En eaux troubles

Photo @florentlandreau

Des terres vaines et vagues

Les anciennes cartes de la région mentionnaient les marais sous le nom de « terres vaines et vagues ». Cette expression utilisée par les notaires indiquait des terres aux frontières changeantes et incertaines, sans valeur notable. Pendant longtemps, cette vision a prédominé concernant les marais. Cela explique pourquoi leur assèchement était perçu comme bénéfique, valorisant des zones autrefois négligées.

Face au changement climatique, la perception des marais s’est transformée, reconnaissant leur rôle essentiel pour la biodiversité. Au début du XXIe siècle, confrontés à une perte significative de biodiversité, notre appréciation de ces zones a évolué, passant de crainte à valorisation. Les marais sont désormais reconnus pour leur importance écologique et économique. À la suite des dévastatrices inondations de 1989, le marais de Goulaine a été inclus dans le réseau Natura 2000, soulignant son importance environnementale.

En eaux troubles

Durant mes premières explorations du marais de Goulaine, la teinte trouble de l’eau dans les petits affluents m’a frappé. Au fur et à mesure de ma progression, il est devenu évident que le sable venait des terres cultivées environnantes.

auteur

Tout au long de mon parcours, je découvrais fréquemment des amas de sable près des exploitations agricoles.

Plus avant dans ma marche, j’observai du sable s’écouler dans un petit affluent, provenant directement d’une noue. Cela formait progressivement un monticule qui commençait à obstruer le canal.

Sur la piste du sable

Cette situation amène un certain nombre de questionnements, sur lesquels j’ai enquêté :

  • Pourquoi laisse-t-on le sable s’accumuler dans les fossés, altérant ainsi l’écosystème du marais de Goulaine ?
  • Qui est responsable de ce phénomène ?
  • Comment gère-t-on la question de l’ensablement actuellement ?
  • Quels sont les impacts à long terme des cycles d’ensablement et de désensablement sur le marais de Goulaine ?

En remontant la piste du sable, on découvre comment la région s’est anthropisée. Tout d’abord, Emmanuel Brouard nous éclaire sur l’origine des importations de sable. Dans son livre Histoire de la marine de Loire (1), il nous relate comment la police portuaire de Nantes doit faire face à un capharnaüm incroyable avec peu de personnel, et saisir les autorités pour que cesse le délestage intempestif des navires marchands : « Nombre de procès-verbaux ont trait au délestage. Des milliers de navires arrivent à Nantes avec du lest dans leurs cales – du sable le plus souvent – et s’en débarrassent pour charger des marchandises. Afin d’éviter le comblement du fleuve, les autorités confient le délestage à un entrepreneur. Le lest est transbordé dans ses navires, puis porté à terre. En 1754, il est utilisé au quai d’Estrées afin de combler un fossé. En 1765, on le décharge au quai d’Aiguillon, en cours de construction. Mais des particuliers cherchent à éviter ce surcoût. Passart (le maître de quai) découvre en 1744 un lieu de délestage sauvage sur l’île Cochard. »

Le sable trouve son débouché dans les marais de Goulaine, notamment où il amende les terres maraîchères. En effet, les sols de cette région sont acides et manquent de carbonates, nécessitant souvent un amendement calcaire pour la plupart des cultures qui ne pourraient pas se développer sans cet apport nutritionnel. Cet amendement influence directement la fertilité du sol et non celle des plantes (à la différence des engrais), et joue un rôle physique, chimique et biologique. Il contribue à assouplir et stabiliser la structure du sol, à réguler le pH, à favoriser les échanges ioniques, et à stimuler le développement des micro-organismes. Il est aussi essentiel pour contrebalancer les conséquences de la surutilisation d’engrais organiques. L’excès de ces engrais peut causer la lixiviation du CaO (oxyde de calcium) des sols, créant ainsi une carence en calcium qui doit être corrigée par un ajout de calcaires.

Très tôt, les maraichers trouvent leur intérêt dans l’import de sable, et un cycle d’ensablement et désensablement se met en place peu à peu dans les marais de Goulaine. Mais l’import de sable doit avant tout son existence au commerce maritime de Nantes. Car sans ce dernier, point de navire, point de lest et point de sable. L’une des principales ressources que convoyaient ces navires était le vin. Dans son livre  La Loire et ses vins (2), Emmanuel Brouard à nouveau nous explique combien l’activité viticole a été importante dans notre secteur d’étude, et combien celle-ci a façonné le paysage.  La vigne qui a besoin de terres pauvres pour ne pas être concurrencée par d’autres plantes, poussait avantageusement sur les terres pauvres des coteaux du bassin versant du Marais de Goulaine. Et pour transporter le vin, les Seigneurs locaux ont très vite compris que le transport fluvial était plus économique, comme le souligne E. Brouard : « Selon le conseil général de l’Allier, en 1805, 100 pièces de vin peuvent être chargées dans 2 bateaux conduits sur la rivière par 5 hommes au plus, alors qu’il faut sur les routes, 33 charrettes, 33 chevaux, et 10 conducteurs. Les charrettes à elles seules coûtent bien plus cher que les bateaux. S’ajoutent le prix des chevaux, leur nourriture, celle des conducteurs et les salaires des hommes ». Les seigneurs de Goulaine ont par conséquent fait creuser des canaux pour exporter leurs productions viticoles à moindre coût.

Au cours des XIXe et XX siècles, le trafic maritime du port de Nantes devenu port de Nantes – Saint-Nazaire, va décroître et se moderniser, ce qui aura un impact sur les approvisionnements en sable des maraîchers. Le sable est peu à peu prélevé dans la Loire, qui doit être draguée pour accueillir des bateaux de plus en plus lourds, et donc avec un tirant d’eau qui croît. Cependant, à mesure que l’on drague le sable de la Loire, la vitesse de l’eau s’accélère ce qui érode les fonds fluviaux et tendent à abaisser le niveau de la Loire, avec pour conséquence une remontée des eaux salées de plus en plus loin, qui finissent par menacer les écosystèmes fragiles en bordure de la Loire, et par là-même les exploitations agricoles. Dans les années 90, les élus doivent se rendre à l’évidence et ordonner l’arrêt du dragage de la Loire. Ce dernier perdurera jusqu’en 2014.

Actuellement, le sable est importé par voie maritime et routière. Le coût du transport et l’impact écologique de ces pratiques est remis en cause. Outre le problème de l’ensablement des canaux, le problème de l’usage du sable s’inscrit dans un contexte mondial de disparition des ressources (limites planétaires). « Le sable est au cœur d’un vaste problème mondial dont aucune autorité ne semble vouloir prendre la mesure. » (Source : ADEME).

L’exploitation industrielle du sable menace le littoral français. Le sable est la seconde ressource naturelle la plus consommée après l’eau : l’humanité en avale 15 milliards de tonnes chaque année. On s’en sert pour le béton, les terres agricoles ou les puces électroniques. On en consomme tellement que, dans certaines régions du monde, les plages reculent voire disparaissent. En France, les demandes de permis pour aspirer du sable au large des côtes se multiplient. Dans la baie de Lannion, en Bretagne, un projet d’extraction est vivement contesté et fait peser un risque sur le littoral et la biodiversité. Un tel constat plaide pour un usage modéré et raisonné de la ressource « sable ». Des initiatives sont à l’œuvre pour tenter de cultiver sans ce précieux sable. Mais le paradoxe c’est que le sable n’a pas que des incidences négatives puisqu’il permet par exemple à certains poissons en voie de disparition (tels que les brochets) de se reproduire, et la disparition du sable dans le marais pourrait avoir des conséquences insoupçonnées. C’est pourquoi la question de l’usage du sable reste entière.

Faut-il désensabler ?

Il est nécessaire de rappeler que la question du désensablement du marais de Goulaine est assez ancienne et ne dépend pas que du sable utilisé par les maraîchers car il est aussi et surtout la conséquence de l’affaissement des berges. Depuis l’aménagement des affluents secondaires au XVIIe siècle, le désensablement des canaux, en raison de son coût, a posé des difficultés pour les différents propriétaires. Solen Peron, dans son livre Le Château de Goulaine (3) nous rappelle que dès la fin des grands travaux, l’héritière Yolande de Goulaine décidait de ne pas entretenir les canaux : « Or, ni Yolande de Goulaine ni Michel-Anne de Rosmadec n’entendent subvenir à l’entretien des arches, pas plus qu’à celui des canaux. Contre toute attente, ils relativisent le profit de ces aménagements, Yolande de Goulaine en venant à récuser l’efficacité du dessèchement. ».

Depuis la Révolution française, la propriété du marais est passée d’un unique propriétaire à environ 1300 aujourd’hui. Cette fragmentation a rendu la gestion de l’ensablement particulièrement difficile. Chaque année, environ 5 kilomètres de réseaux hydrauliques dans le marais sont curés pour contrer ce phénomène.

Source : SYLOA

Cet effort est coordonné par le syndicat mixte du marais de Goulaine, une entité créée après les inondations de la vallée maraîchère, qui a su fédérer les collectivités locales autour d’une gestion commune. Ce regroupement a permis de surmonter les défis posés par la multiplicité des propriétés privées, tout en améliorant la gestion de l’ensablement. Face à ce constat, on peut légitimement se demander ce qu’il se passerait si on laissait le marais s’ensabler. Il faut souligner que le marais a un fonctionnement bien différent des autres marais qui bordent la Loire (Grand-Lieu, Cordemais, Brière, marais salants de Guérande…). En effet, contrairement à ces derniers qui sont alimentés par la Loire, le marais de Goulaine tire son approvisionnement en eau des rivières situées en aval : le Geubert, la Pétinière, le Poyet et la Goulaine. C’est pourquoi les nappes situées sous le marais constituent un réservoir en eau très important pour la région, d’autant plus que cette dernière est filtrée par l’action du marais, dans lequel le sable joue un rôle.

Source : @florentlandreau

Alors qu’il est nécessaire de ne plus désensabler la Loire pour maintenir un niveau d’eau suffisamment élevé pour éviter aux eaux salées de remonter cette dernière, le marais de Goulaine a besoin d’être désensablé pour permettre à ses affluents d’acheminer l’eau en amont. Il n’a pas été réalisé de modèles prédictifs de la situation en cas d’ensablement prolongé ; cependant, l’on sait que dans les zones humides analogues, l’ensablement provoque la végétalisation desdites zones par des espèces colonisatrices, qui sont ensuite remplacées par des arbres jusqu’à transformer le biotope en une forêt qui ferme le marais. La fermeture d’un marais a une incidence sur la biodiversité de celui-ci. D’un côté, les espèces doivent évoluer en milieu fermé, ce qui engendre une biodiversité plus singulière, mais de l’autre, cela a un impact sur la densité du vivant. En outre, les espèces sont plus vulnérables aux « agressions » des invasives extérieures au milieu.

Dans le compte-rendu des rencontres Nature & Paysage de 2009 (4), Gille Clément décrit le mécanisme de transformation du paysage en forêt (pages 48- 49):

« La forêt représente un idéal stable de paysage qui jouit d’une réputation globalement positive. C’est une formule heureuse du devenir de la nature. Il existe des forêts sauvages, naturelles, regardées aujourd’hui comme des systèmes vivants complexes, précieux pour l’équilibre biologique planétaire, mais vulnérables et en péril. Tout terrain porte en lui potentiellement une forêt, à l’exception des sols et des secteurs climatiques dont le niveau climatique (niveau optimum de végétation) ne correspond jamais à une forêt :

  • -landes stables, marais, prés salés, tourbières,
  • -prairies alpines, cônes d’érosion, roches,
  • -déserts, glaciers, maquis stables, -sols durablement pollués, etc.

Un terrain est en «déprise» lorsqu’on cesse d’y exercer une activité contraignant la nature à ne pas s’exprimer librement.

L’activité cessant, les paramètres actuels du milieu:

  • -Sol dans son état;
  • -Eau (du sol et des précipitations) dans son état ;
  • -Atmosphère dans son état;

permettent l’installation immédiate d’espèces pionnières.

Ces espèces dont la durée de vie est courte (annuelles et bisannuelles), préparent le terrain à d’autres plus pérennes (vivaces et jeunes ligneux) jusqu’à ce que le terrain se ferme. Il est alors impénétrable, occupé par un enchevêtrement d’épineux qui protègent les jeunes arbres de la prédation (rongeurs et cervidés). Ce stade «armé» précède la forêt, laquelle contraint progressivement les épineux à s’éloigner vers la lumière ou à disparaître. On estime à sept années le temps nécessaire pour fermer un sol, quatorze pour le boiser de baliveaux, trente à quarante pour qu’il se recouvre d’une forêt. »

Ce phénomène a été observé en amont de la Loire dans le secteur de Rochefort, où le désensablement de la boire a permis de rétablir la zone humide. L’ensablement du marais n’empêcherait cependant pas les inondations des terrains dits inondables et ne transformeraient donc pas ces derniers en terrains exploitables pour autant (sans autre intervention). Cependant, cela attiserait la convoitise de l’expansion urbaine dans un secteur où le foncier est en tension.

En conclusion, l’absence d’entretien du marais transformerait ce dernier en un milieu incontrôlable, et cela aurait un impact négatif sur la préservation de la biodiversité qui doit sa survivance paradoxalement aux actions de la présence humaine.

Le sable, révélateur de l’histoire du paysage

Comme on a pu le voir au travers de notre enquête, le sable porte en lui l’histoire du territoire. Il révèle cette dernière. Dans son œuvre « Flore de ballast », l’artiste Maria Thereza Alves explore cette thématique du sable témoin de l’histoire de la « colonisation botanique ». Elle étudie la manière dont les échanges coloniaux ont encouragé le transfert de semences végétales par des navires marchands. Ces derniers, quand leurs cales n’étaient pas complètement remplies, utilisaient un ballast fait de terre, de pierres, de sable et d’autres matériaux, qui renfermait également des graines et des pousses. Lorsque ce ballast était déchargé pour remplir de nouveau les cales, il commençait discrètement à disperser ces éléments, modifiant subrepticement la flore locale par l’introduction d’espèces nouvelles.

Photo : D.R. (https://www.lequotidiendelart.com/articles/9991-un-nouveau-prix-pour-l-artiste-maria-thereza-alves.html)

Exposée actuellement à la galerie Michel Rein de New York, son œuvre Seeds of Change : New York — A Botany of Colonization met en évidence le rôle crucial du ballast dans la construction de New York, non seulement en raison de la quantité qui fut débarquée dans le port — et qui était en rapport avec l’importance commerciale de la ville vers laquelle convergeaient les navires venus d’Europe et des Antilles —, mais aussi en raison de l’usage qui en fut fait pour surélever certains terrains ou en combler d’autres. Dès l’arrivée des premiers colons, New York avait été l’objet d’un travail de nivellement acharné. Maria Thereza Alves l’écrit : « À New York, les particularités, les spécificités et les rapports topographiques furent littéralement anéantis. L’eau fut bannie : rivières, ruisseaux et mares furent asséchés, comblés ou recouverts. La non-linéarité fut bannie grâce au nivellement des collines, des crevasses, des failles, des niches, des rigoles et des ravins. Les marais et les marécages furent considérés comme un affront fait aux colons et furent comblés. » (5) Le ballast participa de cette transformation topographique.

S’il n’est plus question de faire disparaître les zones humides, le ballast nous rappelle que l’usage du sable reste sujet à controverse.

(1) Brouard Emmanuel, Histoire de la marine de Loire. Édition Emmanuel Brouard. 2023

(2) Brouard EmmanuelLa Loire et ses vins. Flammarion. 2021

(3)Peron Solen, Le Château de Goulaine. Nouvelles éditions Scala. 2013.

(4) Rencontres Nature & Paysage. CAUE de Loire-et-Cher. 2009

(5) https://www.lequotidiendelart.com/articles/9991-un-nouveau-prix-pour-l-artiste-maria-thereza-alves.html


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
florent_landreau (14 avril 2024). En eaux troubles. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w82o


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search