreau, proche du hameau Le Bas Briacé. Ce hameau, bien qu’on ne sache pas encore si l’action va le concerner, a des propriétés intéressantes : tailladé par des axes rapides, il manque de circulations piétonnes et est traversé par deux cours d’eau, et présente quelques mares. Il contient aussi de grands jardins où pourraient s’alimenter des insectes pollinisateurs. La commune du Landreau accueille un lycée agricole qui pourrait représenter un acteur dans ce projet. 

Le Bas Briacé, ses axes et ses jardins (document de l’autrice)

Pour trouver des leviers d’actions, il faudra se calquer au rythme de vie de l’insecte, aux étapes qu’il traverse au cours de l’année et aux stades par lesquels il passe. Alors que ses œufs éclosent fin juin, la chenille de la Succise vit en groupe tout l’été afin d’entrer en diapause dans leur nid d’hiver début septembre. Pendant toute cette période, les prairies ne doivent pas être fauchées et encore moins tondues afin de conserver ses plantes hôtes. La chenille sort de son nid à la fin de l’hiver pour s’exposer au soleil et entamer sa nymphose afin de finir sa vie sous la forme d’un papillon en mai et juin. 

Le cycle de vie du damier sur une année (document de l’autrice)
Légende des plantes hôtes en floraison sur l'illustration précedente : 
1 : Grande cardère
2 : Gentiane croisette
3 : Scabieuse colombaire
4 : Chèvrefeuille
5 : Knautie des prés
6 : Succise des prés

Ce déplacement du regard et cette mise au service du damier de la Succise à la vie courte et au stade de papillon éphémère à nos yeux implique différentes pistes d’action :  

  • Protéger les plantes-hôtes et donc les chenilles et papillons 
  • Humidifier le territoire 
  • Rénover/agrandir le bâti existant pour l’habitat des damiers 
  • Favoriser la circulation et le croisement des espèces d’insectes et l’espèce humaine 
  • Ritualiser l’éphémère incarné par le damier qui ne vit qu’un an 
  • Tirer une leçon de cette éphémérité  

L’approche proposée invite à penser l’accueil du vivant dans l’architecture, mais en construisant pour le vivant, et non en compensant un bâti en ajoutant du vivant. L’idée de rituel peut participer à une reconnexion avec le vivant et l’environnement en considérant l’espèce Euphydryas aurinia au même niveau que l’espèce Homo sapiens. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anaïs Chardon (16 avril 2024). Au service du damier de la Succise. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w86c


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search