Territoire mouvementé

En quittant Bouguenais, nous longeons la départementale 751A en direction de Bouaye. Le long de ces deux voies, il n’y a aucun trottoir, il faut marcher sur la piste cyclable ou sur l’herbe à côté du fossé. Nous entendons en continu le bruit des voitures qui passent à quelques mètres à peine de là où nous marchons. Autour de nous s’étendent des champs agricoles, des petits bois, des prairies séparées par des haies bocagères mais peu de maisons. Quelques animaux se devinent au loin, mais ils sont difficiles à identifier. Au niveau d’une intersection, il est indiqué sur la droite un Centre de permis de conduire ainsi que le Centre d’études techniques maritimes et fluviales. Nous continuons de suivre la départementale en longeant une haie de pins. Devant nous, un portail recouvert par de la végétation sauvage. Le passage est bloqué par des blocs de bétons. Nous ne voyons pas ce qui se passe derrière ce portail tant la végétation est envahissante. Quelques mètres plus loin, nous retrouvons des blocs de bétons et de granite venus condamner une entrée. On y voit un peu plus clair, la végétation est moins présente, et nous devinons un bâtiment derrière les fourrés.

En arrivant sur le site la première fois

Nous découvrons un terrain sur lequel des plantes sauvages serpentent puis grimpent jusqu’au bâtiment. Tout paraît délaissé. La nature semble reprendre ses droits. Le lierre s’infiltre dans les fenêtres brisées du bâtiment, des coquelicots poussent au-dessus des tas de débris et les camélias grimpent jusqu’au deuxième étage. Au milieu, l’énorme édifice reste de marbre. L’eau est venue stagner au sous-sol, créant un étang marécageux presque opaque. Le béton s’est laissé peindre par les intempéries et les interventions humaines. Des graffitis et des déchets recouvrent les murs et le sol. Pourtant, malgré son état d’abandon, le bâtiment n’est pas détruit. La structure tient fièrement debout. Nous rentrons et découvrons un espace immense sur deux hauteurs. La lumière s’y écoule de manière strictement régulière à travers les lucarnes du plafond et la trame des fenêtres. Les pépiements des oiseaux résonnent clairement par-dessus nos pas sur les débris de verre cassé. Le calme occasionné par la présence flagrante de la nature nous fait presque oublier l’état critique du bâtiment et le danger potentiel.  

Intérieur du bâtiment, un matin ensoleillé

 

Abandonné depuis une dizaine d’années, le bâtiment était le siège du CETMEF, construit dans les années soixante-dix. Il accueillait des techniciens opérant dans la recherche et le développement autour des activités maritimes. L’espace fut également construit pour le stockage des phares et balises. Cependant, à l’instar des infrastructures industrielles voisines, l’architecture dépasse la simple volonté d’être dans une hyper-flexibilité dédiée à l’entreposage. Nous aurions pu nous retrouver devant un hangar et quelques bureaux en parpaing, mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui encore, un parti pris architectural se ressent. Un ancien salarié nous raconte à quel point ce fût agréable d’y travailler grâce à l’environnement proche du rural et la grande quantité d’espace fourni. Pour cause, le site était censé accueillir une cinquantaine de personnes. Des travaux supplémentaires de surélévation étaient même prévus. Finalement, des décisions politiques ont délocalisé l’entreprise et le projet d’avoir un siège conséquent à Nantes fût abrogé. Durant les périodes de pleine activité, seulement une vingtaine de salariés étaient présents sur le site. En 2013, Le CETMEF se regroupe avec le CEREMA de Paris. Ils quittent les lieux et le terrain est rétrocédé à Nantes Métropole.

Depuis, la ville souhaite en faire une usine pour suivre la cohérence du zonage industriel où il s’implante, tandis que les habitants luttent pour la présence d’une activité non polluante. Depuis une dizaine d’années, il ne s’y passe plus rien. Il est occupé illégalement. Tout comme la nature, il y a des populations qui n’attendent pas pour s’installer. Ici, l’homme et les institutions ne gouvernent rien. L’abandon de ce site traduit la lenteur des démarches administratives dont il fait l’objet.  

Mathilde et Louise-Marie