Voyage sur le sentier des vannes

Photo : @florentlandreau

Le marais de Goulaine est situé sur un des bassins versants qui alimente la Loire en aval et qui apporte à lui seul 18 millions de m3 d’eau potable, ce qui est considérable. Cela équivaut aux besoins d’une agglomération de 500 000 personnes. C’est un écosystème complexe qui joue un rôle crucial pour la biodiversité. De plus, il a un rôle très important dans la gestion hydrique de la région car il fait office de bassin de régulation, ce qui tend à atténuer l’impact des inondations.

UN TERRITOIRE ANTHROPISÉ

Le marais a une longue histoire marquée par des interventions humaines depuis sa formation géologique. Le canal de Goulaine, dont l’existence est documentée dès le XIe siècle, est un exemple précoce de ces modifications, bien que l’époque exacte de sa création reste inconnue. Historiquement, ce marais servait également de protection pour la famille des Seigneurs de Goulaine. Après le décès de Gabriel Ier, qui a entraîné la confiscation de propriétés, son successeur Gabriel II a été contraint de mettre le marais en bail judiciaire. Le cousin de ce dernier, Mathurin de Montalais, lui a proposé de drainer le marais pour transformer la terre en terres agricoles exploitables, vendues pour financer le drainage et payer les dettes familiales (1). Ce processus devait aussi simplifier le transport fluvial des marchandises, réduire les coûts de transport et augmenter la rentabilité du domaine. Ainsi, de grands travaux de canalisation ont été entrepris jusqu’en 1657 pour améliorer l’irrigation du marais. Cependant, les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes, et l’héritière, Yolande de Goulaine, a finalement demandé l’annulation du contrat de dessiccation du marais.

LA DIFFICILE QUESTION DE L’ENTRETIEN DES NOUES

Depuis 1657, l’entretien des canaux du marais de Goulaine a été négligé, ce qui a conduit à son ensablement progressif. Toutefois, les opérations de navigation fluviale ont permis de conserver certains affluents en état jusqu’à ce que la navigation cesse avec l’établissement de la levée de la Divatte au milieu du XIXe siècle.

La période post-révolutionnaire a vu la fragmentation de la propriété du marais en 1300 parts distinctes, compliquant ainsi sa gestion. De nos jours, le marais continue de s’ensabler, exacerbé par l’affaissement de ses berges et l’usage de sable par les maraîchers.

En 1989, une grande inondation a révélé les lacunes de la gestion du marais, infligeant de sévères dommages aux maraîchers locaux. En réponse, les propriétaires ont uni leurs forces au sein d’un syndicat des marais, qui s’est par la suite joint à deux autres syndicats régionaux de gestion des bassins versants pour renforcer la gestion et la préservation du marais.

Le syndicat a mis en œuvre de nombreuses initiatives pour préserver la zone humide et sa biodiversité diverse. Il s’efforce de garder le marais dans un équilibre fragile, face à des conditions environnementales qui évoluent constamment. Le marais fait face à plusieurs défis contemporains, tels que les menaces du réchauffement climatique sur les vignobles, la concurrence économique impactant les maraîchers et les arboriculteurs, et la baisse du niveau de la Loire qui pourrait introduire de l’eau salée pendant les grandes inondations.

LE SENTIER DES VANNES : LEVIER DE TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

Il est crucial que les intervenants reconnaissent la relation unique entre l’homme et le marais de Goulaine, un paradoxe où la survie du marais dépend de l’intervention humaine, particulièrement dans la régulation de ses eaux. Malgré son allure naturelle, le marais est activement géré par l’homme, à la manière d’un “aquarium”.

Des interventions individuelles de plantations de haies ont été portées par le syndicat des marais. Il importe désormais de donner une portée plus grande à ces actions pour qu’elles ne soient plus cantonnées à des initiatives individuelles mais coordonnées comme un seul ensemble commun. C’est ensemble que les propriétaires pourront faire face aux défis qui les attendent, et non individuellement.

Le sentier propose de profiter de la contrainte d’entretenir les berges et de replanter des haies pour créer un sentier qui permettra de circonscrire la zone humide afin de la sanctuariser et faciliter son entretien.

Divisé en 3 branches, il connectera également des parties du territoire actuellement accessibles seulement en voiture, créant un espace commun à travers diverses propriétés privées, renforçant ainsi la gestion intégrée et la préservation du marais.

Le tracé du sentier reliera les 3 vannes de maîtrise des niveaux de l’eau du marais, soulignant ainsi la présence de ces équipements vitaux pour la survie de la zone humide.

(1) Peron Solen, Le Château de Goulaine. Nouvelles éditions Scala. 2013. Page 125


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
florent_landreau (14 avril 2024). Voyage sur le sentier des vannes. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w7to


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search