Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Oskar Rischewski (17 avril 2024). Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ? Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8ef


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search