Un vocabulaire maritime

La rue du port, la place des pêcheurs, le port de la Morinière, le port Hamoneau, le port de la Castière, le vieux port – et j’en passe -, l’ex bâtiment du service des phares et balises, mais aussi les arrêts de bus – Caboteurs, Terra Neuvas, Bélouga…-. Nous ne sommes ni à Boulogne-Sur-Mer, ni à Douarnenez ni même aux Sables d’Olonne, mais bien à Bouaye, Brains, Port-Saint-Père, Cheix-en-Retz, Rouans… Pourtant, ici flotte un vocabulaire maritime inattendu alors même que nous sommes en territoire agricole, à la lisière de Nantes Métropole, aux portes du pays de Retz. Il s’agit bien là d’une curiosité, le paysage visible nous raconte une histoire, la toponymie en raconte une autre. Car si les noms de rues, de places et de lieux nous suggèrent une histoire profondément ancrée par la présence de l’eau (rivière, fleuve, puis océan) il n’en est rien dans la réalité, du moins ma réalité avant que je prenne soudain conscience de ces indices pourtant nombreux. Un regard averti observera des barques dans les jardins, des bouées de sauvetages accrochées aux murs, des kayaks sous un préau… C’était maintenant une certitude, une histoire portuaire et navale marquait ces lieux, l’enquête était ouverte.

Cartographie des ports sur le secteur Sud-Ouest

Le lac de Grandlieu s’évacue par l’Acheneau dont l’embouchure se situe au canal de la martinière qui accède ensuite à la Loire. A l’instar de cette grande masse discrète qu’est le lac, l’Acheneau se devine sur certaines portions. Elle se cache. Coule silencieusement entre les prairies humides qui s’étendent sur plusieurs centaines de mètres et forment les rives. Ces espaces génèrent une mise à distance importante permettant ainsi la préservation d’une riche biodiversité. Pourtant, par moments, la rivière est abordable. Il s’agit pour la plupart, de ces lieux anciennement port et parfois commune. Ces points témoignent de l’importance de l’Acheneau dans la vie de ces territoires. D’abord ressource halieutique, la rivière fût une importante voie de circulation entre le lac et la Loire. Elle constituait, avec le Tenu, un moyen de communication avec le Marais Breton et la Baie du sel. Quotidiennement, le lit était emprunté de chalands, des bateaux à fond plat qui permettaient de naviguer aisément dans ces eaux peu profondes. A voile dans un premier temps, puis à vapeur. Ces péniches permettaient l’acheminement de matériaux de construction (chaux, ardoises, tuiles,…) et repartaient chargées en foin, vin et tout autre production issue du pays de Retz.

Photographie historique du port de la Morinière

Aujourd’hui, de cette histoire fluviale restent les souvenirs, des anciens pour l’essentiel. Les quelques ports occupés accueillent pêcheurs et barques accidentés. Des associations peinent à faire connaître les événements historiques. Une nostalgie de ces temps révolus coule entre les mémoires. L’Acheneau est passé au second rang dans ce territoire depuis l’apparition de la voie de fer au XIXe siècle, et l’avènement de l’automobile au siècle suivant. Certains villages, entièrement développé par la présence de l’eau semblent aujourd’hui déconnecté de cette réalité. C’est le cas à Bouaye, au hameau de l’Étier. Ancien village de pêcheurs qui ne possède plus d’accès à l’Acheneau depuis plusieurs années. Point de départ du futur ‘sentier dérive’ (autrement nommé le sentier des rives).



Citer ce billet
Damien (2021, 22 avril). Un vocabulaire maritime. Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxxp

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search