La fable du pylône et de la prêle des champs

Je marchais sur les traces des soignant.es, à la recherche de manifestations du care. A force de marcher d’un pas décidé d’écoles en pharmacies, c’est là qu’au beau milieu du concentré de pollutions sur la porte de Bouguenais, là où aucun soin ne semblait être pris, qu’une manifestation du care toute spécifique s’est trouvée devant moi.

La porte 52 s’impose alors comme étant l’endroit d’excellence où aucun soin n’est pris. Les délaissés autour de cette infrastructure sont importants, l’échangeur s’inscrit dans une aire d’environ 350 m sur 350 m.

La porte est placée au barycentre d’un certain nombre d’infrastructures nuisibles et polluantes présentées sur la carte ci-dessous. Au milieu de l’échangeur, auquel permet aujourd’hui d’accéder une piste cyclable qui traverse deux voies d’insertion, on n’entend même plus le grésillement électrique des lignes haute tension au-dessus de nos têtes sous le chaos des bruits d’un flot de véhicules à 90 km/h et où le sable de la carrière attenante nous fouette le visage. Le trafic aérien déverse sa pollution, la chaufferie de la Californie un peu plus au nord-est émet des fumées qui inquiètent les habitants.

Carte du concentré des pollution sur la porte de Bouguenais

 

Et juste là,  une petite prêle des champs !

La prêle des champs, petite plante d’environ 40 cm de haut, se trouve en nombre en contrebas de la voie cyclable avec laquelle la métropole nous invite à entrer sur l’échangeur autoroutier. Il faut d’abord se pencher pour pouvoir l’apercevoir, jusqu’à descendre en-dessous du pylône qui trône sur l’échangeur et qui lui a une taille d’environ 40 m. Cela fait tout d’abord un drôle d’effet de descendre dans ce fossé, on ressent qu’on expérimente une sorte de mise en danger et qu’il n’a pas été aménagé pour être accessible. Le grésillement de la ligne haute tension fait hésiter. Puis, piquée de curiosité, on ne peut s’empêcher de s’approcher. 

Un véritable champ de prêles s’étend alors devant nous entre les quatre pieds du pylône, comme si les pousses avait été plantées là par une main organisatrice et humaine. La régularité ne peut que correspondre qu’à une activité humaine ou encore celle d’une machine mécanique, par conséquent de fabrication humaine. La terre a été retournée dans tous les sens au moment d’installer les fondations en béton de cette structure métallique et puis un entretien régulier du pylône subsiste.

Champ de prêles des champs sous le pylône électrique

L’électricité qui est portée par ces lignes est d’une tension, 225 kV, au vu du nombre important d’isolateurs en céramique et du fait que nous nous trouvons à seulement 650 m du poste de transformation électrique de Cheviré. Il est presque ironique d’apprendre que sur la parcelle du poste de transformation se trouvait auparavant une centrale à charbon. Les externalités négatives de la ville évoluent donc bien avec leur temps, en fonction de l’énergie que nous produisons et consommons.

La prêle des champs est une plante aux multiples vertus. Tout d’abord elle a des vertus médicinales reconnues en phytothérapie. Après décoction, la prêle s’applique de façon locale et aide à cicatriser les blessures superficielles. Consommée en tisane, son action diurétique peut aider en cas de problèmes urinaires mineurs. L’on ne s’attend pas à ce qu’elle pousse à cet endroit, au milieu d’un manque de soin et de considération, et pourtant. Une fois l’échangeur construit, après plusieurs modifications, agrandissements, les milieux entre deux routes goudronnées ont commencé à évoluer et continuent d’évoluer aujourd’hui. Son apparition à cet endroit nous rappelle que les délaissés de l’échangeur sont un milieu en régénération, un écosystème en perpétuel mouvement. 

Le fait qu’elle pousse justement à cet endroit est porteur de message et de symbolique. Juste là, au beau milieu de toutes les pollutions, cette plante aussi appelée “queue de renard” ou encore “queue de cheval”, trouve justement de quoi pousser grâce à l’entretien du pylône par les agents de RTE. 

En effet, on peut observer les traces d’entretien du pylône, les branches coupées laissées pour compte et les traces de coupes sont des indices pour comprendre ce qu’il s’y passe. Les branches élaguées et coupées sont laissées sur place, personne ne venant à cet endroit, il n’y a pas besoin de s’en débarrasser.

Traces de l’entretien de l’environnement du pylône

Sans cet entretien, sans le pylône, elle n’existerait pas. Il s’agit là pour les agents de RTE de défricher environ tous les 4 ans l’espace au pied du pylône pour des raisons de sécurité. Aucune branche ne doit entrer en contact avec le champ électrique afin d’éviter tout risque de départ d’incendie. Les prêles, elles, n’atteignent jamais une taille critique qui pourrait présenter un danger pour le bon fonctionnement du pylône. Ainsi, il se dessine autour du pylône une petite clairière de buissons et d’arbres dont les branches ne s’approchent pas trop près du pylône, il se dessine alors comme une aura ensoleillée autour de celui-ci. Cela crée justement les bonnes conditions d’un microclimat dans lequel poussent les prêles. Celles-ci craignent l’ombrage et nécessitent beaucoup d’apport en soleil. Le pylône devient le protecteur des prêles par l’entretien qu’il nécessite.


Pylône et prêle cohabitent, l’un abrite l’autre : drôle d’échange. Voici une manifestation du care, une relation d’interdépendance entre deux objets, une infrastructure et une plante. Cette manifestation amène à se questionner sur l’habitabilité de l’échangeur et son entretien, le soin qui y est pris.